CE QUE DIT L'OPPOSITION ISLAMISTE MAROCAINE
Mémorandum
À QUI DE DROIT
Par: Abdessalaam Yassine
Deutsch - - English -- Spanish -- Arabic

Yassine


Note pour le lecteur français
Par le responsable du site révolutionaire français "AAAARGH"

L'auteur utilise souvent le mot "makhzen" qui désigne, au Maroc, l'administration centrale de l'Etat [féodal]. Ce mot, à l'origine, signifie "lieu ou l'on garde" et nous a donné, via l'espagnol, le mot "magasin". On gardera présent à l'esprit le fait que l'auteur est en prison depuis dix ans, sans jugement, sans procès. On se souviendra que le Maroc, sous Hassan II, a été une abominable dictature, d'une férocité systématique. Les opposants tombaient dans un monde obscure de cauchemare et de torture que l'ignoble souverain appelait benoîtement son "jardin secret" quand il parlait aux journlistes-carpettes des médias français. On gardera aussi à l'esprit le fait que Hassan II avait amassé l'une des plus grosses fortunes du monde, comme son acolyte Mobutu, en prélevant systématiquement une dîme sur toutes les activités de ses "sujets" dont l'apauvrissement régulier est aussi un fait incontestable. Tous les gouvernements français, de gauche comme de droite, ont cautionné ces ignominies.

L'un des plus grands voleurs de l'Afrique est enfin mort. Hassan II et son sourire sarcastique quand il évoquait ses ennemis torturés ont disparus. L'accession de son fils au trône est enveloppée de maintes questions. La tyrannie va-t-elle continuer?

Un dialogue-affrontement a opposé, le 8 février 2000, sur la chaine de télévision qatarie Al-Jazira, très populaires dans tout le monde arabe, Abderrafie Jawhari, responsable de l'USFP, la soi-disant "gauche" marocaine, actuellement au pouvoir, et notre ami et collègue Ahmed Rami, exilé politique depuis bientôt 30 ans pour sa participation à une tentive de coup d'Etat contre le sultan rouge, rouge du sang du peuple. Le moins qu'on puisse dire est que Rami a balayé ce pâle opportuniste. Il a insisté à plusieurs reprises en réclamant "pour les Marocains les mêmes droits que les juifs ont au Maroc". Aussitôt la meute se déchaîne. Robert Assaraf, chef autoproclamé des juifs marocains, se répand en lamentations. (Voir Jeune Afrique - l'idiot, 7-13 mars 2000, numéro 2043) "Ne faudrait-il pas aujourd'hui mobiliser les Juifs du Maroc, dispersés à travers le monde, afin de lancer un procès public contre Ahmed Rami, devenu fasciste et antisémite pour gagner le soutien des islamistes?"

Toujours ces procédés de basse police. L'article est intitulé "Maroc: de l'islamisme à l'antisémitisme". L'islamisme est le seul mouvement politique que ces gens-là ne peuvent ni acheter, ni infiltrer, ni briser. Comme ils tirent des bénéfices immenses du régime actuel, on comprend qu' ils redoutent ceux qui veulent le faire tomber.

Pour notre part, il est absolument clair que seuls les islamistes, au Maroc et dans beaucoup de pays musulmans, ont une capacité d'opposition à la domination américaine-européenne-israélienne. Il suffit, pour s'en convaincre de lire leurs analyses et leurs propositions, qui se trouvent rarement exposées dans les journaux, et pour cause. Il nous est donc agréable de donner la parole à l'un des principaux leaders islamistes du Maroc, le cheikh Abdessalam Yassine en publiant le mémorandum qu´il a adressé à Mohammed VI. On soulignera la hauteur de vues dont il témoigne.

On nous reproche déjà une prétendue alliance brun-rouge. En fait, nous sommes pour une alliance arc-en-ciel, en ajoutant le vert (islamiste), le jaune (bouddhiste), le noir africain, et toute le reste des peuples qui gémissent sous le joug, toujours et partout le même.

(
AAAARGH)



 [Début du ducument de Mr Yassine]:

Que la Bénédiction et le Salut de Dieu soient sur Son Prophète Mohammad

 

"Le roi des pauvres"

Le jeune monarque, Mohammad VI, jouit d'un capital-sympathie évident auprès de la jeunesse marocaine. Celle-ci semble découvrir en lui un copain, un symbole de délivrance et une promesse fraîche d'un avenir meilleur. Pendant les premières semaines de son règne, et partout où sa campagne d'inauguration le conduisit, le jeune roi est salué avec un enthousiasme juvénile réel et débordant.
L'appareil makhzenien qui a organisé les funérailles de feu Hassan II joue à plein pour présenter à la foule, éperdue d'acclamations, un jeune homme de belle prestance, tout sourire et qui n'économise pas les gestes bienveillants en réponse à l'accueil chaleureux de son public.
Féerie du carrosse antique et des chevaux aux sabots dorés. Euphorie des réjouissances encadrées par les motards modernes. Bel entrain que manifeste la liesse des foules alignées tout au long des avenues badigeonnées à neuf pour l'occasion. Cela est du moins d'un bel effet sur les écrans de télévision.
C'est beau ! C'est émouvant ! Mise en scène réussie ; l'Etat spectacle à la marocaine n'est pas novice, lui, dans l'art de jouer avec les attributs et les symboles dans l'apparat et la munificence d'une vieille tradition.
Le symbole a pris un coup de jeune et l'élan est sincère. Tout porte à penser qu'après une nuit de cauchemar, le scintillement d'un rayon de soleil pointe enfin à l'horizon. L'ombre pesante d'une époque de plomb semble se dégager pour faire place au rayonnement d'une aube naissante. C'est l'aurore magique annonçant un printemps longuement attendu.
La promesse généreusement distribuée est enivrante. Mais gare au désabusement si, après le dégrisement, la grisaille des perspectives bouchées rappelle la jeunesse, enchantée un moment et bercée par le grand espoir, à son sort peu enviable. Les parades et les cavalcades passées, la poésie ailée fera place à la terrienne prose du chômage et de la misère. Les effluves de l'enivrement passés, la béatitude fera place à la gueule de bois.
L'image soignée et la bonne volonté de la nouvelle autorité emblématique risquent d'être trahies par des résistances, des contraintes socio-économiques et des rapaces qui guettent le moment propice pour défendre leurs privilèges et perpétuer les circonstances politiques favorables au blocage et à la stagnation. Tapis dans l'ombre, les tireurs de ficelles, agents corrompus et corrupteurs habiles dans l'art de camoufler la vérité et de promouvoir le mensonge, chercheront à contrer les jeunes volontés inexpérimentées.
L'on ne peut faire contrepoids aux vieux renards avec la bonne intention épanouie. L'on ne peut prétendre ouvrir une nouvelle page et fleurir un nouveau parterre en cultivant avec candeur les public-relations avec une génération accablée de désespoir. On ne peut continuer à jeter la poudre aux yeux du monde quand le Maroc est sur le fil du rasoir. On ne peut agir de la sorte quand le compte à rebours est déclenché.

Premières manoeuvres
On ne peut se payer d'images et de mots pour oublier et faire oublier par l'exposé avenant et optimiste du verso la désespérante grisaille du recto.
Les jeunes conseillers du jeune roi semblent vouloir conjurer le mal-être marocain avec les incantations médiatiques. A défaut de pouvoir leur donner du pain et de l'emploi, donnons-leur du spectacle et distribuons-leur des sourires! Même Néron faisait mieux en assurant le pain quotidien. Le spectacle venait après le pain. Les jeunes technocrates ne s'intéressent-ils pas aux leçons de l'histoire?
Le jeune entourage semble vouloir gommer l'image sinistre d'une époque où régnaient la main lourde des tortionnaires de Tazmamart et l'hypocrisie d'une démocratie de façade garantie par les attestations de foi publiques que les élections n'ont jamais été falsifiées, que l'honneur et la vérité ont toujours présidé à la conduite des affaires et que l'"alternance consensuelle" est un ajout appréciable et original à la démocratie.
La jeunesse qui acclame Mohammad VI se détourne définitivement d'une classe politique complice, bon gré mal gré, du vieux makhzen menteur et traître aux principes de l'Islam affiché, comme elle se détourne de la démocratie hassanienne vidée de toute substance et adultérée au goût d'un despotisme sans foi ni loi.
Conscients du manque de repères et du déficit identitaire dont souffre la génération boat-people qui fuit le Maroc de la misère au risque que l'on sait, les jeunes conseillers marient les fétiches surannés et modernes pour faire accroître et pour faire adopter une foi de remplacement à ceux ou à celles qui n'ont plus foi en personne. L'hymne national et le drapeau rouge à l'école implanteraient semble-t-il le sentiment de loyauté dans les coeurs tendres. Les campagnes de solidarité et les badges à cinq dirhams consacreront la nouvelle "culture de l'aumône publique".
S'abîmer en salutations matinales devant le drapeau national, la main sur le coeur, et s'égosiller en chantant au vent l'hymne national finiront, la misère aidant, par discréditer le nouveau fétichisme. Changer l'attirail idéologique ne pourra jamais insuffler aux Marocains le nouvel esprit qui les mettra en branle et qui les rassurera sur leur avenir. Les sessions annuelles de la main tendue à l'aumône constituent désormais une tradition qui trouve une page d'honneur dans l'agenda makhzenien pour normaliser nos rapports avec la mendicité.
Qui leurre qui? Qui essaie-t-on de mener en bateau dans cette vague publicitaire? Les jeunes desperados qui vendent les maigres avoirs de leur famille pour acheter un billet à destination de la mort en s'embarquant sur les felouques de fortune à Tanger?
Qui manque de principes solides et d'une robuste volonté va chercher ses certitudes sur le marché du prêt-à-porter des slogans bon marché. Allez raconter des histoires d'abondance aux affamés! Faites miroiter le mirage de l'oasis hospitalière à la horde assoiffée dans le désert des promesses non tenues. La désillusion n'en sera que plus grande et les conséquences plus catastrophiques quand, les mirages évanouis, les dures vérités démentiront le grand mensonge.

Un héritage très lourd
Nous voilà bien partis en focalisant tous les espoirs sur un nouveau visage apparu soudain sur la scène. Sur les épaules frêles du prince héritier, innocent des crimes d'antan, viennent tout d'un coup s'amonceler de lourdes responsabilités: celles d'abord de balayer les écuries d'Augias et d'assainir le paysage politique et administratif infesté d'âmes vautrées dans le vice et vendues à Satan. Victime parmi les victimes hier, le voilà aujourd'hui appelé à endosser la responsabilité de sauver le Maroc du naufrage au bord duquel il se trouve.
Personne parmi les observateurs, un tant soit peu avertis, n'ignore que le système tout entier est en déliquescence. Les " signaux forts " par lesquels le Palais essaie d'affirmer sa volonté et d'entériner son autorité en rendant justice à un opprimé par-ci et en prononçant un discours bien ficelé par-là ne suffisent pas à remédier à une situation désastreuse.
Passé le temps o la répression policière et le bon plaisir du Prince tenaient lieu de politique. Passée l'époque où les superlatifs dithyrambiques et les discours grandiloquents envoûtaient un parterre de courtisans domestiques et complaisants, complices de l'opération criminelle du détournement de mineurs. Le peuple analphabète, berné un temps par l'unanimisme consensuel d'une classe de politicards, attend aujourd'hui des actes. La jeunesse désoeuvrée et livrée à la drogue pour fuir une société ingrate et éviter du regard la perspective d'un avenir sans horizon réclame aujourd'hui du travail et une place au soleil.
Que doit faire le jeune Mohammad VI qui jouit aujourd'hui auprès de sa génération d'une grande et généreuse vogue? Que peut faire le prince charmant pour répondre en actes décisifs aux attentes fébriles et aux espoirs du petit peuple et du peuple pauvre ?
Que doit-il faire, que peut-il faire pour asseoir son autorité et affermir sa position ?
Pour effectuer, pour entamer le changement profond que le pays appelle de ses voeux, il faut que le "roi des pauvres", titre ô combien vénérable, se définisse en rupture totale avec un passé qui n'a de majestueux que le nom et la trique. Il a besoin d'acquérir par des actes virils et loyaux la stature d'un chef qui soit à la mesure du grand espoir que son accession au trône a suscité parmi la jeunesse et dont l'exubérance des accueils, à lui réservés partout, témoigne.
Doit-il agir pour mériter l'auréole morale et imposer son autorité?
Peut-il agir?
Que faire?
Soit que le souverain prenne son courage à deux mains et fonce, avec la volonté intrépide d'un chef, sur les obstacles, soit il végétera dans les velléités des pusillanimes.
Soit qu'il fasse preuve d'audace et de détermination, soit la routine du makhzen et les solutions faciles constitueront un handicap qui tiédira l'enthousiasme des inaugurations chaleureuses. Le pur-sang franchira-t-il d'un trait tous les obstacles ou bronchera-t-il devant ceux-ci? De reculade en reculade, l'exécrable destin des rendez-vous manqués avec l'histoire serait alors celui de notre poulain.

Un devoir sacré
Toi, lecteur, mon ami ! Toi, homme de foi, mon frère! Toi, ma soeur! Vous qui partagez ma douleur de voir notre pays au bord du précipice alors que la gent obséquieuse des thuriféraires pavoise et brûle l'encens devant l'autel des totems sacrés! Vous tous, peuple sincère et honnête, vous intellectuels intègres et courageux qui mâchez vos mots à l'unisson avec le discours mielleux des flatteurs! Passez outre mon style escarpé et prêtez votre oreille et votre conscience à mes mots endoloris!
La prostration devant ce qui se passe, le silence retentissant des statistiques calamiteuses qui placent le Maroc à la traîne des nations sont trop parlants! Ces réalités traduites en chiffres ne peuvent être dénoncées et mises en évidence avec des mots émoussés, des phrases banalisées, des expressions fades et froides et un style anesthésié de conformisme. Mes mots sont exacerbés, malhabiles peut-être, choquants sans doute au goût de la pléiade des bien-pensants ! Qu'importe ! La cause noble pour laquelle milite tout citoyen libre et habité par un haut idéal exige de nous tous un minimum de franchise et de simple honnêteté intellectuelle pour révéler les vérités occultées et éveiller les consciences en léthargie.
Oui ou non, notre devoir comme citoyens soucieux de l'avenir de notre pays est de dénoncer la fraude et les fraudeurs? Oui ou non, ce jeune roi a droit à entendre des voix non mercantiles avant que la propension à la suffisance et à la superbe propre au Prince courtisé n'en fasse un tyran abominable? Oui ou non, ce bateau ivre à la dérive, cette nation arriérée qu'est devenu le Maroc a droit à notre sollicitude?
Avalez vos langues, vous les lymphatiques de la volonté! Applaudissez le manège, vous les badauds du cirque! Quant à vous, hommes et femmes de foi, jeunes et moins jeunes de bonne foi, vous avez votre mot à dire et votre message à faire passer. Dites votre mot et proclamez votre message en faisant fi de la médiocrité politicienne qui crie à l'outrecuidance et à l'insolence chaque fois qu'un musulman barbu ou une musulmane voilée profère un mot en dehors de l'enceinte sacrée de la complaisance consensuelle et à contre-poil des certitudes avachies.

Questions brûlantes
Pauvre du jeune roi, son héritage est trop lourd! Trop de questions se posent à son sujet. Trop d'attentes écrasantes l'attendent au tournant.
Que veut faire le jeune roi nouveau venu au pouvoir?
Que peut-il faire? Qu'osera-t-il entreprendre? Se laissera-t-il obnubiler par les flatteries des arrivistes? Se laissera-t-il envoûter par le chant des sirènes du pouvoir? Le pouvoir corrompt, on le sait, et le pouvoir absolu, auquel tendent naturellement les rois héritiers, corrompt absolument.
Les forces centrifuges et la ségrégation sociale approfondiront-elles le fossé séparant les Marocains en plusieurs catégories? La méfiance du peuple à l'égard de l'élite politicienne gagnera-t-elle les esprits concernant la jeune figure apparue aux yeux de la jeunesse désemparée comme celle d'un sauveur inattendu?
Que peut faire un roi novice accablé de tant de soucis et portant le fardeau d'un système bâti sur l'idée que le roi peut tout faire et doit tout faire?
Rien s'il se laisse bercer par l'antienne rassurante de jeunes courtisans qui ne manqueront pas d'accourir et qui voudront se tailler un morceau de ce que leurs prédécesseurs repus auront laissé! Rien s'il confie au hasard des alternances calculatrices le soin de changer le cours des événements!
Beaucoup s'il fait preuve d'audace et de détermination et s'il va toujours plus loin dans les faits et les actes. Beaucoup s'il fait tout pour prouver que celui qui conduit le train n'est pas un personnage fluide et moux, jouet docile entre les mains des puissances astucieuses et intrigantes du Palais.
Il est temps d'oublier les mégalomanies aiguës, filles scandaleuses du mariage malheureux entre une démagogie moderne et la fameuse nakhoua (munificence) de Dar El Makhzen.
Parlons vrai. Parlons chiffres, parlons ménage, parlons concret, parlons clair!
Le Maroc est réputé être une famille bienheureuse que baigneraient les bienfaits d'un roi-soleil, père attentionné des Marocains et sage entre les sages. Longtemps la propagande makhzenienne bien orchestrée a présenté chaque jour sur le théâtre de la fausseté les arguments fallacieux et les images fardées, comme quoi tout est excellent dans le meilleur des Maroc possibles. Aux membres crève-la-faim de la famille marocaine, on a, pendant quatre décades, promis le pays de cocagne. Devant le peuple paisible et tranquille on a fait comparaître les trublions, diables maléfiques et fauteurs de troubles, comme ennemis du peuple; jadis c'était les gens de gauche, aujourd'hui les barbus et les voilées de l'Islam.
Quel beau cocon familial pour le Marocain que celui qu'a produit une époque où se sont succédés la poigne infernale des Oufkir, les Tazmamart d'après Oufkir, les disparitions dont personne ne sait rien et les procès iniques dont l'issue et la sentence sont connues d'avance!
De mal en pis, le Maroc des "tontons macoutes" s'est détérioré sur le plan des droits de l'homme jusqu'à ce que la situation nationale et les pressions internationales ne puissent plus supporter les passe-droits et l'affreux destin réservé aux fils et aux filles (à la tête chaude) de la famille marocaine unie sous la bienveillance du père de la nation.
Sous la poigne policière, et profitant de l'absence de tout contrôle, les pillards s'en sont donné à coeur joie et ont amassé des fortunes colossales, tout cela sous l'aile protectrice du Sceptre. L'ami du pouvoir est à l'abri de toute poursuite comme il est à l'abri de tout. Il a de plus tous les droits.
A l'intention des membres (bien-aimés) de la famille, les sans-soutien et les laissés pour compte, les prestidigitateurs de service avaient plusieurs tours dans leur sac et étaient prompts à sortir de leur manche un lapin pour éblouir la galerie et éconduire un problème .
La machine a excellé à produire la misère pour tous et la richesse insolente pour les favoris, l'indemnité pour les proches et la casse pour les récalcitrants.

Urgences
La toile de fond qu'hérite le sympathique souverain (que l'engouement du moment ne doit pas leurrer) est la gabegie générale, la misère pour beaucoup, le confort criard pour quelques-uns, la corruption comme moyen d'administrer et de gouverner, le tripatouillage des élections comme institution et pratiques démocratiques. Bref, la ratatouille makhzenienne.
Le système qu'il aura à gérer est englué dans le magma de ses sécrétions. Le roi doit chercher une issue pour sauver la situation. L'"alternance consensuelle" et le "pacte d'honneur" ont été longuement négociés, concoctés et enfin conclus. L'on sait bien combien en vaut l'aune. N'insistons pas!
Le jeune roi, promesse souriante, n'est pas responsable des méfaits et des crimes des autres. Il est pénétré de compassion pour les déshérités, à preuve sa simplicité et l'accueil qu'il réserve à la foule des quémandeurs qui assaillaient sa demeure du temps où il n'était que prince héritier et qui continuent de l'assaillir chaque jour de misère que l'injustice sociale et l'absence de justice tout court font.
Il s'agit maintenant pour le prince au bon coeur, devenu roi courtisé et jalousé, d'impulser une nouvelle dynamique à la machine et de réorganiser les rapports sociaux en vue d'un nouveau départ.
Le roi doit se dépasser, se surpasser, autrement il sera vain d'attendre des résultats profonds et durables d'actions marginales improvisées coup par coup. Il faut un acte fondateur, un acte qui légitimerait une nouvelle conduite de l'Etat, une autre méthode de gouvernance, une justice autre, un enseignement sensé, une justice sociale qui abolirait les privilèges et qui rapprocherait les deux rives de la fracture béante entre les va-nu-pieds et ceux qui roulent sur l'or.
Il faudra faire prospérer l'économie et favoriser l'investissement productif créateur d'emplois.
Il faudra imprimer aux événements un nouveau tour. Le nouveau style marqué par le courage certain du jeune Mohammad VI constitue déjà une amorce dans ce sens, mais il faudra au bras qui veut activer un Maroc traînard une force toujours plus grande. Il faudra un grand bond en avant. Il faudra à cette ambition naissante et innocente des crimes du passé une visée haute et un levier spirituel.
Il faudra entreprendre une remise en cause de tout le système. Il faudra mettre le train sur de nouveaux rails, et, pour ce faire, il faudra disposer d'une locomotive et d'un levier vigoureux.
Il faudra tout remettre en cause car, derrière les palissades décorées, la bâtisse est fissurée et menace ruine. D'où l'ardente nécessité d'intervenir et de marquer un grand coup.
Il y a une urgence cuisante de frapper un grand coup, car la construction branlante en soi va bientôt entrer en choc frontal avec deux grandes et effrayantes échéances: la question du Sahara et le marché mondial ouvert dans dix ans.
L'hypothèque du Sahara est un legs envenimé du règne révolu et de la politique de prestige dédaigneuse des hommes. Nos frères Sahraouis sont partagés entre deux choix :
-- Celui d'une royauté rigide sur son trône qui les somme de se prosterner devant elle conformément à la grand-messe rituelle de la bai'â makhzenienne, cérémonie caricaturale qui n'a rien à voir avec le pacte islamique solennel en vertu duquel un peuple libre s'engage et engage la responsabilité d'une autorité librement acceptée.
De contrat synallagmatique mutuellement engageant, la bai'â s'est transformée au cours de l'histoire musulmane mouvementée et tourmentée en une parodie ridicule.
Les Sahraouis, hommes fiers et indépendants, ont été soumis brusquement au cérémonial makhzenien, et l'on a vu sur les écrans les nobles figures des chefs tribaux courber l'échine devant la majesté péremptoire et hautaine. Quelle humiliation! Quelle blessure de l'amour propre d'une population très attachée à l'Islam et qui se voit avilie!
-- Celui qu'exprime la voix des bandes armées et idéologisantes et qui leur parle le langage de la dignité. Vont-ils voter un jour prochain pour un Maroc unifié et vraiment musulman, Maroc à repenser et à reconstruire ou bien vont-ils tirer la conclusion de l'humiliation passée et de la répression sauvage dont ils ont été victimes tout récemment et choisir la dignité et la liberté sous une autre bannière?
Les milliards qui ont été dépensés pour des cités modernes flambant neufs bâties sur les sables du désert n'auront servi qu'à appauvrir le Maroc et à aggraver son endettement. La politique du prestige conquérant aura servie à consacrer la rupture entre deux fractions d'un même peuple.
Urgence cuisante et nécessité ardente de revoir et de remettre en cause notre islamité, hautement proclamée mais sournoisement trahie.
Quant à nous, notre option est claire et sans équivoque: l'unité des peuples musulmans au travers des frontières scélérates héritées de notre histoire ancienne et récente.
Quant à l'urgence de prévenir la descente du couperet du marché ouvert, elle nous apparaîtra en parcourant un peu les statistiques de la place du Maroc sur la scène mondiale.
Parlant de principes, on reste dans le vague. On ne cerne la réalité qu'en serrant de près les données. S'ils ne sont pas attelés à une tâche bien déterminée par une conscience honnête, les principes ont tendance à être volatiles. C'est pourquoi nous évoquerons quelques chiffres pour nous rendre compte de la gravité extrême de la situation et de l'effort exceptionnel qu'il faudra déployer pour résister aux difficultés qui ne manqueront pas de barrer le chemin devant toute tentative de changement.
Je ne joue pas ici les Cassandre par crainte excessive devant les menaces présentes et prévisibles. Ce qui m'anime c'est le devoir d'exhortation au bien que l'Islam exige de tout musulman et le devoir d'avertir contre le mal.
Depuis longtemps, nous avons dénoncé les méthodes dictatoriales qui veulent que l'homme au sommet du pouvoir s'arroge le droit de tout régir selon son bon vouloir, tout dicter, tout savoir, tout avoir, tout posséder.
La constitution octroyée, et périodiquement remise au goût du jour, est l'expression moderne du firman impérial: le sang qui coule dans mes veines et la peine que je me suis donnée de naître me garantissent le droit d'être le maître absolu du destin de tous! De mes mains ils doivent tout attendre!

Statistiques alarmantes
Et voilà en chiffres le résultat de l'héritage de cette gouvernance géniale:
Les statistiques des Nations unies sériant les Etats du globe selon leur indice de développement humain classent le Maroc à la 125ème place derrière, et de loin, les pays voisins tels la Tunisie et l'Algérie. Belle performance et brillants résultats!
12 millions de Marocains vivent en deçà du seuil de pauvreté, c'est-à-dire avec moins de 10 dirhams par jour.
Prés des trois quarts des Marocains gagnent moins que le SMIC marocain, c'est-à-dire 1600 dirhams par mois.
Le bidonville tend à être l'habitat habituel et accepté comme une banalité pour un nombre de Marocains en recrudescence.
Le rapport des salaires au Maroc varie de 1 à 1000, avec trois zéros; de 1 à 10 et moins en Europe.
23% des Marocains à la force de l'âge sont inactifs et en chômage. Sans parler du chômage déguisé qui porterait le pourcentage à une barre effrayante.
Une jeunesse qui se drogue pour oublier ou qui "bulle" pour fuir la misère insupportable. "Buller" est le mot employé pour signifier qu'on s'en va et qu'on brûle la seule carte qui reste: la vie. On joue avec cette ultime propriété un jeu brûlant.
Plus de 100.000 diplômés du supérieur, médecins, ingénieurs, professeurs, techniciens de qualité, ruminent leur désarroi et leurs déceptions dans les cafés du coin ou manifestent dans les rues de la capitale.
53% des Marocains (chiffre avoué) sont analphabètes et bons pour être menés en bateau par la propagande officielle ou la surenchère partisane. Il est édifiant à ce sujet d'observer comment les élections se déroulent chez nous, comment la misère des uns, la malhonnêteté des autres et la complicité criminelle d'une administration policière et corrompue participent à faire de nos élections une mascarade dramatique.

De la corruption à la mondialisation
De la corruption, il n'est plus de conscience qui ne soit scandalisée. La corruption est devenue un mode de vie. Du plus humble (serviteur) de l'administration au personnage haut perché de la haute sphère, tout le monde tend la main. Tous les services ont un tarif allant du billet rouge à l'enveloppe bien garnie. Le chèque viré au compte en banque suisse est le moyen adéquat d'acheter l'autorité de la "haute", clean et discret.
Cela étant, comment s'étonner si les investisseurs étrangers hésitent à s'aventurer au Maroc. Surtout que l'appareil judiciaire de chez nous est, de notoriété publique, vénal. Devant les tribunaux, les courtiers négocient impudemment l'issue d'un procès, comme s'il s'agissait d'un banal achat de bétail au souk.
Si l'on ajoute à tant de maux qui gangrènent notre administration la lenteur bureaucratique et l'atermoiement du préposé ou du chef de service qui attend qu'on lui graisse la patte pour bouger, l'on comprendra pourquoi l'investisseur tant nécessaire boude le Maroc. En Europe occidentale, trois ou quatre heures suffisent pour faire signer votre dossier. Au Maroc, il faut attendre des mois, sinon des années.
Il s'agit d'encourager et d'épauler un essor économique, de sorte que notre présence sur le marché mondial soit compétitive. Question de vie ou de mort. Comment y parvenir dans les conditions abominables de nos institutions, de notre appareil judiciaire et de notre administration?
Comment convaincre les investisseurs de venir chez nous quand la moindre petite paperasse demande des mois sinon des années pour être obtenue! Il faudra se morfondre en attendant sagement que l'intermédiaire proche du pouvoir soit satisfait de sa part en actions de votre société ou que votre niaiserie et votre bonne foi soient désabusées. Pour investir au Maroc, il faut soit respecter le droit au "café" du moindre petit fonctionnaire, soit avoir la vocation d'un Don Quichotte qui aime courir après les moulins à vent. Il faut toujours faire son choix administratif: le "café" ou le marathon de bureau en bureau sans être sûr du résultat.

De la drogue
Comment affronter une mondialisation qui frappe aux portes (si elle n'est déjà-là) avec une jeunesse droguée? Voilà un autre dossier brûlant qui n'est pas à ignorer. Parler de la drogue au Maroc revient à évoquer un dilemme auquel on n'est pas près de trouver une solution tant que le système corrompu est perpétué par l'âpreté au gain des caïds de la drogue et la dépendance des provinces du nord de la culture du cannabis. Les uns et les autres sont poussés à produire et à écouler cette marchandise qui trouve de plus en plus acquéreur chez nous comme ailleurs. Naguère, les médias européens ont dénoncé la participation éhontée au trafic de la drogue de personnages proches, très proches du régime.
Je me vois ici contraint de me référer à des données et à des statistiques glanées dans les médias occidentaux. Etant donné la "transparence" prétendue chez nous, nous en sommes réduits à nous mettre à l'écoute de ce que disent de nous les autres; ces nations libres et bien informées. Comment vérifier? Comment contrôler? Comment savoir avec l'expression libre muselée et la propagande officielle mensongère et hypocrite de chez nous?
Les faits scandaleux et abjects rapportés par des organes sérieux qui ne sont pas de simples feuilles de chou achetées et mercenaires soulèvent le dégoût. En rapportant ces données et ces statistiques, mon intention n'est pas de jeter en pâture au public des actes pervers et des chiffres ahurissants. Les morts sont morts et c'est à Dieu de les juger, mais les vivants pâtissent, et pour des générations, des méfaits des disparus.
Le peuple qui n'a pas accès aux sources d'information libres et véridiques doit tout savoir pour guérir une fois pour toutes de son attachement à la dictature. Un peuple informé, mis au courant et conscientisé sur ce que la tyrannie peut commettre de crimes doit rejeter les tyrans et s'émanciper de leur joug conformément aux principes sacrés de l'Islam.
Le Saint Prophète nous a prévenus et mis en garde contre la tyrannie mordante. Le mot â'ad (mordant) exprime parfaitement la rage qu'a le despotisme de vous croquer.
Répercuter les informations peu reluisantes sur nos gouvernants en les appuyant de traits acérés ne relève pas d'un règlement de compte quelconque dicté à un esprit chagrin par une froide rancune. Lâche et irresponsable qui vise à tirer vengeance posthume de cadavres refroidis. Des morts, on tire leçon pour les vivants. Les petits sentiments puent la médiocrité et l'insignifiance. Mais la vérité doit être recherchée et proclamée.

Tristes vérités
Avis aux âmes sans crainte de Dieu, tremblant de peur devant la créature: voilez-vous la face, bouchez-vous les oreilles!
Aux âmes racées, dont Mohammad VI semble faire partie, il faut servir la vérité crue au lieu de leur présenter les mets apprêtés du mensonge. Les menteurs et les hypocrites, les gens sans crainte de Dieu, sans foi en Dieu et en la Vie Dernière sont autant d'insectes humains pris dans la toile de leurs préoccupations mesquines. Ils sont embobinés autour de leur néant existentiel par la spirale des jours et des nuits qui égrènent des vies sans objet et sans honneur.
Hassan II sera jugé! Mohammad VI aussi! Ils rendront compte, comme nous tous, au Juge Suprême qui les questionnera sur le mur de la honte qui s'élève plus haut chaque jour entre un peuple miséreux et une poignée de profiteurs. Qui l'a bâti ce mur? Qui l'a entretenu?
Tout finit par se savoir. Seul le peuple analphabète préoccupé par le pain quotidien ignore ce qui se passe au Maroc. Les journaux et les publications étrangères ne cessent d'étaler la honte du pillage systématique des richesses marocaines par les autorités marocaines.
Qui ignore encore parmi les intellectuels, grands lecteurs de la presse étrangère, que l'ONA, cette pieuvre tentaculaire que contrôlait le défunt roi que Dieu l'ait en Sa grande Miséricorde (il en a bien besoin, le pauvre, là où il est maintenant) était et reste une parcelle importante de la fortune hassanienne? L'accaparement, le monopole et les privilèges dont jouissait sous le règne révolu et dont continue de bénéficier l'ONA ont fait de cet empire colonial une hydre à têtes multiples, une sangsue qui pompait et qui continue de pomper des profits scandaleux aux comptes faramineux de la majesté disparue.
Tout au Maroc appartenait, peu ou prou, à l'ONA, ce monstre intouchable, donc au roi. Cette parcelle importante des richesses accumulées pendant quatre décennies est revenue avec le reste de l'avoir colossal du défunt aux héritiers royaux. L'énormité du magot (excusez la vulgarité du mot) mettra dans l'embarras ceux-ci, à commencer par Mohammad VI, le jour ou le peuple, dégrisé et ne supportant plus la morsure de l'indigence, ne se contentera plus de chuchoter et réclamera des vivants les comptes des morts.
Iceberg apparent des possessions royales évaluées à plusieurs milliards de dollars selon certaines publications, l'ONA dominait et continue de dominer l'économie du pays. Le roi défunt, que Dieu lui pardonne, se targuait d'être un fellah parmi les fellahs. Dérision des mots ou cynisme dérisoire!
Rien n'échappait à la boulimie de l'ONA qui engloutissait tout ce qui se présentait comme un domaine lucratif. Le domaine agricole comme celui de l'agro-alimentaire était annexé par l'organisation. Le tourisme et les hôtels de luxe, de grand luxe où les invités de "notre ami le roi" étaient reçus, comptaient pour de maigres bagatelles devant la fortune colossale qui comprenait les banques, l'assurance, les sucreries, le pétrole, l'ingénierie financière, les entreprises publiques, les sociétés minières, un conglomérat financier bénéficiant de privilèges inouïs, la pêche, l'industrie chimique, l'impression, le transport, le textile. Et la liste est longue.
Les bénéfices fabuleux (à l'échelle locale, car l'essentiel des revenus et des avoirs royaux choisissent résidence et siègent ailleurs) du roi étaient occultés et soustraits aux regards indiscrets des indigènes. Quand la mégalomanie rêve de construire l'une des mosquées les plus grandes et les plus opulentes du monde, elle mobilisera les agents d'autorité pour dépouiller les fellahs (les vrais) de leurs sous. L'arbitraire et l'archaïque autorité makhzenienne opèrent en plein jour. Le pouvoir d'Etat moderne jette la poudre aux yeux en parlant de démocratie et de constitution pour mieux agir, en sous-main ou à la lumière tamisée, selon des procédés barbares.

Les jardins démoniaques
Le roi défunt (que Dieu le prenne au sein de Sa Miséricorde) avait, selon sa propre expression, son "jardin secret" qu'il se réservait le droit de cultiver en privé. En fait, il disposait en guise de jardin, de cimetières privés où sont enterrés les "mauvais sujets" parmi ses serviteurs. Il disposait de sinistres mouroirs où sont emmurés vifs les rescapés des assassinats pas si mystérieux que ça et les épargnés des pelotons d'exécution.
Macabres jardins qu'on cache soigneusement pour pouvoir présenter visage humain au monde. D'autres cachotteries touchent aux comptes royaux dans les banques étrangères ouverts sous des numéros secrets ou des pseudonymes. Les investissements royaux à l'Etranger sont innombrables et leur contrôle échappait au propriétaire lui-même qui ne savait plus combien d'entreprises ou de châteaux il possédait. Sont-ce les allégations fausses d'une presse étrangère calomnieuse, ou bien est-ce la vérité qu'on nous cache? Il faut nous la dire, la vérité.
L'accumulation de tant de richesses échappe à l'entendement. En 1994, l'Observatoire géopolitique des drogues avait publié un rapport confidentiel dans lequel certains proches, très proches, du souverain défunt étaient nommément cités. Le roi lui-même n'était point épargné.
Comment savoir? Comment contrôler? Pourquoi savoir? Pourquoi parler de ces choses maintenant?
Les affaires ténébreuses demeurent occultées dans ce pays qui subit le black-out total tout en protestant contre les bribes de vérité publiées à l'Etranger, assurant que la démocratie hassanienne est l'exemple même de la transparence. La chape de plomb et la main lourde étouffèrent le pays jusqu'au jour ou l'existence de Tazmamart, longtemps niée, est enfin avouée. Les témoignages poignants des anciens locataires de cette demeure cauchemardesque dévoilent les secrets infernaux du "jardin secret du roi".
L'étendue du fossé qui sépare les prétentions des faits, le mensonge de la vérité, est à la mesure du fossé social qui sépare le Maroc pauvre de l'élite scandaleusement riche, élite qui tient ses privilèges de la main prodigue du roi défunt et d'un entourage ignominieusement corrompu et corrupteur.
Le pillage de l'économie marocaine sinistrée est un fait! Les palais royaux aussi; ces palais que le jeune roi a fait courageusement évacuer, dit-on, d'une horde de serviteurs toujours prêts à recevoir le monarque défunt, toujours sur le pied de guerre pour ne pas se faire surprendre par un patron si cruel avec les petites gens, si avenant et si généreux avec ses hôtes de marque.
Ames bien nées, amis lecteurs, frères et soeurs qui lisez mes propos! Que l'aspérité de mes mots et la véhémence de mon langage ne vous laissent pas soupçonner que c'est l'amertume longtemps rentrée qui dicte ma critique! C'est le regret de voir l'Islam bafoué, la vérité travestie et mon pays dupé qui aiguisent ma plume.
Nulle hargne ne m'anime. Dieu m'est témoin que je souhaite le Salut éternel au défunt autant que je souhaite aux vivants longtemps brimés, longtemps trompés, longtemps étouffés, de tirer les choses au clair. Les survivants de l'ère passée doivent chercher à voir clair dans une situation brumeuse et glissante pour éviter au Maroc des dérapages catastrophiques et pour tirer du passé des leçons pour le futur.
Parlons de leçon et de sagesse au prince héritier devenu subitement roi après la disparition d'un pauvre musulman pécheur. Parlons-lui d'hier et de demain et de l'éternité pour voir s'il a l'étoffe d'un fondateur capable d'initier une ère nouvelle ou s'il n'est que le fils de son père, ombre passagère sur la scène et personnage transitoire.

Mort d' "homme"
Hassan II aimait entretenir ses intimes de la première grande leçon qu'il a reçue après le décès de son père Mohammad V, (que Dieu les ait tous les deux dans Sa Miséricorde). Lors de la prière des morts, la dépouille du roi défunt Mohammad V étendue, corps inerte devant l'assistance, on annonça la prière pour "un homme". Un homme parmi des milliards d'autres qui comparaîtront devant leur Créateur. Un homme! Aucun titre honorifique. Un homme! Réduit à sa plus simple expression. Au bout du parcours, la dépouille d'un roi égale celle du dernier des roturiers au regard des vivants émus de méditer devant "un homme" leur propre devenir, le seul devenir certain de tous les mortels: la mort.
Hassan II, touché un moment par le spectacle émouvant de la mort d'un homme-héros adulé de son vivant, a-t-il cessé d'y penser le jour d'après? A-t-il oublié la leçon et l'avertissement des funérailles éplorées de son père? Pourquoi se détourne-t-on de l'inéluctable et se distrait-on de l'implacable et redoutable fin qui nous attend tous, nous les voyageurs éphémères sur cette terre, demain pour sûr simples "hommes" enveloppés dans un linceul?
Les mécréants ont résolu l'angoisse de la mort en s'acceptant animal sans signification et en se résignant au néant. Pour ceux-là, la mort est la tragédie suprême et ultime qu'il faut oublier pour pouvoir continuer à subir la vie, à jouir des plaisirs que la vie nous offre, à laper à pleine gueule les pâtées de la vie, à s'abîmer éperdument dans les distractions de la vie, à se droguer physiquement ou moralement pour oublier l'absurdité de la vie, à se survivre dans la mémoire des hommes en accomplissant des oeuvres d'art, en réalisant des projets grandioses, en léguant à ses héritiers un patrimoine consistant, à l'humanité une découverte scientifique, à sa ville un monument ou une fondation de charité.
Ils apaisent donc ce sentiment latent en chassant l'idée de la mort et l'image insupportable de leur cadavre en putréfaction après la mort.
Quant aux musulmans fidèles à Dieu et ayant foi en le Message de Son Envoyé le Saint Prophète Mohammad, (Salut et Bénédiction sur lui), ils cultivent le souvenir et le ressouvenir de la mort, en font une réminiscence de tous les instants. L'image de "l'homme" que nous serons tous un jour ou l'autre devrait être présente à notre esprit depuis le réveil jusqu'au coucher et particulièrement lors de nos prières et de nos oraisons. Ceci pour avoir toujours présentes à l'esprit les réalités d'après la mort: la Résurrection, les comptes à rendre devant Dieu de notre comportement durant la vie éphémère ici-bas, la sentence du Juge Suprême, la marche des bienheureux à leur demeure éternelle dans le Paradis, où l'escorte conduisant les mécréants et les hypocrites aux fosses de l'Enfer.
Pauvre de l'homme moderne, de culture ou acculturé, pour lequel parler de la mort est un signe de dérèglement, une psychose, une obsession maladive justiciable de l'asile psychiatrique.
Pauvres des "hommes", qu'ils soient rois ou simples mortels, qui ont oublié les grandes leçons qu'ils se plaisaient à raconter aux autres!
Pauvres de nous tous, "musulmans" sans la foi, détournés de la foi, escroqués de la foi, oublieux de la foi, infidèles à la foi, traîtres de la foi, ennemis de nous-mêmes quand nous nous comportons dans la vie comme si nous étions éternels sur cette terre!
Le pauvre Hassan II, ému un moment lors de l'oraison funèbre de "l'homme" qu'était devenu son père (que Dieu embrasse dans Sa Miséricorde l'un et l'autre) a vite fait d'oublier. Au lieu d'agir en mortel soucieux de son Devenir après la mort, il céda à la tentation que peut offrir la vie à un roi: jeunesse, richesse, santé, prestige, culture. Il céda à toutes les tentations qu'il courtisa avec le doigté d'un artiste. Son "métier de roi", terme qu'il affectionnait parlant de lui-même, lui offrait les moyens et les opportunités d'assouvir ses désirs de grandeur et de savourer les délicates et délicieuses tromperies de la vie.

Leçon d'histoire, leçon de piété
O âme candide! O roi héritier de roi! O "homme" fils d'"homme" et donc promis à la mort tôt ou tard!
Hassan II, s'il n'était qu'un particulier, un commun des mortels, aurait eu droit à notre compassion et à notre silence compréhensif, pécheurs mortels que nous sommes tous, implorant la Clémence et la Grâce de Dieu. Mais il était roi! La leçon que son fils doit tirer du spectacle de Hassan "l'homme" qu'il a porté jusqu'à sa demeure dernière sur ses épaules abattues ne doit surtout pas dépérir dans la mémoire de Mohammad VI, devenu aujourd'hui roi, devenant un jour certain "homme" à son tour.
Hassan II, celui-là même qui institua la devise trinitaire: "Dieu, la patrie, le roi" est désormais pauvre chose ensevelie dans un cercueil doré; pauvre chose.
Le jeune monarque a marché dans le cortège du prétendu prétendant demi-dieu infaillible et a assisté à la scène annuelle de la sacrilège cérémonie où ce n'est point Dieu qu'on adore. Puisse Dieu pardonner à l'"homme" le rituel makhzenien de la bai'â makhzenienne qui veut que les dignitaires du royaume se prosternent bas, et à cinq reprises, devant l'idole humaine, au milieu du tumulte des pauvres serviteurs à chéchias rouges affairés à aligner les rangs des adorateurs.
Comment veut-on que les dignitaires annuellement dressés à se prosterner bas devant les idoles aient quelque dignité que ce soit? Marionnettes en djellabas blanches et en burnous dûment retroussés, les pauvres gens, ministres et hauts fonctionnaires, doivent se sentir une âme de tapis aux pieds du maître.
Que vont répondre à Dieu les initiateurs et les serviteurs d'un makhzen qui, en guise de contrat de loyauté, fait subir aux hommes l'humiliant rituel, impie et païen?
Le jeune roi a aussi assisté aux conférences du Ramadan et aux festivités du mausolée. Grandioses assemblées pour l'organisation desquels un budget fou est affecté. Bien de mainmorte, les habous sont des legs de musulmans pieux passés de l'autre côté qui ont fait confiance aux générations leur succédant pour que leurs donations soient consacrées aux dépenses pour le culte et pour les pauvres. Quelle trahison que celle d'un pouvoir qui, non content de détourner l'argent des morts, le dépense pour célébrer des fêtes idolâtres!
Le jeune roi devra choisir entre deux destinées: soit que le sens dynastique et l'éblouissement par les feux de la rampe le portent à rester loyal à une tradition décadente et à une pompe de mauvais aloi et de mauvaise foi, soit qu'il se décide à faire le grand pas pour dépasser et racheter les crimes et les impiétés auxquels il a assisté, avec une gêne évidente.
Si le jeune roi choisit de rester sous la tutelle de la tradition ancestrale, craintif de transgresser la caïda, l'on saura que la situation critique dans laquelle se trouve le pays est sans espoir, et que le respect de l'Islam que professait Hassan et que professerait le Mohammad du choix craintif n'est qu'un vain mot.
Si, par contre, la crainte de Dieu et un éveil spirituel animent le deuxième Mohammad, repenti et revenu à Dieu, humble mortel préparant son Devenir, il doit se mettre à démanteler "l'empire du mal".
Le jeune et sympathique souverain, en ce début du mois de novembre 1999, vient de remporter la première manche dans un combat glorieux contre ledit empire. Il vient de renvoyer le ministre de tous les crimes, le préposé aux basses oeuvres de feu Hassan II.

Bon augure et grand défi
C'est, ma foi, un coup de pied formidable dans la termitière makhzenienne qui suscite l'optimisme. Reste pour le monarque à achever le travail de nettoiement. Après avoir déboulonné un gros bloc, il lui faudra dégager les décombres pour reconstruire à nouveaux frais l'édifice vermoulu qu'on lui a légué. Il n'est certes pas aisé d'effacer les atteintes à l'honneur du Maroc, aux droits des Marocains, à la dignité humaine, sans déraciner en profondeur l'arbre de la géhenne.
L'acte spectaculaire et fulgurant de démettre de ses fonctions le pilier central du makhzen, le factotum de Hassan, son confident et son homme de confiance, est un acte courageux et méritoire. Un tournant décisif peut-être.
Mais, un tournant de quoi vers quoi?
L'homme de paille de Hassan II n'est qu'un pauvre hère, un exécutant, un fusible destiné à isoler des hautes tentions. A quoi sert de faire sauter le fusible si l'installation défectueuse est vouée à se perpétuer? Une fois le bouc émissaire sacrifié, les démons sont-ils pour autant exorcisés?
Le nouveau roi parle dans ses discours d'un "nouveau concept de l'autorité". Il vient d'administrer magistralement la preuve qu'il entend agir en conséquence. Il vient de passer avec succès le test de crédibilité. Après les petits signaux, il vient d'en donner un grand.
Mais entend-il vraiment rompre avec le passé? Peut-il rompre avec le passé?
C'est sans doute une petite révolution, mais à quand la grande ?
Où va Mohammad VI? Où va le Maroc?
Nulle part sans se reconstruire et reconstruire sur des bases solides, sur le roc inébranlable de la foi. C'est un acte politique de grande envergure que de chasser dans l'opprobre une figure abhorrée par le peuple entier. Comment vont être gérés le vide politique d'une alternance fictive et l'espace politique gagné par la disparition d'une grosse tuile?
On peut toujours pencher pour une politique politicienne et trouver des agents à visage humain pour combler les espaces vides. Mais quid du vide moral dont le méchant ministre n'est que le voyant? Quid du vide spirituel? Quid de l'économie et de l'argent des morts et des vivants au pillage desquels le ministre tombé participait?
Quid?
Mohammad fils de Hassan, et le Maroc avec, ne vont nulle part en avançant dans le flou des improvisations et du coup-par-coup. Quelle que soit l'audace du jeune roi, quelles que soient sa fougue et ses actions d'éclat, quelles que soient les espérances mises en lui par le peuple qui pousse des ouf de soulagement, le manque d'un projet de société clairement défini, profondément accepté par le peuple risque de compromettre cruellement l'espoir d'échapper aux affres d'un déluge qui s'annonce proche.

Rupture salvatrice
Les hommes forts du régime, tel Oufkir et Dlimi, laisseront la place aux serviteurs sans états d'âme comme le ministre déchu aimait à se définir. Sans une remise en cause approfondie, le fond pourri des choses restera le même. Après un sursaut spectaculaire, viendra la déception et l'échec.
Quand le fond est pourri, les hommes de basses inclinations, s'ils se voient chargés de présider au destin des nations, ne vont pas s'inspirer d'une haute visée qui transcende la bêtise humaine, l'injustice humaine, la turpitude humaine et la férocité carnassière des tortionnaires.
Seule une échappée par le haut peut extraire les souverains héritiers d'un pouvoir absolutiste, et les peuples à eux assujettis et peuplant les bidonvilles matériels, culturels, politiques et moraux de la "mare au diable".
Le cas d'espèce qui nous intéresse ici, notre marécage marocain en l'occurrence, pue et sent. Les pincettes des "signaux", petits et grands, ne peuvent aller au fond pour évacuer la boue accumulée couche sur couche.
Tâhe ingrate que celle de retrousser ses manches pour "aller au charbon". Noble entreprise que celle de vouer sa vie et son énergie à assainir l'environnement et à déblayer le terrain pour pouvoir construire. Le peuple soutiendra l'effort d'assainissement et de reconstruction s'il est associé loyalement à l'entreprise, dans la transparence. Les énergies, les compétences et le potentiel économique et moral ne manquent pas. Mais si l'on veut les mobiliser et les faire fructifier, il faut mettre une génération saine au travail, lui ouvrant les yeux sur ce qui s'est passé et sur ce qui se passe. Il faut congédier avec les agents de la ténèbre la tradition de l'opacité et du camouflage des vérités.
Le règne "glorieux" de Hassan "le bâtisseur" du Maroc moderne était une succession de capitulations politiques et culturelles vis-à-vis de l'extérieur concomitante et solidaire d'un absolutisme conquérant et cruel vis-à-vis du peuple.
Mohammad VI est le premier à connaître, pour les avoir subies, les manières brutales et le langage "châtié" du défunt roi dans ses relations avec les Marocains, proches ou serviteurs. Il était aussi premier témoin de la différence quand il s'agissait d'étrangers.
Les accointances du roi défunt, que dis-je, ses connivences, ses complicités avec ses amis et ses soutiens étrangers sont des secrets de polichinelle. Qui ignore son affection et son intérêt particulier pour le sionisme cosmopolite? Le peuple marocain n'a-t-il pas assisté, surpris et ahuri, au spectacle télévisé des rabbins bénissant et priant pour le "prince des croyants"?
La presse américaine a révélé comment la CIA américaine en collaboration avec le Mossad sioniste organisaient la sécurité du défunt roi, comment ses amis de confession juive et d'idéologie sioniste bénéficient de ses faveurs. Est-il de plus grande preuve à cela que celle de l'Etat sioniste usurpateur qui baptise 70 avenues et rues en Israël du nom de Hassan après sa disparition! Le gouvernement et les organisations sionistes, animés par des juifs d'origine marocaine et qui savent être reconnaissants envers leur bienfaiteur, ont participé aux cérémonies israéliennes en souvenir de "l'inoubliable ami".
Ami avoué des juifs sionistes, notre Hassan a tant fait pour plaire et complaire à la gent cosmopolite. Ce qui fait dire aux mauvaises langues que le système hassanien est une judéocratie.
De cette lointaine perdition, de ce profond égarement, il faudra au jeune et courageux Mohammad VI revenir. Ce serait un repentir et un retour à Dieu exemplaires si en plus de se désolidariser clairement et sincèrement des aberrations du père et de ses graves atteintes à l'Islam et à la morale, il joignait une rupture avec ses propres erreurs de jeunesse et ses péchés véniels.
Se désolidariser de cette politique exécrable qui consiste à trahir le peuple palestinien frère et musulman ne sera pas une vaine t,che. Les complices du père jouent ouvertement pour protéger le roi "regretté" et sécuriser le roi novice. Par exemple quand l'Observatoire des fortunes internationales publie que Hassan est l'un des hommes les plus riches de la planète, la nouvelle et les titres des journaux sont vite escamotés. L'on sait qui détient les grands média et qui contrôle la grande presse en Amérique et ailleurs.

Un changement de fond
La fortune fabuleuse du défunt roi (que Dieu l'ait dans Sa Miséricorde) est échue en héritage empoisonné à Mohammad VI et à ses cohéritiers. La convoitise humaine va-t-elle inciter les héritiers, musulmans et descendants du Saint Prophète, à conserver chacun sa part des biens que leur père a amassés par les moyens que l'on sait?
Le roi jeune et les princes et princesses vont-ils, peuvent-ils, interroger leur conscience sur la disparité monstrueuse entre un peuple végétant dans la misère noire et des héritiers subitement ensevelis sous le poids d'une richesse à peine croyable ?
La psychologie des princes élevés dans les palais d'une opulence inouïe est-elle apte à se laisser effleurer seulement par la simple pensée de comparer leur situation à celle des autres?
La conscience des princes éduqués et élevés à l'européenne est-elle susceptible d'être touchée par le sort de la multitude qui végète dans le manque, le besoin, l'analphabétisme, le désespoir, la misère noire?
Le jeune monarque semble appartenir à la catégorie des coeurs sensibles à la misère des humbles. Tout incite à le penser et à le croire: ses gestes attendris pour embrasser le petit garçon handicapé, sa sollicitude envers les démunis qui font la queue devant sa demeure et auxquels il accorde son attention.
Signes de magnanimité et de générosité. A la bonne heure!
Mais le jeune roi, le roi généreux et au bon coeur peut-il aller plus loin sur cette voie louable? Peut-il se convaincre, peut-on le convaincre que la situation est tellement sérieuse, le besoin d'une grande partie du peuple est tellement grand, que seul un grand changement de fond peut mettre fin à l'exclusion sociale, à l'indigence sans nom et à la stagnation économique?
La condition de la femme, l'exploitation éhontée de l'enfance, la jeunesse droguée et en chômage semant la panique dans les ruelles des quartiers sont autant de plaies sociales qui crient la détresse du Maroc pauvre. La criminalité juvénile est l'autre face, hideuse celle-là, de la jeunesse souriante et optimiste qui acclame le cortège royal.
Pour mettre en équation le Maroc afin de pronostiquer sérieusement son avenir, il faut tenir compte de deux données. La première est que le poids énorme de la dette extérieure pèse sur le budget du pays et handicape toute tentative de redressement. Ceci en plus de l'immoralité de l'administration, de sa lourdeur et de sa corruption qui constituent la tare du Maroc agissant et la malédiction du Maroc qui subit.
La deuxième donnée est que le jeune roi et les princes et princesses sont les cohéritiers de la colossale richesse laissée par l'homme disparu.
Mettez les deux données côte à côte et l'évidence d'une solution radicale au problème de la pauvreté des Marocains saute aux yeux: affecter cette grande fortune au payement et à l'effacement de cette lourde dette. Et voilà que le roi nouveau se hisse au rang des héros. Voilà que le jeune monarque accomplit l'acte fondateur qui le lancera sur la trajectoire des destinées humaines glorieuses.
Proposition simpliste! Naïveté enfantine! Insanité et folie!
Le jeune roi au coeur tendre a-t-il l'étoffe d'un héros pour tenter l'impossible? A-t-il l'imagination "naïve" et supérieure de transcender toutes les logiques de l'abandon et de la capitulation pour penser et imposer cette politique d'une autre trempe?
Il y a maintenant plus d'un quart de siècle, j'avais proposé au roi défunt l'exemple et le modèle d'un saint-homme, luminaire brillant dans le firmament de l'histoire musulmane, qui osa défier toutes les logiques de son temps et de son clan pour bouleverser l'ordre reçu, les idées reçues et les traditions reçues de sa lignée et imposer aux événements un tour nouveau.
Lueur incomparable dans l'histoire post-califienne des musulmans, Omar fils de Abdelaziz fut proclamé roi après le décès de son oncle le roi Soulaiman. Il s'avéra être un pur parmi les purs en commençant son règne par la restitution de tous les biens de la nation à la nation. Il exigea de la famille royale de faire de même. Sa femme, voyant la rigueur et la droiture d'un époux hors du commun, consentit et déposa aux pieds du roi jusqu'au dernier de ses bijoux.
C'est l'exemple et le modèle que j'ai proposé au roi défunt dans mon incurable naïveté et que je propose aujourd'hui, sans trop d'optimisme, je l'avoue, au fils mortel d'un roi déjà parti.
L'exemple de Omar Ibn Abdelaziz est le plus connu dans notre histoire, mais il n'est pas unique. D'autres grands hommes ont laissé dans l'histoire des musulmans des traces indélébiles. Youssouf Ibn Tachfine en est un, et des plus illustres.
C'est un jeu d'enfant que d'écrire et de décrire pareille proposition. Sur le terrain des réalités vécues, c'est l'impensable.
C'est l'impensable, à moins que le dynamique Mohammad VI n'élève son regard vers les cimes et n'entreprenne la seule solution capable de libérer le pays de la lourde hypothèque qui grève notre présent et compromet tout espoir de développement durable et profond. Ce n'est point là une mince affaire.
Ce grand coup, si jamais la conscience royale le conçoit et que l'audace souveraine ose l'envisager et l'exécuter, permettra au jeune roi inexpérimenté et entouré d'une couvée de vipères éclose et entourée de soins dans le nid du makhzen hassanien, de prendre la stature d'un héros sauveur qui tatouera la mémoire de l'histoire et rentrera par la grande porte dans la Grâce de Dieu.
Le makhzen hassanien n'est pas près de rendre l'âme. Quand on a pris le pli et contracté le virus de la corruption et de la fourberie propres à l'administration makhzen, haute et basse, on ne renonce pas facilement aux prébendes, aux intrigues et aux complots.
L'épuration d'une administration corrompue sera possible une fois le "grand acte" accompli, la régénération d'un système vieilli envisageable, l'organisation d'une solidarité sociale basée sur le développement et l'emploi et non sur la seule charité publique et privée. Le geste décisif et la geste héroïque accomplis, le roi pourra faire appel à l'abnégation de tous, à la responsabilité et à la droiture de tous, à l'implication et au dévouement de tous, pour reconstruire un Maroc nouveau, un Maroc de rêve, un Maroc rêvé.

Résistances
Utopie chimérique?
Non, simplement une solution de bon sens. Solution difficile certes, car le monde où nous vivons n'est pas une planète sans pesanteur, et les résistances seront multiples.
Résistance extérieure quand les instances financières, les banques et les sociétés de placement verront leurs intérêts lésés par un déplacement subit et important de fonds aussi importants.
Résistance tenant à l'atavique attachement aux possessions de la terre, cet attachement propre aux hommes toutes conditions confondues.
Le rapatriement de la fortune amassée injustement après réalisation des biens immobiliers est une solution de haute volée politique. Mais c'est avant tout un devoir religieux. Rendre au peuple marocain ce que le défunt "père de la grande famille marocaine" a amassé n'est que rendre justice. Le jeune roi au coeur tendre et à la dynamique entreprenante devra se décider à envisager une solution radicale au sujet de ce legs pesant, sinon ce sera la stagnation du Maroc et son enfoncement encore plus bas dans le sous-développement.
Cette proposition osée qui paraît à première vue un indice de douce folie, le propos d'une imagination ailée ou la divagation d'un détraqué persécuté par une idée fixe, paraîtra un jour comme le bon sens et la solution de sagesse.
N'est-il pas ridicule et mesquin de faire tant de tapage autour de la fondation Hassan II, cet organisme dont l'idée a germé dans quelque tête écervelée ou dans celle d'un fieffé hypocrite. Quelle trivialité lorsqu'on veut attacher au nom d'un homme réputé être l'une des plus grandes fortunes de la planète (fortune estimée par certains à 40 ou 50 milliards de dollars, sans compter l'immobilier et les autres avoirs) l'administration et la gestion du minable petit milliard du deuxième GSM!
Sont-ce des racontars de mauvaises langues pendues que ceux qui attribuent à un homme absent parce que mort des richesses inexistantes?
D'odieuses calomnies colportées par des média irresponsables?
Qu'on publie un démenti! Qu'on dise au peuple la vérité et le chiffre exact ou approximatif des biens spoliés!

Les nouveaux concepts
Le jeune "père de la nation" sait maintenant qui détient les secrets et les clefs du vrai changement. Puisqu'il propose un nouveau concept de l'autorité, qu'il agisse conformément à un nouveau concept de la justice et du partage équitable entre les membres de la même famille.
Une nouvelle conception de l'économie et du développement, jusqu'ici hors de portée, s'impose à lui s'il veut faire sortir le pays de l'ornière. L'équation qui aligne la dette extérieure du Maroc avec les avoirs du roi du Maroc crie au scandale. La dette extérieure absorbe, maintenant après les gains de l'ajustement structurel, quelque 36% du PNB du Maroc. Parallèlement, le taux raisonnable de l'épargne nationale qu'il faut pour un départ sérieux de l'économie est de l'ordre de 36%. Autre équation dont l'intérêt, s'il échappe à l'entendement des petits comptables réalistes et près de leurs chiffres n'échappera pas aux imaginations intrépides.
L'acte décisif, le geste historique proposé au jeune roi émanciperait le Maroc du joug de la Banque mondiale. Il mettrait le Maroc à l'abri des diktats de cette institution carnassière qui a contraint le pays à se soumettre aux restrictions impitoyables de l'ajustement structurel avec le coût social qui a terrassé le Maroc.
Devant la dévastation sociale qu'a provoquée, et que menace d'aggraver, la main-mise de ladite banque sur les économies endettées, l'on parle de l'entreprise citoyenne. On fait appel à la solidarité sociale pour adoucir la vie des couches pauvres de la société.
Mohammad VI peut-il pousser ses sollicitudes envers les pauvres au-delà de la bienfaisance organisée?
Peut-on voir un jour le roi se métamorphoser en roi-citoyen? Il conduit lui-même sa voiture et s'arrête au feu rouge. Mais ce n'est pas cela qui fera régner dans le pays la paix sociale tant valorisée.
La liquidation du dossier dette/fortune royale dans le sens que nous souhaitons aurait pour le Maroc d'immenses avantages. L'investissement repartirait, l'argent affecté aujourd'hui à l'amortissement de la dette serait destiné à l'investissement public. L'enseignement et l'éducation, dont l'ineptie et les hésitations ont ravalé le pays au 125ème rang dans le monde, seraient sauvés du désastre. L'infrastructure, déficiente ou inexistante dans les zones rurales serait nettement améliorée. Le désenclavement social et géographique des zones défavorisées permettrait un recul sensible de la pauvreté. Le chômage pourrait être résorbé par des procédés plus efficients que le recrutement d'un millier de travailleurs par-ci ou l'engagement d'une centaine de docteurs et d'ingénieurs par-là.
Le grand acte accompli, le souverain pourrait s'attaquer, avec une autorité indiscutable et une stature morale hors-pair, à la corruption et à l'immoralité que diffusent les médias marocains. Il ne peut y avoir de départ sérieux sans moraliser la politique, l'administration et la société. On ne peut moraliser les autres sans commencer par soi-même. Le grand acte est avant tout une action morale.
Equipés alors de moyens économiques et financiers, l'on pourrait envisager le salut public et rentrer de plain-pied dans une aire nouvelle de transparence et de vraie démocratie.
Je viens d'écrire le mot magique, le mot fétiche, le mot passe-partout.
Je n'ai pas l'espace de discuter ici des principes et du progrès que constituerait l'avènement d'une démocratie propre dans un pays comme le nôtre. La règle démocratique, c'est-à-dire en résumé la liberté et le droit du peuple de choisir son gouvernement est pour nous la seule issue de la ténèbre absolutiste. Ce n'est ni le moment ni le lieu de faire le procès de la démocratie qui souffre même chez elle de maux incurables.
Je parle de la règle démocratique pour faire le distinguo entre l'organisation procédurière et le corollaire inhérent à la démocratie moderne : la laïcité, la sécularisation et l'indifférence aux valeurs spirituelles et morales.
Si nous sommes preneurs de la règle et de la procédure démocratiques, nous rejetons tout ce qui risque de nous éloigner de notre raison d'être: l'Islam.
Longtemps exclus de la scène politique, qu'on nous permette de rester sceptiques quant aux possibilités d'un rachat global par le jeune monarque. Cependant, en accord avec la logique d'ensemble de l'Islam qui n'exclut pas la démarche progressive d'un repentir et d'un rétablissement, nous ne sommes pas pressés.
Et toujours en accord avec cette logique, nous maintenons cette "tranquille" proposition. Qu'on montre aux yeux du monde de quel bois l'on se chauffe, qu'il y a quelqu'un derrière la barre qui dirige le navire avec sagesse et droiture après le limogeage des ministres pirates. Qu'on administre au peuple endolori, par des actes virils et décisifs, la preuve que la tradition tyrannique et impie ne va pas se répéter à l'identique, que la bouffée d'espoir que la jeunesse respire au contact du roi jeune n'est pas l'annonce d'une bourrasque, que les héritiers de la fortune colossale vont lâcher prise.
La fortune héritée pourrait couvrir plusieurs fois la dette du Maroc et financer les besoins urgents du Maroc. En proposant au roi et aux princes et princesses le repentir et la restitution au peuple des biens du peuple, je ne leur demande pas d'évacuer leurs villas et de partager avec les Marocains démunis l'habitat sinistre des bidonvilles. Le roi, représentant de l'Etat, doit avoir à sa disposition les moyens matériels de son rang. Les princes et princesses ont droit, une fois qu'ils se seraient montrés solidaires avec l'entreprise exemplaire et historique que nous proposons, auraient droit à la reconnaissance du peuple et à ses égards. Ils auraient droit avant tout et surtout à l'agrément de Dieu.
Que le roi lise et fasse lire aux siens le Coran et le Hadith du prophète. Les versets du Coran et l'enseignement du Hadith détaillent le châtiment réservé aux potentats iniques et maudissent l'injustice et les injustes. Le Kitab al madhalim dans le recueil de Boukhari serait une lecture édifiante pour tous.
Je souhaite beaucoup de cran et de courage au jeune roi tout en lui répétant en guise d'adieu:
Rachetez votre pauvre père de la tourmente en restituant au peuple les biens qui reviennent de droit au peuple. Rachetez-vous! Repentez-vous! Craignez le Roi des rois!

Salé, le 05 châabane 1420,
correspondant au dimanche 14 novembre 1999.

Abd Assalam Yassine

P.S.: J'ai rédigé ces pages en français pour des raisons faciles à deviner; outre que seul ce qui est écrit dans une langue européenne est lisible dans les instances diplomatiques et politico-médiatiques, ces messieurs-dames "francophonisés" tiennent pour bavardage insipide ce qui se publie en arabe, langue devenue pour eux un simple moyen vernaculaire pour communiquer avec le peuple analphabète.
Quel que soit votre effort de communiquer avec l'élite occidentalisée, votre discours est un charabia confus si vous vous exprimer en arabe, surtout si vous portez barbe et que vous ne pratiquez pas l'idiome journalistique courant et les formules toutes-faites faciles à déchiffrer.

[Fin du ducument de Mr Yassine]


Le document ci-dessus est extrait du site <www.yassine.net> et est ici affiché à des fins et usage d'étude et de recherche, sans but lucratif.
Le document ci-dessusest traduit en:
Deutsch: ---Memorandum An den Berechtigten
English: Memorandum to him who is concerned
Spanish: ----Memorandùm A quien correspond
Arabic-----------------------------------------------

MAROC
ATLAS ASSEZ MOYEN

L'islamisme est le seule mouvement politique que les juifs ne peuvent ni acheter, ni infiltrer, ni briser. Comme ils tirent des bénéfices immenses du régime actuel, on comprend qu'ils redoutent ceux qui veulent le faire tomber.


[Le texte suivant est extrait du site français "aaargh "]
( http://www.abbc.net/aaargh/fran/actu/actu00/actu0004.html )
"L'un des plus grands voleurs de l'Afrique est enfin mort. Hassan II et son sourire sarcastique quand il évoquait ses ennemis torturés ont disparus. L'accession de son fils au trône est enveloppée de maintes questions. La tyrannie va-t-elle continuer?

Parmi les petits signes d'ouverture, on peut compter le dialogue-affrontement qui a opposé, le 8 février 2000, sur la chaine de télévision qatarie Al-Jazira, très populaires dans tout le monde arabe, Abderrafie Jawhari, responsable de l'USFP, la soi-disant "gauche" marocaine, actuellement au pouvoir, et notre ami et collègue Ahmed Rami, exilé politique depuis bientôt 30 ans pour sa participation à une tentive de coup d'Etat contre le sultan rouge, rouge du sang du peuple. Le moins qu'on puisse dire est que Rami a balayé ce pâle opportuniste. Il a insisté à plusieurs reprises en réclamant "pour les Marocains les mêmes droits que les juifs ont au Maroc". Aussitôt la meute se déchaîne. Robert Assaraf, chef autoproclamé des juifs marocains, se répand en lamentations. (Voir Jeune Afrique - l'idiot, 7-13 mars 2000, numéro 2043) "Ne faudrait-il pas aujourd'hui mobiliser les Juifs du Maroc, dispersés à travers le monde, afin de lancer un procès public contre Ahmed Rami, devenu fasciste et antisémite pour gagner le soutien des islamistes?"

Toujours ces procédés de basse police. L'article est intitulé "Maroc: de l'islamisme à l'antisémitisme". L'islamisme est le seul mouvement politique que ces gens-là ne peuvent ni acheter, ni infiltrer, ni briser. Comme ils tirent des bénéfices immenses du régime actuel, on comprend qu'ils redoutent ceux qui veulent le faire tomber.

Pour notre part, il est absolument clair que seuls les islamistes, au Maroc et dans beaucoup de pays musulmans, ont une capacité d'opposition à la domination américaine-européenne-israélienne. Il suffit, pour s'en convaincre de lire leurs analyses et leurs propositions, qui se trouvent rarement exposées dans les journaux, et pour cause. Il nous est donc agréable de donner la parole à l'un des principaux leaders islamistes du Maroc, le cheikh Abdessalam Yassine en publiant le mémorandum qu´il a adressé à Mohammed VI. On soulignera la hauteur de vues dont il témoigne.

On gardera présent à l'esprit le fait que Mr Yassine est en prison depuis dix ans, sans jugement, sans procès. On se souviendra que le Maroc, sous Hassan II, a été une abominable dictature, d'une férocité systématique. Les opposants tombaient dans un monde obscure de cauchemare et de torture que l'ignoble souverain appelait benoîtement son "jardin secret" quand il parlait aux journlistes-carpettes des médias français. On gardera aussi à l'esprit le fait que Hassan II avait amassé l'une des plus grosses fortunes du monde, comme son acolyte Mobutu, en prélevant systématiquement une dîme sur toutes les activités de ses sujets dont l'apauvrissement régulier est aussi un fait incontestable. Tous les gouvernements français, de gauche comme de droite, ont cautionné ces ignominies.

On nous reproche déjà une prétendue alliance brun-rouge. En fait, nous sommes pour une alliance arc-en-ciel, en ajoutant le vert (islamiste), le jaune (bouddhiste), le noir africain, et toute le reste des peuples qui gémissent sous le joug, toujours et partout le même."
aaargh



Interview with Ahmed Rami

English

Russian

Swedish

Português
Ahmed Rami

"Maroc Hebdo international " , journal marocain (proche du régime) a publié l´article ci-dessous (un interview avec Ahmed Rami) dans son numéro du vendredi 22 Juillet 1994. Cet article a été partiellement republié (avec commentaire) par la revue française "Courrier International " du 1 septembre 1994.


Ahmed Rami
Après un exil de vingt deux ans, l´acteur de
deux tentatives de coup d´Etat militaire parle..

.
Propos recueillis par
Mustapha Tossa

Ahmed Rami est né en 1946 à Tafraout au Maroc. Il a fait ses études secondaires à Tiznit au sud du Maroc.
De 1963 à 1966, il est professeur d´arabe à Casablanca au Lycée Mohamed V, au Lycée Fatima Zahra et à l´Ecole Normale des Institutrices.
En 1966 il rentre à l´Académie militaire marocaine de Meknès pour être muté, deux années plus tard, à l´Etat-major des blindés au camp Moulay Ismaïl de Rabat.
Il participe aux deux tentatives de coup d´Etat militaire au Maroc: celle de Skhirat en 1971 et celle de l´attaque du Boeing royal en 1972.
Après une année de disparition dans la cladestinitée, il gagne la Suède en 1973 où il obtient l´asyle politique et la nationalité suédoise.
Après avoir été militant UNFP (Union Nationale des Forces Populaires), Ahmed Rami se présente aujourd´hui comme militant islamiste, mais d´un "islamisme [dit-il] qui dépasse le débat sur le folklore et les rites".
Autodidacte, il a publié de nombreux ouvrages, en suédois, langue de son pays d´accueil, sur la question palestinienne, l´Etat d´Israël et les rapports conflictuels entre Musulmans et Juifs.
Vingt ans ont changé Ahmed Rami. Aujourd´hui, il croit au dialogue politique pacifique à condition que "toutes les libertés soient garanties au sain d´un Etat de droit".

Maroc-Hebdo



Maroc- Habdo
: Comment avez-vous perçu le discours royal du 8 juillet 1994 et vous sentez-vous concerné ?

- Ahmed Remi: J'ai pour habitude de ne croire qu'aux actes et non pas aux discours. Si les propositions et les initiatives ne sont pas suivies d'actes concrets, elles deviennent vides de sens.

Je me sens évidemment concerné par tout ce qui se passe dans mon pays. J'ajouterai que la société marocaine traverse, actuellement, une période décisive de son histoire.

Quant à ma situation personnelle, vous n'êtes pas sans savoir que je ne suis pas un réfugié politique comme les autres.

J´ai participé directement ou indirectement aux deux tentatives de coup d'Etat des années 70, [Attaque du palais royal de Skhirat le 10 juillet 1971 et attaque de l´avion de HassanII le 16 août 1972] après avoir été un militant de l'UNFP [Union nationale des forces populaires]. Mon cas ne peut être traité qu'au niveau de la plus haute autorité militaire.



Votre retour au Maroc, est-il donc imaginable dans ces conditions et comment ?

- A. R.: Il faut que vous sachiez que je ne fais pas de mon retour au Maroc une exigence immédiate.

Bien sûr, mon souhait le plus ardent est de pouvoir retrouver les miens, ma mère et mon frère notamment qui - et cela est à mettre à l'actif du pouvoir - n'ont jamais été inquiétés. Mon père non plus qui d'ailleurs s'est éteint tranquillement chez lui au Maroc, il y a près de deux ans. Etant donné mon exil, je n'ai pas pu le voir une dernière fois.



Etes-vous décidé à regagner le pays?

- A. R.: Si vous me garantissez ma sécurité et la liberté d'exprimer mes opinions, je prendrais le premier avion : Vous savez, tout exil est souffrance mais cette souffrance est moins dure quand l'exilé milite pour la réalisation de son idéal et de ses convictions.



A vous entendre, votre retour au Maroc reste hypothétique ?

- A. R.: Je vous répète que je ne -suis pas un réfugié politique ordinaire, mon cas ne peut être traité que par la plus haute autorité militaire, à savoir le chef de l'Etat.

Çela dit, mon rêve est de pouvoir rentrer dans un pays où règne l'Etat de droit et la liberté. Le Maroc peut si les responsables le désirent devenir modèle de transition douce et pacifique vers la démocratie pour l'ensemble du monde arabomusulman.

Les coups d'Etat sont les pires choses qui puissent arriver à un pays. A présent, il n'y a plus de regrets à avoir, le temps a fait son œuvre. Mais les conditions d'oppression et de corruption, à l'époque, étaient telles que le coup d'Etat était la seule manière d'exprimer son mécontentement.

A l'époque d'Oufkir, j'avais à peine 25 ans, donc jeune, impatient, dynamique, fougueux. Comme la plupart des jeunes de m a génération, je voulais changer le monde. Comment ? Certains ont essayé de le faire par le discours idéologique, d'autres comme moi, par l'action. N'oubliez pas que je faisais partie de l'armée, cette grande muette. Le devoir de réserve était de rigueur.



Alors vous vous êtes exprimé par les armes, était-ce la bonne solution ?

- A. R.: C'était la pire des solutions. C'est un signe de faiblesse de notre société que d'avoir eu besoin au recours à la violence. Mais tout cela est vieux de 22 ans. Evitez-moi de remuer davantage ce passé révolu. Maintenant, l'Islam représente, pour moi, un nouvel engagement moral.



Mais ces opinions, vous pouvez toujours les exprimer au soin d'un parti politique au Maroc ?

- A. R.: Les partis politiques marocains ne sont guère représentatifs. Il y a une rupture réelle entre ces "partis" en tant qu'"organisations" et le Peuple marocain. Et puis, vous savez, au Maroc, on n'a pas encore la liberté de fonder le parti politique que l'on veut.

Ce n'est pas par caprice que je dis cela, mais c'est un constat réel.

Le problème n'est pas dans la forme du régime mais dans sa nature et ses intentions.

Les partis politiques actuels sont artificiels - pour la forme - et font partie intégrante du régime dont ils sont le produit et qui les utilise pour camoufler sa vraie nature. Ce régime - comme tous les régimes arabes actuels - manque de légitimité. C´est le problème essentiel. Donnez-nous la liberté d'expression, d'opinion et d´organisation (même pour les islamistes), donnez-nous un pluralisme politique authentique, donnez-nous une véritable alternance - sous n´impore quelle forme - et appelez cela ce que vous voulez. En arabe, nous devons utiliser un mot arabe pour qualifier cela, au lieu d´utiliser un vocabulaire importé. Il faut définir la liberté et la démocratie en tant que méthode (régles de jeu politique définies par une constitution appliquée) et non en tant que contenu. La démocratie n´est pas une idéologie (politique, économique ou religieuse, l´Islam est notre seule religion et notre seule idéologie), mais une méthode neutre (comme les mathématiques) nécessaire au bon fonctionement de toutes les sociétés humaines, de tous les Etats, de toutes les organisations et associations politiques, sociales ou religieuses pour gerer et résoudre leurs probèmes de gestion.
.


Vous êtes réfugié politique en Suède, parlez. nous de vos activités dans ce pays ?

- A.R: En tant qu'islamiste, il faut penser globalement et agir localement. Quand je suis arrivé en Suède, j'avais constaté que notre identité musulmane était, tous les jours, bafouée. J'ai créé "Radio Islam". Je dois vous dire que dans cette radio, je n'ai jamais dénigré mon pays, car j'estime que nous devons laver notre linge sale en famille.

Les thèmes de la radio sont, entre autres la question palestinienne, la Guerre du Golfe et la situation des musulmans dans le monde...

Sur la question palestinienne, je suis entré en conflit direct avec le lobby sioniste suédois et mondial. J'ai écrit quelques livres, en suédois, sur ces questions.

Le lobby juif a réussi à me faire condamner à six mois de prison, officiellement « pour manque de respect au peuple juif ». Cette lutte, ce combat sont, en vérité, à armes inégales.



Vous êtes connu pour entretenir des relations priviligiés avec le pouvoir Iranien...

- A. R.: Justement, à l'issue de mon procès qui a eu un retentissement médiatique important, j'ai été invité par les Iraniens à me rendre à Téhéran. Mon affaire a été discutée au plus haut niveau de la République islamique d'Iran. Le parlement iranien a discuté des tenants et aboutissants de ma condamnation.



L´Iran a-t-il financé vos activités en Suède?*

- A. R.: Si j'avais touché le moindre centime des Iraniens, croyez-moi que le lobby juif suédois ne se serait pas gêné de le crier sur les toits.

Je n'ai jamais touché un centime de qui que ce soit. "Radio Islam" est financée par ses auditeurs. Mes livres ont été imprimés par des bénévoles suédois connus. J'ai choisi cette voie pour ne dépendre de personne, et conserver ainsi ma liberté d'expression, de critique et surtout ma dignité de musulman libre.



Entretenez-vous. des rapports avec des Islamistes marocains ?

- A. R.: J'ai des rapports avec certains d'entre eux, mais je ne fais partie d'aucun mouvement.



Qu'est-ce qui vous empêche d'adhérer à tel ou tell mouvement Islamiste marocain?

- A. R.: Mes contacts avec eux me permettent de rester à l'écoute de leurs préoccupations. Une révolution islamique, éclairée et radicale, est la seule voie pour sauver l´existence même de notre nation. Les mouvements islamistes sont notre seule chance pour réaliser cette révolution. Et ils sont aujourd´hui les seuls à résister à la décadence et à la capitulation culturelle. Ceci dit, certains des mouvement islamistes n'ont pas encore réussi à apprendre à établir des priorités en vue de s´occuper, d´abord, de l´essentiel.

Si en tant qu'islamiste, je milite pour le réveil et la rennaissance de l'Islam et l'instauration d'un Etat islamique, ce n'est pas pour confier le pouvoir à des gens fanatiques et stupides - tels certains en Afghanistan et et au Koweit - motivés par des obsessions folkloriques superficielles et intolérantes qui portent tort à l´Islam. Certains de ces "islamistes" connaissent plus sur le sixième siècle que sur le 20 ème siècle.

En fait, le but essentiel de l´Islam est la liberation de l´homme. Dans l´Islam la liberté est la régle, l´interdit est l´exception. Dans l'Etat islamique idéal que je préconise, le principe fondamental est celui de la liberté qui garantit le pluralisme des idées guidées par le Coran, la Sunna, le bon sens et l' ijtihade.

Les mouvements islamistes,- et je parle ici en tant qu´islamiste - présentent encore une grande carence en cadres politiques INTELLIGENTS, éclairés et compétants, capables d'opérer une synthèse entre un souci islamique réel et la capacité à comprendre et résoudre les problèmes de notre époque. Le seul mouvement qui me paraît relativement doté d'une telle ossature est le Hizbollah au Liban. J'ai rencontré à trois reprises son leader spirituel Mohamed Hussein Fadlallah qui présente les qualités d'un grand leader éclairé. Au Liban - il est vrai - il y a un système de démocratie relative, de pluralisme et de liberté d´expression relativement favorable à un dévelopement politique sain et à l´apparition des dirigenats capables et compétants. Mais cette démocratie libanaise n´est pas tombée du ciel. Elle a été arrachée par le Jihad et par une lutte héroïque. La liberté ne se donne pas, elle s´arrache.

Il y a risque que certains des mouvements - qui se disent "islamistes" - portent (en eux-même) les mêmes maladies qu´ ils prétendent combattre. Des "leaders" charlatans et machiavelistes - produits des régimes actuels - peuvent facilement s´infiltrer et exploiter la nature de l´ action secréte - impopsée par les dictatures stupides - pour excuser et légitimer l´exercice de la dictature interne dans leurs organisations. Pour éviter cela il faut instaurer - au sein des mouvemets islamistes - la démocratie interne; c´et à dire le pluralisme, la transparance, l´altérnance des dirigeants, l´ouverture, la liberté, le débats francs et libres pour y encrer des régles de jeux politiques intelligeantes et efficaes. (Cela est déjà appliqué dans certains associations musulmanes quant - par exemple - à la gestion et l´éléction du "bureau" et du "président" de l´association). Pour cela il est d´une nécessité vitale de permettre la création des partis politiques islamistes, de leur garantir la liberté de s´organiser et de se développer ouvertement.

Il est bien connu dans l'histoire politique des peuples que l'oppression, le manque de liberté enfantent la dictature. Etre obligé d'œuvrer et de comploter dans l'ombre ne fait pas, forcément, de vous un fervent partisan de l'Etat de droit, encore moins un soldat de la liberté. Les dictatures d´aujourd´hui - par leur stupidité - sont en train de couver les dictatures stupides de demain. Les organisations et les partis politiques qui n´exercent pas les régles de jeux de la démocratie - au sein de leurs mouvements - ne seront pas capables d´instaurer la liberté et la d´mocratie dans leurs pays.

Revenons à l´ essentiel: l´ennemi principal et le danger mortel immédiat qui menacent actuellement l´existence de notre nation, sont les régimes tyraniques corrompus en place dans nos pays. Face à notre situation catastrophique actuelle, seuls les islamistes sont capables d´en relever le défi. Et c´est dans l´action et l´expérience que les islamistes et leurs organisations vont mûrir. L´ expérience, globalement très positive, de la révolution islamique en Iran en est une preuve. Seule à être fondée sur l´Islam (et un fontionnement démocratique civilisé) la République Islamique en Iran constitue, aujourd´hui, le seul régime représentatif et le seul Etat légitime dans le monde musulman.


Avez-vous des liens politiques avec d'autres exilés marocains à l'étranger ?

- A. R.: Il m'arrive souvent d'en rencontrer. J'ai des relations d'amitié avec Abdelmoumen Diouri. Par le passé, j'ai rencontré Fkih Basri. Mais je suis en désaccord total avec lui.

Mais mes relations avec les Marocains ne se limitent pas aux exilés. J'ai, à plusieurs reprises, rencontré Abderrahmane Youssoufi pour lequel j'ai une grande estime à la fois pour son honnêteté et sa droiture.



Quelle est votre position sur l´affaire du Sahara ?

- A. R.: Ma position sur ce sujet a toujours été claire et nette. Je partage l'opinion du peuple marocain sur la marocanité indéniable et éternelle du Sahara. Et dans mon schéma de lécture, même la Mauritanie devraient s´unir avec au Maroc.

Si j'étais resté au Maroc, j'aurai combattu aux côtés de mes camarades pour l´unité du Maroc, des pays musulmans et pour la marocanité de nos provinces sahariennes. Je me rappelle qu'après avoir quitté le Maroc, j'ai été invité par le président Boumediene en Algérie. J'avais été reçu en grande pompe et le chef d'Etat algérien m'avait dit « Toi, tu es opérationnel » et m'a proposé de devenir "chef militaire" du Polisario. Ma réponse fut: "si je voulais me prostituer pour un Etat je n´aurai pas quitté le Maroc".

Au cours de mes nombreux déplacements à l´étranger, j'avais toujours refusé de participer aux réunions où il y avait un représentant des mercenaires du "Polisario".





LE RÉGIME DES VOLEURS
Quand les grands voleurs gouvernent un pays !
Préface d´Ahmed Rami à son livre "La tragédie marocaine "


Ahmed Rami


Il y a un ensemble, saisissant, des difficultés extrêmes où se debattent tous les pays du Tiers-Monde et que le Maroc, en particulier, a trop tardé à regarder en face.

A l'époque où, officier dans les rangs des "Forces Armées Royales", j'étais conduit à fréquenter les coulisses du pouvoir au Maroc, j'ai moi-même été le témoin direct, chaque jour, des faits et des problèmes que vit encore aujourd´hui notre peuple au Maroc.

Et je n'ai pas été le seul témoin. Des hommes de troupe aux officiers supérieurs et aux généraux marocains, tous ceux qui conservaient encore une certaine intégrité morale et un certain honneur avaient été conduits à la révolte, contre le pouvoir personnel corrompu et stupide de Hassan II, en découvrant de près la corruption et l'état de putréfaction de son régime.

Les révoltes militaires (de Skhirat en 1971 et du 16 aout 1972), auxquelles j'ai pris part, ont exprimé notre indignation, notre colère et notre révolte face au pillage des richesses nationales exercé par le roi, par ses prostitués politiques locaux et par une clique de profiteurs juifs qui gravite autour de sa personne.

A la différence des pays occidentaux, le Maroc ne connaît que peu de hold-up de banques. C'est que les voleurs d'envergure savent qu'aujourd'hui, dans notre pays, la source d'enrichissement la plus sûre, la plus rapide, la seule à vrai dire, est le pouvoir.

Le systeme féodal (makhzen) que Hassan II a pérpétué anachroniquement en plein XXe siècle fait de la corruption généralisée un systhème de gouvernement.

Le régime de Hassan II constitue, pour notre pays, pour notre peuple et pour notre avenir un danger mortel.

Face à ce danger réel, et à ce défi, il n y a, en réalité, devant nous, qu´une seule alternative: une révolution islamique radicale, éclairée, intelligeante et tolérante!

Il s´impose donc urgeance et nécessité vitale de créer un Front Islamique uni de Liberation du Maroc.

Il est essentiel de ne pa faire le jeu rusé de Hassan II qui veut - inspiré par ses conseillers juifs - continuer à diviser pour régner !

Ahmed Rami




"Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ! Levons-nous!"
Lire:
La Tragédie marocaine
Par Ahmed Rami
L'article suivant, ici traduit en français, fut publié
dans le journal russe Pravda, le 15 juillet 1997.
Il est traduit en 5 langues
English
Swedish
Russe
Portug.

L'idéalisme de Radio Islam

Ahmed Rami

Pravda:
Rami n´est pas
achetable...

Il y a plus de 25 ans de cela, le roi Hassan II donnait l'ordre de traquer et de ramener au Maroc le lieutenant Ahmed Rami. Rami avait en effet participé au moins à deux tentatives de coup d'Etat militaire, visant à abolir la monarchie et fonder une République Islamique. Les services secrets marocains ne furent pas capables d'exécuter l'ordre royal.

Aujourd'hui, cet homme sympathique, plein d'une jeune vigueur et incroyablement énergique, est à la fois l'une des personnes les plus populaires et les plus haïs de Suède. Ses prises de positions politiques sont discutées au Parlement suédois, et aussi, nous a t'on dit, dans les réunions gouvernementales.

Rami a écrit et publié quatre livres épais. Dans ces ouvrages, il démontre avec des arguments convaincants qu' en Suède, et dans tous les autres pays occidentaux, les bases de la vie nationale sont minées. Les pays de l'Ouest sont gouvernés en réalité par des conspirations mafieuses qui n'ont rien en commun avec la vraie démocratie, mais essayent de réaliser leur but machiavélique, l'introduction d'un "Nouvel Ordre sioniste Mondial" totalitaire. Rami, aujourd'hui citoyen suédois, n'a jamais cessé de le répéter sur les ondes de Radio Islam.

Bien évidemment, de tels points de vue entraînent une irritation sensible dans l'Etablissement. Il y a quelques années, Rami (Arabe et par conséquent lui-même sémite), fut poursuivi pour antisémitisme (!) et envoyé en prison, où il dut rester durant six mois. Assez curieusement, il devint ainsi le seul prisonnier politique en Suède.

Malgré tout cela, Ahmed Rami n'est pas un homme brisé, et n'a en aucune façon renié ses idéaux. La condamnation à la prison n'a vraisemblablement que renforcé sa conviction d'avoir raison. La retransmission de Radio Islam continue, et le courageux marocain n'a pas l'intention d'abandonner son combat. Pour lui, le plus important est que "les peuples de tous les pays devraient avoir le droit d'être indépendants sans avoir à se soumettre aux oligarchies qui ont usurpé le pouvoir pour leur propre compte".

Quelle est alors la base de ses convictions? Qu'est-ce qui lui donne la force de dire tout haut ce que la plupart des gens n'osent même pas penser? A t'il bien compris contre qui il a levé la main, qui il a défié? Quand j'ai rencontré Ahmed Rami, je ne pouvais naturellement pas m'empêcher de lui poser ces questions. Sa réponse:

- Ahmed Rami: "Depuis mon plus jeune âge, je suis resté fidèle à mes convictions islamiques. J'ai toujours lutté pour l'égalité et la justice. C'est pour cette raison que j'ai rejoind (déjà en 1960) l´Union des Forces Populaires (l´UNFP), fondé par Ben-Barka, qui fut kidnapé et assassiné un peu plus tard par la police royale secrète. Le roi Hassan II est totalement responsable de cette mort. Hassan II gouverne le pays avec une cruauté toute médiévale depuis plusieurs décennies, et il n'est principalement qu'une marionnette aux mains de puissances étrangères, en premier lieu Israël ses Etats-Unis.

Vous entendez dire parfois que le Maroc est une "monarchie démocratique". Cela signifie en fait, comme souvent de nos jours, que ce n'est rien d'autre en réalité qu'une judéocratie. Vous avez le droit de critiquer qui cela vous chante, excepté ceux qui détiennent le pouvoir réel. Ils prennent soin de rester dans l'ombre, et ne doivent surtout pas être nommés ou critiqués. Le roi ne peut faire un pas sans le juif André Azoulay, un escroc commerçant et "conseiller" sioniste "spécial" venu d´Isrël et portant la nationalité Canadienne. Derière la façade du "Prnce héritier et d´autres "institutions" formelles, Azoulay, et d'autres individus comme lui dirigent l´Armée et prennent aujourd'hui les décisions réelles. L'éducation, les médias de masse et l'ensemble de la vie politique, économiques et sociale sont régulés par ces hommes, et non par les marocains eux-mêmes. Ils ont le pouvoir de décider quels sont les idéaux auxquels les citoyens doivent se soumettre afin d'être guidés dans leur vie de tous les jours. Dans ce pays musulman arabe prime le vrai pouvoir juif et la vraie censure sioniste, appelée "démocratie". Le libre-arbitre des individus et la liberté d'expression n'existe simplement pas. A vrai dire, mon expérience m'a montré que la situation actuelle dans d'autres pays n'est pas bien fameuse non plus.

En Suède, le lavage de cerveau prend de l'ampleur, et des valeurs anti-suédoises sont imposées au peuple. Seul un aveugle pourrait ne pas le constater. Le terrorisme intellectuel sioniste et la désinformation ont pour effet de pousser les individus à nier l'existence du pouvoir juif. En même temps ils ont terriblement peur de ce pouvoir qui "n´existe pas"! Les suédois peuvent être fiers de leur niveau de vie élevé, il ont bien raison de l'être, mais ils refusent obstinément de comprendre ce qui leur a été volé.

Le pouvoir sur les banques, les médias de masse, et la vie commerciale et industrielle est aux mains d'un petit groupe "d'élus" juifs. Toute l'éducation dans les écoles et les universités est à sens unique, favorable à "la race supérieure". En plus de cela l'histoire d'événements qui ne sont pas si éloignés dans le temps est réinterprétée dans l'intérêt du "peuple élu ". Mais la réalité et la vérité sont différentes de ce qui est montré à la télévision et enseigné à l'école. Et quelle sorte de liberté, d'indépendance et de démocratie est-ce donc, quand le pouvoir tout entier et l´avenir des peuples est entre les mains d'une minorité? Telle est la situation en Suède. Au sein du précédent gouvernement, le poste très important de ministre de la coordination gouvernementale était occupé par Jan Nygren, un représentant de la mafia sioniste. Il ne chercha à dissimuler d'aucune façon qu'il se considérait comme le maître de la Suède. Dans le "Judisk krönika" ("La Chronique Juive",organe de la Communauté Juive), il publia un article dans lequel il utilisa très ouvertement le titre "ma Suède juive". Cet individu avait beaucoup d'influence sur ceux qui pouvaient être admis au gouvernement! A présent, Nygren est hors du gouvernement, mais on a eu en retour Leif Pagrotsky le plus proche collaborateur de l´actuel Premier Ministre et un autre membre du "peuple élu" qui occupe aujourd'hui le poste du ministre du commerce extérieur, et comme tel un important représentant de l'internationale dorée.."

 

Sous quel gouvernement, social-démocrate ou conservateur, cette influence d'une minorité s'est le plus mise en avant?

- Ahmed Rami: "Peu important quel gouvernement dirige le pays. La différence entre la gauche et la droite n'est rien d'autre qu'un leurre. En réalité, le pouvoir est détenu par ceux qui possèdent et contrôlent les capitaux financiers du pays et les médias de masse. Je le dis ouvertement: En Suède, tous les partis politique sont entièrement juivés. Le combat actuel n'est pas une lutte entre la droite et la gauche comme le pense les gens, mais entre les différents clans sionistes. Ils ne luttent pas pour le bien du pays, mais pour leurs propres gains personnels. Tous les partis politiques suédois sont dominés par les juifs"

 

Y a t'il de nombreuses personnes en Suède qui partagent votre point de vue?

- Ahmed Rami: "Non, pas tant que ça. Vous savez, sous l'influence d'un tel terrorisme intellectuel juif qui domine, il est très difficile pour la plupart des gens de prendre leur courage à deux mains. C'est probablement leur instinct de conservation primaire qui fonctionne. Chacun est attaché à ses petites commodités, à ses bons repas bien arrosés, et souhaite être le moins possible accablé par les problèmes. Mais il y a toujours un certain nombre d'individus qui réagissent positivement aux émissions de Radio Islam. Je reçois des dizaines, pour ne pas dire des centaines de lettres, et parmi elles plusieurs provenant d'autres pays. Grâce à l´ Internet, il est devenu plus facile de communiquer et d'échanger des informations. J'espère être à même de trouver aussi des gens en Russie qui partagent mes convictions. Les nouveaux esclavagistes continuent de craindre votre pays, bien qu'ils aient réussi à le morceler."

 

Aimeriez-vous voyager en Russie?

- Ahmed Rami: "Je pense que cela serait vraiment dangereux. Dans votre pays, la criminalité aujourd'hui est pire encore qu'aux Etats-Unis. D'après les informations que j'ai, beaucoup d'antisionistes sont morts dans d'étranges circonstances. Morts au cours d'une visite médicale banale (bien qu'ils n'aient jamais eu aucun problème de santé), ou ils ont été écrasés et tués par un car, tandis que d'autres ont été retrouvés pendus. Dans aucun des cas les meurtriers n'ont été pris, plus exactement ils n'ont pas été poursuivis.

Les journaux suédois (et vous savez à qui ils appartiennent et qui les contrôle) parlent constamment de votre pays comme "une menace". Il est décrit comme "un paradis pour la mafia" et est "un danger pour la Suède". La Russie a toujours été, et demeurera toujours la plus grande menace pour le "peuple élu", qui la craindra toujours, même si elle semble aujourd'hui vaincue et difficilement capable de respirer après tant d'expériences menées sur elle par ces surhommes "élus".

Je suis parvenu à cette conclusion en lisant les articles russophobes qui grouillent dans la presse suédoise. Certains d'entre eux sont écrits par un goy (un non-juif et un non-humain d'après le judaïsme), un idiot utile pour Israël en Suède, Per Ahlmark. Et ce n'est absolument pas une coïncidence si Israël a donné en son honneur son nom à une forêt nouvellement plantée sur des terres volées aux palestiniens. Ahlmark a été aussi gratifié de la qualité d'Etre Humain ("Ben Adam") par la communauté juive du Danemark!"

 

N'avez-vous pas peur de vivre en Suède?

- Ahmed Rami: "Un croyant n'a peur de rien. Je suis habitué aux menaces, et depuis peu une violente campagne presse juive est menée contre moi et Radio Islam. Mais à Stockholm, vous pouvez toujours dire ce que vous pensez, même si vous n'avez pas tant de sympathisants que cela. Partout dans le monde, pour les mafieux, les jeux sont fait et ils se considèrent comme victorieux. Pour eux, la question est classée une fois pour toutes, et manifestement, vous ne pouvez être en sécurité nulle part si vous défendez la vérité.

Encore aujourd'hui, j'ai reçu une lettre dont le contenu était le suivant: "Sale porc d'arabe, qu'est-ce que tu crois pouvoir accomplir? Nous rions de tes efforts minables. Nous adorons écouter tes émissions après une bouteille de vodka. Nous avons le monde entier à notre poigne. Et quand nous le voudrons, tu disparaîtras de la surface de la terre comme une mouche, et personne ne n'élèvera la voix, ni même ne remarquera ta disparition."

 

Mais quelle est la vraie cause pour laquelle vous luttez?

- Ahmed Rami: "Je lutte pour une cause pour laquelle chaque homme devrait à mon avis lutter, à savoir la liberté et la justice. Dans ce monde, créé par Allah, nul ne devrait avoir de monstrueux privilèges, et cela comprend la mafia sioniste, qui s'est appropriée d'incroyables richesses à l'aide des mensonges, des ruses insidieuses, des fraudes et d´escroqueries. Agissons pour que les palestiniens, les suédois, les russes, les français, les arabes et les autres peuples puissent devenir les égaux de ceux qui se sont auto-proclamés le "peuple élu" supérieur à tout autre!

Je suis un musulman, et cela signifie que je suis opposé à tous les privilèges, spécialement ceux qui sont uniquement fondés sur le pouvoir et la loi du plus fort. J'espère m'être exprimé simplement et clairement, et j'espère que vous comprenez quelles sortes d'individus qui n'apprécient pas mes pensées et mes actes."

***

D'aucun pourrait peut-être qualifier Ahmed Rami de paranoïaque, ou de personne obsédée par une idée fixe. Pour ma part, je le vois comme une personne qui, grâce à sa dévotion personnelle exceptionnelle, nous aide à différencier toujours le bien du mal, la vérité du mensonge, la liberté de l'esclavage. Nous pouvons seulement trouver regrettable que des idéalistes comme Rami soient si peu nombreux dans notre monde trop pragmatique, là où il est toujours plus avantageux d'être fourbe et de s'adapter plutôt que d'être fidèle à soi-même.

Ahmed Rami ne peut pas être acheté. Pour cette raison, il est détesté et il est un danger pour tout ceux qui défendent le "Nouvel Ordre Mondial", à la fois en Suède et partout ailleurs.

Valentin Prussakov



Lire:
La Tragédie marocaine
Par Ahmed Rami

La résistance islamique
L´Islam: sens, buts et definition
Par Ahmed Rami

Quand les libertés sont bafouées
Et quand les bouches sont muselées...
Par Ahmed Rami

Document du tribunal militaire marocain
concernant Ahmed Rami

L'idéalisme de Ahmed Rami
Interview avec Ahmed Rami publié par le journal russe Pravda







Les livres - en suédois - publiés par Ahmed Rami:

Vad är
Israel?
101 fakta
istället för
propagandan
Av A. Rami
ZIP


Israel
Falsk
Varudek-
laration
Judisk myt
om rasen
Av A. Rami.
ZIP

Israels
makt
i Sverige
Av A. Rami
ZIP


Judisk
häxprocess
i Sverige
Av A. Rami
ZIP

Ett liv
för frihet
Självbiografi
Av A. Rami
ZIP


AHMED
berber-
pojken

Barnbok

A. Rami

Ahmed
berber-
pojken
(Barnbok)
Av A. Rami

ZIP



Help Radio Islam Now


No hate. No violence. Races? Only one Human race.
United We Stand, Divided We Fall.
Only one ennemy
Know Your enemy

Behind this Site is a group of freedom fighters from diffferent countries in support of Ahmed Rami's struggle against the Jewish occupation and domination in Palestine and in the rest of the world. You too are welcome as a freedom fighter. Email

Ahmed Rami, writer, journalist, is the founder of the radio station Radio Islam. | French | Russian | | Português | |Engelis| Donations to help his work may be sent (in cheques or in notes) to his address: Ahmed Rami - Box 316 - 10126 Stockholm, Sweden. Phone: +46 - 708 - 121240, Email



Latest additions:
|
English|Svensk|French|German|Portug|Arabic|Russian|Italian|Spanish|Suomi|Danish
© No Copyright. - All texts and files in this Site may be republished and reproduced
as long as Radio Islam-(at http://www.abbc.net) where they are located - is mentioned.
HOME