No hate. No violence. Races? Only one Human race. United We Stand, Divided We Fall. Know Your enemy. Act Now! Tomorrow it will be too late.

QUAND LA VERITE N’EST PAS LIBRE, LA LIBERTE N’EST PAS VRAIE

Bulletin d’information
de l´Association Vérité et Justice, CP 355, 1618, Châtel-Saint-Denis, Suisse, Rédacteur : René-Louis Berclaz
Nr: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15

No 7 / février 2001

La Suisse des gogos

Chacun a entendu parler, une fois ou l'autre, des mésaventures incroyables mais authentiques du vrai gogo victime du faux marabout. Appâté par la perspective de réaliser un gain fabuleux, notre gogo remet quelques grosses coupures à notre marabout, ce dernier lui faisant croire qu'il va refaire à son profit le coup de la multiplication des pains ! En fait, le miracle survient quand le marabout trouve un pigeon à la fois assez crédule pour le croire et assez fortuné pour se faire plumer. Dans ce genre d'affaires, il est vrai que la victime, pas fière de l'être, avoue plus difficilement que l'astucieux arnaqueur. Avec l'industrie de l'" Holocauste ", il est même interdit de dire que c'est une arnaque, puisque de tels aveux porteraient à coup sûr atteinte à la dignité humaine de nos oiseaux… Hors les pays rançonnés grâce aux lois-muselières, l'accueil fait aux victimes des rançonneurs - précisons bien, les victimes des rançonneurs -, est à peu près le même que celui réservé à notre gogo : la surprise affichée dans un premier temps s'accompagne de la compassion réservée aux " pigeons ", compassion d'autant plus feinte et narquoise que les pigeons en question se sont longtemps prévalus d'une prétendue supériorité intellectuelle face à la " crédulité " native des peuples extra-européens. Aujourd'hui, ces mêmes peuples n'en reviennent pas d'apprendre comment l'industrie de l'" Holocauste " arrive à rançonner des européens, esprits " forts " par nature, sur la seule foi des histoires invraisemblables racontées par les survivants de l'" Holocauste ". La méprise est explicable : les extra-européens voient toujours dans notre continent et en France en particulier le berceau des admirables " Droits de l'Homme ", autrement dit une terre promise où chacun est libre de penser et de croire ce qu'il veut, et où les sacro-saintes libertés d'opinion et d'expression s'affichent en lettres d'or dans la magique Déclaration européenne des Droits de l'Homme. C'est pourquoi il devient urgent d'expliquer au reste du monde pourquoi ces fameux " droâd'lommes " ne sont que des droits de pacotille, bons à servir d'écrans de fumée derrière lesquels agit une répression sournoise dirigée contre ceux qui dénoncent les effets pervers des lois-muselières européennes. Disons-le inlassablement, de telles lois servent en fait d'instruments d'asservissement et de dressage, avec pour objectif de créer une société sans patrie, sans religion et sans famille, afin de transformer l'homme libre en esclave.

 


Quelles nouvelles de Jürgen Graf ? (suite)

Contrairement à ce que certains journaux ont annoncé, Jürgen Graf est toujours à Téhéran, ville où il séjourne depuis le 17 novembre 2000. Le président de V&J profite pleinement de la liberté dans un pays qui aurait bien des leçons à nous donner ; par exemple, comment l'Iran combat courageusement et malgré de lourdes pertes de redoutables trafiquants de drogue, un trafic organisé et contrôlé à l'échelle mondiale par le Mossad (source : Victor Ostrovsky, Mossad, un agent des services secrets israéliens parle, Presses de la Cité, 1990). Autre exemple, le Teheran Times, le grand quotidien iranien de langue anglaise, publie actuellement une importante série de seize articles sous un édifiant titre-choc : Une conspiration sioniste : le Mensonge d'Auschwitz. Par ailleurs, en sa qualité de président de notre Association, Jürgen Graf collabore activement à l'organisation de la conférence sur le sionisme et le révisionnisme. Grâce à Internet, Jürgen Graf reste en contact avec ses nombreux amis et correspondants du monde entier. Les membres de V&J peuvent lui adresser des messages à l'adresse Internet suivante :

E-mail : [email protected]
Coup de vent sur Internet

Suite au rachat du serveur qui les hébergeait, deux des principaux sites révisionnistes francophones, Radio-Islam (90 000 visites par jour) et Aaargh (7 000 visites par jour), ont été fermés sans préavis. En cas de fermeture subite ou de changement d'adresse, les internautes peuvent retrouver les sites perdus en cherchant sur le site www.google.com (tapez les mots-clés du site recherché et allez dans la fonction cache).


La Suisse et les fonds juifs en déshérence

L'affaire des fonds juifs en déshérence a marqué la fin d'une époque. Neutre depuis le Congrès de Vienne (1815), la Suisse fut brutalement confrontée à une forme de conflit pour laquelle elle n'était nullement préparée. Toujours en retard d'une guerre, les stratèges de service en étaient toujours à compter les boutons de guêtre pendant que l'ennemi entrait dans le fromage comme dans du beurre ! Celui qui détient la puissance financière détient en même temps l'arme médiatique, capable d'asservir sans détruire. Prenons acte que notre pays a perdu une bataille, mais qu'il n'a pas encore perdu la guerre. A une force médiatique toute-puissante, visant la corruption des élites et la soumission du peuple aux intérêts d'un lobby avide et prédateur, doit répondre une force d'une autre nature, fondée sur le principe d'une liberté d'expression au service de la vérité et de la justice. C'est pourquoi V&J a décidé de publier, à travers une chronologie serrée allant des années trente à nos jours, l'histoire de ces événements qui ébranlèrent notre pays.

René-Louis Berclaz, La Suisse et les Fonds juifs en déshérence, Vérité et Justice, février 2001, A5, 32 pages. Disponible dès maintenant au prix de dix francs suisses (franco de port).


Une armée mercenaire

Suite à l'annonce par l'Union européenne de la création d'une force d'intervention rapide, il devient évident que cet organisme internationaliste est en train de reformer un pacte de Varsovie à l'envers. En effet, l'étoile jaune chassant l'étoile rouge, il y a tout à craindre que cette armée de mercenaires, au droit d'ingérence reconnu, vienne menacer l'intégrité des pays européens, surtout les petits, qui ne voudraient pas danser sur la musique capitalo-mondialiste, celle-ci étant, comme de bien entendu, composée à Washington. Le principe de réciprocité en cas d'envoi de troupes en armes à l'étranger par notre pays permettrait à cette légion euro-impérialiste l'envahissement du territoire suisse au cas où notre pays viendrait à se rebeller face à un quelconque diktat bruxellois. L'exemple de la crise entre l'Union européenne et l'Autriche ne serait alors qu'un premier ballon d'essai. Après le rideau de fer, c'est bien une chape de plomb qui va menacer tous ceux qui auraient l'idée de contrer ce nouvel ordre. On en veut pour preuve les chiens de garde de la pensée mondialiste qui sévissent déjà en Suisse, comme chacun a pu le constater à travers les procès concernant l'article 261bis du Code pénal, autrement dit la loi-muselière. Quant à la très suspecte obsession de certains politiciens à nous faire entrer dans cette tragique sarabande, cela nous prouve bien que le monde politique suisse est sous influence et qu'il n'est plus en mesure de défendre les intérêts du peuple suisse.

Philippe Brennenstuhl, vice-président de V&J


La Justice en question

Les procès iniques liés aux lois-muselières (article 261bis du Code pénal) ne sont visiblement que la partie visible de l'iceberg. Après Franz Weber il y a une dizaine d'années, un justiciable de Saint-Prex, Gerhard Ulrich, s'est lancé dans une croisade contre la justice vaudoise. Ce citoyen a pris l'initiative de s'adresser directement à la population en diffusant par milliers des tracts sur la Côte vaudoise. L'appel a visiblement été entendu, puisque de nombreux citoyens mécontents de la justice vaudoise se sont manifestés. Les médias ayant en principe pour vocation de relater objectivement les faits, d'autant plus si ces faits révèlent de graves défaillances dans le fonctionnement de nos institutions judiciaires, il était fort instructif de voir comment nos journaux allaient emballer la salade. Dans un premier temps, la presse a largement mentionné l'existence de ce nouveau mouvement citoyen, l'accent étant toutefois mis sur la personnalité de son principal animateur plutôt que sur les cas soulevés, certains d'une révoltante injustice. Lundi 15 janvier 2001, Gerhard Ulrich conviait les médias à une conférence de presse afin de présenter concrètement des cas de justiciables victimes de graves dénis de justice. A part le journaliste d'une radio locale, aucun représentant des médias n'a daigné paraître. La presse n'avait manifestement pas envie de relater des faits susceptibles de mettre en cause l'intégrité de certains magistrats vaudois. La même semaine, cette même presse annonçait de manière ultra-confidentielle l'enterrement de première classe réservé par la justice vaudoise à l'affaire du garage Ramuz-Edelweiss. Rappelons que cette grave affaire de corruption ayant entraîné mort d'hommes implique plusieurs notables, dont le procureur général du canton de Vaud, Jean-Marc Schwenter. A cette occasion, le grand quotidien 24 Heures s'est contenté pour annoncer la nouvelle de reprendre sans commentaire le plus que laconique communiqué de l'Agence télégraphique suisse. Tout commentaire est effectivement superflu…


Les 80 ans
|de Gaston-Armand Amaudruz

Dimanche 17 décembre 2000, le Cercle Avalon de Berne conviait les amis de Gaston-Armand Amaudruz à célébrer son huitantième anniversaire. Près d'une centaine de convives se sont retrouvés pour participer à la fête, qui coïncidait avec celle du Solstice d'hiver. Un hommage chaleureux et appuyé fut rendu au directeur du Courrier du Continent par l'assemblée unanime. Longue vie, santé et succès à notre exemplaire et courageux ami !


La Conférence internationale de Vérité & Justice

Diverses circonstances indépendantes de notre volonté font que la conférence internationale que nous organisons est une nouvelle fois remise à une date ultérieure. Celle-ci aura finalement lieu du 31 mars au 3 avril 2001, à Beyrouth (Liban). Environ vingt-cinq orateurs sont attendus des cinq continents. Ceux qui voudraient assister à cette conférence sont les bienvenus et doivent s'adresser sans tarder à V&J. Passeport et visa peuvent être nécessaires pour le Liban. Pour des renseignements détaillés, périodiquement remis à jour, consultez le site internet de notre partenaire, l'Institute for Historical Review :

 




Bulletin d’information
de l´Association Vérité et Justice, CP 355, 1618, Châtel-Saint-Denis, Suisse, Rédacteur : René-Louis Berclaz
Nr: 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15
En Suisse: la "Judéocratie" remplacera-t-elle la démocratie?

Israël rééduque la Suisse !

Une parodie juive en Suisse!_

Une parodie juive au scanaire


La Suisse occupée !

La Suisse existe-t-elle?-

La Suisse et les "fonds juifs"






The Jewish "Peace" in Mideast !

HOME