HOME

  Interview avec Ahmed Rami à l´hébdomadaire marocain "Almichaal " du 25 janvier et 1 février 2007  
Que se passe t-il au Maroc?

Les révélations d´Ahmed Rami sur
les révoltes militaires marocaines
Qui est Ahmed Rami?

Les deux tentatives du coup d´état qu´a connu le Maroc au début des années 70 ont eu l´effet d´un séisme qui a brutalement  boulversé et radicalement marqué l´histoire du Maroc contemporain.
 
Ahmed Rami, officier des Forces Armées Royales marocaines, a participé, d´une façon ou d´une autre, à toutes les tentatives de coup d´état militaires au Maroc depuis son indépendance. Aux côtés d
u général Oufkir, il a préparé contre Hassan Il une série de projets d'attentats dont le dernier fut le mitraillage en vol du bœing du roi, le 16 août 1972. L'ancien aide de camp d'Oufkir s'est échappé du Maroc après l´échec du cette tentative. Réfugié en Suède depuis 1973, il vit à Stockholm d´où il a nous raconté son extraordinaire aventure.

Avant d'avoir été l'un des plus brillants élèves officiers de l'Académie Royale militaire de Méknès, il fut l'un des militants de l´Union National des Étudiants du Maroc et responsables de l'Union Nationale des Forces Populaires. Jeune professeur au lycée Mohammed V et au lycée Fatima Zahra de Casablanca dans les années 1964 et 1965, Ahmed Rami est devenu officier pour tenter de renverser la monarchie. C'est dans ce but qu'il a accepté d'être l'aidé de camp du général Oufkir.

Voici, intégralement, dans l´interview suivant, son récit et ses révélations étonnantes sur Skhirat
, 16 août, la mort d'Oufkir et sa réponse à la question: "Qui est Ahmed Rami":

- Quels étaient les buts de la tentative du coup d´état du 16 août 1972 ?

- Rami: Le but était tout simplement d´instaurer un régime démocratique  moderne et légitime qui sera le fondement d´un état de droit garantissant les droits humains élémentaires à la liberté et à la justice sociale. Nous avons voulu mettre définitivement fin à la dictature, sous toutes ses formes, au pouvoir personnel tyrannique et à la corruption systématique qui étouffe notre pays, notre société et notre nation depuis des siècles.

Ce but ne peut être atteint qu´en élaborant une constitution - dans ce sens - établissant des règles du jeu politiques valables pour tous, y compris les dirigeants. Une telle constitution ne pourra être établie que par une constituante élue par le suffrage universel et direct. Le contrôle de l´application stricte de cette constitution, et de la conformité des lois, des décisions du gouvernement et de l´administration à cette constitution, ne pourra être assuré que par un conseil constitutionnel librement élu au suffrage universel et direct.

La constitution doit stipuler que tous les responsables et dirigeants doivent être élus par le peuple et soumis aux organes de contrôle élus. Aucun chef d´état ou de gouvernement - selon la constitution - n´ara le droit d´être élu pour plus de deux mandats de trois ans chacun. La constitution doit également garantir à  tous les citoyens, sans exception, le droit à un logement, à la retraite et à l´assurance de chômage et de maladie. Dans la lettre ouverte que j´ai adressée à Mohamed 6, j´ai résumé les objectifs essentiels du mouvement de Skhirat et du 16 août.
 

- La tentative du coup d´État de Skhirat, visait-il la liquidation de Hassan II ?

Rami: Le soulèvement de Skhirat n´avait pas pour but de "liquider" le roi, mais de liquider le régime qu´il symbolisait. Le régime est seul responsable des regrettables violences qui se sont produites à Skhirat et qu´on aurait pu éviter
   si il y avaient au Maroc de Hassan II d´autres voies civilisées et possibilités démocratique de changement politique. Face à un tyran "unique", il n y a malheureusement qu´une solution "unique"! Le système des répressions féroces et de liquidations physiques que le régime a exercé a l´encontre de ses opposants politiques, ne laisse aucune autre possibilité d´expression civilisée des luttes politiques légitimes.


- Est-ce qu´il y avait l´intention d´établir une république au Maroc dans le cas où le coup d´état aurai réussi ?  

- Rami: La question n´est pas dans le nom du régime. Il y a aussi des républiques dictatoriales! Encore, une fois, je répète: l´essentiel n´est pas "qui gouverne le Maroc", mais "comment le Maroc est gouverné"! L´important est de savoir qu´on ne peut plus, aujourd´hui, gérer politiquement  
un pays comme le Maroc est actuellement gouverné. Le système féodal du makhzen, que Hassan II a perpétué anachroniquement, fait de la corruption généralisée un système de gouvernement. L´ennemi et le danger n´est pas une personne ou le nom de régime. Ce qu´on a voulut souligner, en utilisant le nom de "république", est le rejet de la légitimité par héritage et le refus d´un président ou d´un roi à vie.
 
Soyons francs, et ne tournons pas autour du pot. À long terme, la monarchie au Maroc n´a que deux alternatives possibles:

1- Subsister et survivre, en s´adapter aux temps qui changent, et suivre l´exemple de la monarchie espagnole et suédoises.

2- Disparaître dans la poubelle de l´histoire en subissant l´exemple du modèle du Chah d´Iran.

En tous les cas, qu´ils soient monarchiques, comme en Jordanie ou républicains, comme en Égypte, ni Israël, ni les lobbys juifs, ni mêmes les États Unis, ne pourront à long terme assurer la légitimité ou la survie aux régimes arabes corrompus et décadents.

 


- On dit que des personnalités militaires et civiles ont été chargées de missions dans le cadre des projets de la tentative du cop d´état militaires. Qui sont-ils?  

-  : RamiCe sont des rumeurs. Je vous assure qu´il n´ y avaient absolument aucune désignation ni de civiles, ni de militaires pour des fonctions.


- Il est question, dit-on, d´un "gouvernement de Kénitra". Quel était le rôle  réservé au général Housni Bensliman, dans ce cadre ?

- : Rami Ce ne sont, non plus, que des rumeurs. Croyez-vous que les officiers libres allaient risquer leurs vies pour donner des postes à des laquais du régime corrompu actuel? Nous avons eu - ainsi qu´Ababou, Amkran et Kouira - le rêve et le projet d´une véritable révolution qui allait se jouer dans les profondeurs de la société toute entière, et non dans les salons de quelques prostitués du régime actuel. Imaginez vous, même Bouabid de l´USFP courir vers le Palais de Skhirat avec une mitraillette à la main? Non, ces gens là ne se précipitent au palais que pour baiser la main de leur maître!


- À votre avis, est ce que Housni Bensliman, par opportunisme,  montrait sa disponibilité aux deux alternatives en attendant le résultat pour choisir son camp?

-  : RamiHousni Bensliman n´est que l´un des produits et prostitués du régime. Il sait que son destin est lié à ce régime. Il ne sera que l´une de ses futures ruines !


- À votre avis, pourquoi le régime n´a pas demandé des comptes à rendre au général Housni Bensliman après la tentative du 16 août?

-  :RamiLe régime est mieux informé que vous sur lui et sur ce qui s´est passé. Et il sait bien qui est vraiment derrière le soulèvent du 16 août.


- On dit que Omar Al-Khatabi allait être désigné comme président de la "république" après le succès du coup d´état. Quelle est votre opinion? Est-ce que pour cela qu´il a été arrêté?

- Rami: Croyez vous que les officiers libres étaient si stupides jusqu´au point de vouloir remplacer le régime de Hassan II par une "république monarchique" à la syrienne? La légitimité révolutionnaire d´un leadership (même celui de nos grands héros Abdelkrim ou Nasser) ne se transmet pas par héritage de père en fils!


- Avez vous des informations sur d´autres personnalités civiles qui étaient proposées à de hautes fonctions dans le cas du succès du coup d´état ?

- Rami: Malheureusement, le défunt Mohamed Basri avait fait de la diffusion de telles rumeurs son fond de commerce essentiel. Il avait rendu visite à Amkran quand il était hospitalisé en France. De cette visites il a fait toute une histoire de Mille et une nuit!


- On a dit que plusieurs noms de personnalités civiles ont été cités dans les rapports des enquêtes. À votre avis, pourquoi ces personnalités n´ont t-il pas été poursuivies?

- Rami: Je vous ai déjà dit que la police du régime est bien informée de ce qui s´est passé.  La police et les renseignements généraux sont les seuls secteurs qui fonctionnent "bien" dans notre pays!
Ils se sont emparés sur tous les documents qu´ils ont pu trouver chez moi, chez tous les autres mutins et chez Oufkir. Si un jour ils rendent public tous les archives secrets dont ils disposent, vous allez, vous aussi, connaître un peu plus sur les vrais acteurs des événements relatifs aux tentatives des coups d´état au Maroc au début des années 70.  Moi même, j´ai eu beaucoup de contacts avec des personnalités politiques civiles pendant le temps où nous préparions les projets du coup d´état. Mais je ne les avais jamais informé de nos projets.

 

- Étaient-on d´accord sur une vision ou un programme à suivre en succès du coup d´état?

- Rami: Nous avons voulu, à tout prix, éviter de venir avec un programme à imposer.  Après l´abolition de la monarchie, en tant système de répression, d´humiliation et de domination, c´est dans les esprits, les médias, l´éducation, les régions et l´économie qu´il faut l´abolir. Il faut réinstaurer la dignité et l´honneur bafoué du citoyen. Mais nous avons eu des priorités de bases. Nous avons prévu que, faisant parti du régime, tous les partis politiques corrompus actuels allaient automatiquement s´effondrer. Et pour que d´autres forces et organisations représentatives puissent émerger dans la liberté totale sur des bases seines, il faut que le peuple soit bien informé et - par le moyen des élections libres - le doter d´une constitution moderne et démocratique en vue d´installer des règles de jeux démocratiques. Nous, marocains, nous devons avoir honte d´observer à quel point nous sommes politiquement arriérés par rapport à la Mauritanie et au Sénégal dans le domaine de la démocratie et de la dignité. Et c´est par ce que ces deux pays n´ont pas eu un "Hassan II" !!


- Est-ce que vous vous attendiez à ce que le peuple allait adhérer au coup d´état en cas de son succès? 

- Rami: C´est déjà une honte - pour tous les marocains - qu´il y´ait besoin d´un "coup d´état" pour un simple changement de gouvernants! En Suède, qui n´a même pas les énormes  problèmes que nous avons, et qui exigent - pour les résoudre - une VRAI alternance, on donne au peuple - tous les trois ans - la possibilité de changer le chef de l´état. En fait c´est le régime de Hassan II qui est un vrai et éternel putchiste! Et qui demande son avis au peuple s´il suit ce putchiste de naissance?Qu´on donne donc à notre peuple la possibilité et la liberté de choisir ses dirigeants, de les contrôler et de les sanctionner en cas de besoin.


- À votre avis, a-t-on aujourd´hui dépassé la pensée putchiste au Maroc?

- Rami: Croyez vous qu´un militaire suédois, français ou espagnole peut être aujourd´hui tenté de faire un coup d´état ou un putche?! Il y a eu certainement des coups d´état dans l´histoire de ces pays quand il y a  en avait eu besoin! La constitution démocratique actuelle en Suède a été instaurée par un coup d´état dirigé par le général Adelcrutz qui a renversé le roi et transformé la monarchie suédoise en un musé pour les touristes étrangers!

 

- Qui est Ahmed Rami?

- Rami: Je suis né à la tribu de Tahala, au douar Aït-Mar
أيتمار à Tafraout, dans la province d'Agadir. Mon grand-père et  étaient le leader de la tribu. Avant la colonisation française, le pouvoir royal du Makhzen ne s'exerçait pas sur notre région qui était autogérée et où des comités des villages élus par les habitants faisaient la loi.

Les occupants et leur Makhzen appelaient ces régions "blad siba", En 1935, les résistants de Tafraout libre livrèrent un dernier combat aux soldats envahisseurs  français qui les vainquirent à Aït-Abdalah après une guerre de résistance qui a duré plus de vingt ans et que les occupants ont appelée - comme aujourd´hui en Irak, en Palestine, au Liban, en Somalie et en Afghanistan - "guerre de pacification"!

Ainsi les présidents du "Makhzen" Irakien, Afghan et somaliens d´aujourd´hui - comme chez nous dans le passé -   applaudissent les bombardements et le massacre de leurs pays par les envahisseurs!  Le Makhzen a fait appel aux occupants étrangers pour les protéger et leur donner la légitimité de la loi de la jungle.

Les occupants sont venus pour protéger, élargir et asseoir le pouvoir corrompu et tyrannique du Makhzen et du roi qui signait toutes les lois (Dahirs) promulguées par les occupants. Officiellement, l´occupation s´appelait " Protectorat "!

Le maréchal Lyautey, monarchiste français convaincu - (ainsi que les "colons" qui ne peuvent pas exercer l´esclavagisme en France) ont perdu, à cause de la révolution française et de ses principes - tout espoir d´installer une tyrannie ou un pouvoir monarchique en France, ont trouvé au Maroc le champ idéal pour exercer leur domination esclavagiste.

Après l´occupation de Tafraout, mon père - comme des milliers d´autres tafraoutis -  partit chercher du travail à Casablanca et laissa ma mère et ses cinq enfants au douar. Tout petit, j'aidais ma mère à cultiver le sol ingrat du Tafraout.

Mon principal travail consistait à enlever les cailloux des champs pour faciliter le passage de la charrue, simple soc de bois durci au feu. Nous étions si pauvres que je fus renvoyé de la mosquée par le « Fquih » à qui je n'apportais jamais de présent comme le voulait l'usage.

Après la "pacification"!, les occupants créèrent une école à quelques kilomètres de mon douar. De crainte qu'on ne leur vole (culturellement) leurs enfants, les femmes de mon village refusaient de les envoyer à l'école. Ma mère m'expédia alors - en secret - à Casablanca. Je devais avoir 7 ans et mon arrivée dans la grande ville se situe entre 1948 et 1950. Je ne parlais que le berbère. J'eus la chance de trouver une place de commis dans une épicerie où j'étais nourri et logé. Je couchais par terre devant le comptoir.

Deux ans plus tard, je distribuais les journaux et le lait dans le quartier Racine de Casablanca, habité surtout par les Français. A 8 ou 9 ans, c'était le
5 december 1952 , je fis - comme tous les marocains - la grève pour protester contre l'assassinat du leader syndicaliste tunisien Farahat Hachad.

La révolution Nassérienne et la chute de la monarchie corrompue en Égypte le 22 juillet 1952 ont énormément influencé et marqué l´enfant que j´était à travers l´influence qu´elles ont exercée sur notre société et sur notre peuple par l´espoir qu´elles nous ont donnée dans la possibilité d´un avenir meilleur ainsi que la possibilité de changer notre situation humiliante pour atteindre notre droit à la dignité et à la liberté.

Pendant l'année 1955, les incidents se multiplient à Casablanca où les nationalistes marocains se révoltaient. Je ne voulais pas rester inactif et muni d'une bouteille d'essence, je brûlais la voiture d´un occupant. Cet incendie que j'avais allumé dans le quartier éclaira longtemps la nuit qui était tombée. J'étais devenu un combattant de la libération.

Après la proclamation de l'indépendance, en 1956, adolescent,  je devins chômeur camouflé à Casablanca faisant des petits travaux dans quelques épiceries. 

En 1957, j'avais alors environ 14 ans, je retournais dans mon village et j'entrais à l'école de Taf raout. Étudiant la nuit à la lueur d'une bougie, j'obtenais mon certificat d'études, en arabe et en français. Deux ans plus tard, après un séjour au collège de Tiznit, j'étais admis à l'École Normale Supérieure.

Déçu - comme la majorité des marocains - par l'"indépendance" qui avait mis le peuple sous le joug d'une monarchie féodale, j'entrais à l'Union Nationale des Forces Populaires et j'en devenais vite l'un des responsables. Après avoir prononcé un discours révolutionnaire à un meeting de l'opposition, j'étais arrêté et enfermé pendant cinq jours au commissariat central de Casablanca.

En juin 1963, j'obtenais mon diplôme de professeur de l'enseignement secondaire de l'École Normale Supérieure. Nommé professeur d'histoire et de géographie au lycée de jeunes filles Fatima Zahra de Casablanca et au lycée Mohammed V. Le 23 mars 1965, une manifestation d'étudiants déclenchait une émeute à Casablanca. La police et l´Armée tiraient sur les manifestants. On compta près de 400 morts.

Le lendemain, des policiers en civil m'arrêtaient au lycée. Ils me passèrent les menottes, me bandèrent les yeux et me transportèrent en voiture dans un lieu isolé, loin du bruit de la ville. Pendant 4 jours et 4 nuits, j'ai été torturé à l'électricité. Une semaine plus tard, j'étais libéré.

Par ce qu´il n´y avait pas de démocratie

Je pris alors conscience du manque d'efficacité de mon combat. 400 de mes camarades avaient payé de leur vie leur opposition au régime féodal. Prenant l´exemple de Nasser, je décidais de m'engager dans l'armée et de devenir officier.

A la tête d'une compagnie, je serais plus utile pour libérer mon pays que militant chez des étudiants aux mains nues. Si je ne pouvais pas affronter un char, je pourrais le conduire! Je décida alors d´entrer dans le système pour mieux l'abattre. La voie normale qui mène à la carrière d'officier, passe par l'Académie "royale" militaire de Meknès. Je m'y présentais à l'automne 1965.

Pour obtenir une bourse d´étude pour étudier à l´École normal Supérieure j´avais signé un contrat m´obligeant à travailler comme professeur au moins cinq ans.

A l'Académie militaire, on m'apprit qu'il me fallait l'accord du ministre de l'Éducation nationale pour pouvoir démissionner de mon travail et entreprendre une carrière militaire. L'autorisation me fut refusée et pendant un an je rongeai mon frein dans mon lycée. A la fin de l'année scolaire, je tentai une nouvelle fois de me faire admettre à l'école d'officiers.

Je frappai à la porte de la Défense nationale où je rencontrai le ministre Ahardane. Sans succès. Ce dernier m´a appris que le ministre de la défense au Maroc n´a pas le droit de se mêler des affaires de l´armée. Il ne s´occupe que de l´ordinaire.

C´est-à-dire des achats des légumes de la nourriture. Il m´informa que le seul qui peut m´aider - comme au ministère de l´Intérieur - est le secrétaire général du ministère, qui reçoit ses ordres directement de "Sa Majesté" et qui s´occupe des Académie militaires! 

Le secrétaire général du ministère de la défense était alors un juif sioniste qui s´appelait Benharoch. Curieux, je  demanda à être reçu par ce sioniste. Après m´avoir écouté, il m´informa de da décision de ne pas me permettre d´entrer à l´Académie militaire.   

Je me rendis alors au Palais Royal où je demandai audience au directeur de la maison militaire royale le général Madbouh. Je réussis à le convaincre à m´aider à l´entrée à l´Académie Royale Militaire. C´est ainsi que j´ai rencontré celui que - six ans plus tard -  participait, avec le colonel Ababou à la révolte de Skhirat où je suis, arrivé le 10 juillet 1971 à la tête de mes 17 chars quelques minutes après sa mort.

Pendant deux années, 1966 - 1968, j'ai été un élève officier modèle, ce qui me valut d'être élu président de la Revue de l'Académie royale "Le Flambeau " (AL-Michaal). Le vice président était l´élève-officier Binbin, qui sera plus tard l´un  des rescapés de de Tazmamarte.

Pendant mes deux années de séjour à l´Académie, je relève deux événements majeurs qui se sont déroulées.

À la suite de l´agression sioniste du 6 juin 1967, et suite à la démission du président  Nasser, tous les cadets de l´Académie - qui était en manoeuvre de nuit près d´El-Hajeb - ont organisé une mutinerie de protestation pour exiger de nous envoyer sur le font des combats en Égypte.

À la suite de ce mouvement, une douzaine, parmi nous, ont en, effet, été envoyés - par avion - vers l`Égypte. Ces avions ont néanmoins atterris en Libye et n´ont jamais atteint Le Caire. On dit - pour plaisanter - que ces avions ont atterri à Tripoli, après que les militaires  marocains en vol ont observé qu´il y avaient des manifestations en Libye. Les militaires des régimes arabes sont, en effet, surtout entraînés à mater les manifestations de leurs peuples!

À la fin de ma dernière année de cadet au mois de juin 1968, toute ma promotion - de 27 officiers - refusa d'effectuer une marche de nuit. Cette rébellion nous fit muter tous, par mesure disciplinaire - après quelques jours aux arrêts - à Ahermoumou où se trouvait l'école de la formation des sous-officiers de l'armée royale.

Le lieutenant colonel M´hamed Ababou commandait alors l'école. Il nous reçoit chaleureusement et prononça un discours de bienvenue. Mes camarades me demanda de prononcer un discours de remerciement adressé au Colonel Ababou. Une seconde fois le destin me faisait rencontrer l'un des hommes qui allaient s'illustrer dans la lutte contre la monarchie.

Je peux aujourd´hui révéler que les mutineries dont j´ai parlées ont toutes été organisées - avec la collaboration de Madbouh et de Ababou - par le mouvement secret des officiers libres et que la deuxième mutinerie avait justement pour but de muter toute ma promotion à l´École d´Ahemoumou qui a été choisie pour préparer le coup d´état.

Puisque l´École d´Ahermoumou n´avait qu´un millier de fantassins, nous avons eu besoin - pour l´exécution du coup d´état - d´une troupe blindée ou mécanisée.

C´est ainsi que (dès ma deuxième semaine à Ahermoumou) un soir, j´ai téléphoné au général Gharbaoui, le chef des aides de camp de Hassan II et le commandant de l´arme Blindée (la Brigade Blindée qui a des unités dans les principales villes du pays) pour lui demander de me muter à l´arme blindée.

Du palais royal Gharbaoui téléphona immédiatement -  à onze heures du soir - à  Ababou pour lui demander de mettre une Jeep et un chauffeur à ma disposition pour que je sois le lendemain matin chez lui au quartier général de la brigade Blindée à Rabat.

L´ironie du sort est que - à mon arrivée à Rabat - Gharbaoui me donna le commandement d´une unité d´EBR (Engins Blindés de Reconnaissance) qui avait pour mission d´assurer la protection blindé du roi!

Ma première rencontre avec Oufkir

Le 10 juillet 1971 Ababou et mes camarades de promotion investissaient le palais royal de Skhirat à la tête des Cadets élèves-sous-officiers de l'école d'Ahermoumou. Le roi et Oufkir échappaient miraculeusement à la mort. Le général Medbouh et le colonel Ababou  était tués.

Ce 10 juillet, je me trouvais dans ma chambre d'officier du camp Moulay Ismail, au quartier général de la Brigade Blindée à Rabat, commandant d'une unité de blindés affectée à la protection du Palais Royal et en même temps officier de permanence du quartier général. J'attendais l'occasion qui me serait peut-être bientôt donnée de participer au renversement de la monarchie.

J'étais plongé dans la lecture du livre "Technique d'un coup d'État", quand le commandant  Saad Chef d´État de la brigade Blindée et le colonel Abaroudi commandant de la Marine Royale en tenue civile, affolés, entrent à ma caserne pour me prévenir que: "le palais de Skhirat (où ils étaient invités et d´où ils venaient) a été attaqué par des civiles habillés en militaires".

"Il y a beaucoup de morts. Vous pouvez foncer vers le Palais. Passez par la route principale et tire sur tout ce qui est armé.», ajouta la commandant Saad avant disparaître. J´ai tout de suite compris de quoi il s´agit. J'enfilai à la hâte ma tenue de combat, je rassemblai mes hommes et leur ordonnai de sauter dans leurs chars E.B.R. Il était 15 heures, je fis enfoncer la porte métallique du dépôt de munitions afin d'armer les 17 chars qui formaient mon unité.

Bien décidé à ne pas obéir aux ordres et à prêter main forte aux mutins, je décidais de filer vers le Palais - arriver plus rapidement - en passant par la route côtière et non pas par la route principale. En prenant cette décision malheureuse, je sauvais le roi.

Tandis que ma colonne de blindés progressait par la route côtière, les camions remplis de cadets du lieutenant-colonel Ababou revenaient de Skhirat par la route principale. Si j'avais choisi cet itinéraire, je me serais joint aux soldats révoltés et grâce au renfort de mes 17 chars, le coup manqué de Skhirat aurait pu facilement se transformer en victoire pour changer l´histoire du Maroc..

En cet après-midi d'été, les abords de la route côtière étaient envahis de  promeneurs et de curieux qui venaient au devant de mes chars. Savaient-ils déjà qu'une tragédie se terminait au Palais Royal ?

J'accédai à la région de Skhirat par un petit pont au bout duquel j´ai observé le commandant Saad et le colonel Abaroudi toujours en tenue civile. En Arrivant au Palais de Skhirat, je traversa la porte d´entrée.  Labourant la verte pelouse du terrain de golf, ma colonne de chars parvint devant le bâtiment central du Palais. Je m'approchais de la porte principale où un groupe d'hommes s'agitait. Je donnais l'ordre de stopper devant eux. Parmi eux, j'aperçus le roi en compagnie d'Oufkir et des généraux Bachir Bouhali et Driss Ben Omar. J´ai tout de suite compris que l´opération a échoué.

 L'arrivée des mes 17 chars n'était visiblement pas attendue et tous étaient visiblement très inquiets. Les blessés et les morts allongés sur la pelouse, l'affolement qui régnait là, ne m'enlevèrent pas mon calme. Sur mon char de commandement je m´approcha du groupe. « D'où venez-vous, lieutenant ? » me demanda Hassan II. Du camp Moulai Ismaïl. » J'ajoutai : « Où est le général Gharbaoui ? », curieux de savoir ce qu'était devenu le commandant de ma Brigade blindée.

- Il a été tué par Ababou, me répondit Oufkir qui était debout à la droite de Hassan II.

Avant de décider ce que je dois faire, il me faut d´abord voir plus claire ce qui s´est passé. Je demanda à Oufkir: "Où est Ababou?"." Il doit certainement être avec ses troupes à Rabat" me répond Oufkir.

Par radio, et à haute voix, je donna immédiatement l´ordre à mes chars de faire demi tours pour nous diriger vers Rabat.

Oufkir me demanda alors s´il pouvait m´accompagner. Je lui ai fait alors signe de monter sur mon char.

C´est ainsi que j´ai rencontré, face à face, pour la première fois le Général Oufkir.

 Dès qu´il a grimpé sur mon char il m´a dit qu´il a perdu ses lunettes et il m´a demandé une cigarette (en vain, car je n'ai jamais fumé).

Il me demande: "Que se passe-t-il à Rabat ?"

Je lui avouai mon ignorance et je l'interrogeai sur ce qui s'était passé au Palais.

Par la bouche d'Oufkir, j'appris que le lieutenant colonel Ababou, mon ancien chef, et avec la complicité du général Medbouh à qui je devais d'être devenu officier, avait attaqué le Palais à la tête des cadets encadrés par mes anciens camarades de promotion. Je fis remarquer à Oufkir que le lieutenant colonel Ababou était considéré comme le meilleur officier de l´armée. Oufkir, peut être gêné, ne me répondit pas.

Oufkir m´informa que, pendant l´attaque il y a eu une confusion totale. Les attaquants avaient les mêmes uniformes que les gardiens du palais et tiraient sur tout ce qui bougeait. Personne ne savait plus qui attaquait qui! La moitié des hommes d´Ababou ont attaqué le palais par Sud sous le commandement de son frère le colonel Mohamed Ababou  instructeur à l´École d´État Major de Kénitra.

L´autre moitié ont attaqué par le nord sous son propre commandement. Dans cette confusion le roi a réussi à se cacher dans les toilettes accompagné quelques proches collaborateurs et d´Oufkir. Dans ces conditions humiliantes, le général Madbouh vint le trouver pour lui proposer un compromis - qui consiste à lui faire signer son abdication en échange de lui laisser la vie sauve et - comme le roi Farouk avant lui - à quitter le pays avec toute sa famille. Madbouh a promis au roi de contacter l´ambassade de France pour les détails et les formalités de son départ du pays. Hassan a signé son abdication.

Hélas, Ababou, blessé dans son bras droit et rapidement opéré pendant l´attaque, cherchait en vain le roi qu´il ne trouve pas. Soudain il il voit le général Madbouh qui se manifeste et qui l´informe que le roi a signé l´abdication et qu´il lui a promis de le mettre sous la protection de l´ambassade de France pour quitter le Maroc. Une violente dispute s´est alors déclanchée entre les deux hommes.

Ababou qui, voulait d´abord juger Hassan II pour ses crimes, accusa Madbouh de trahison. Un des cadets d´
Ahermoumou tira alors sur le généra . Rapidement, Ababou rassembla ses troupes ainsi que les officiers supérieurs qui étaient présents - en tant qu´invités au palais de Skhirat - et qui se sont ralliés à lui - et se dirigea sur Rabat pour facilement occuper l´État Major de l´Armé, le ministère de l´Intérieur et la Maison de la Radio ou il a commencé à diffuser la proclamation de la république et l´abolition de la monarchie.

Dans la tourelle de mon E.B.R., j'étais côte à côte avec celui que je considérait comme l'éminence grise du Palais, l'homme que je détestais le plus au monde après Hassan II. Mais, quelques jours plus tard, il me demandera d'être son aide de camp et bientôt nous deviendrons complices pour renverser le roi.

Oufkir me demanda: " Où allez-vous exactement ?" Je lui réponds: "Au Camps Moulay Ismail." Il me demanda s´il pouvait m y accompagné. Je lui ai répondu qu´il est le bienvenu.

Arrivé au camp Moulay Ismail, Oufkir me félicita pour mon sang-froid. Et après les 24 heures qu´il y passa avec moi, il me demanda avant de nous quitter de lui téléphoner plus tard, car il désirait me revoir.

Au Camps Moulay Ismail, Oufkir a appris par la radio qu´il a été nommé ministre de la Défense et "Major Général" de l´Armée (Au Maroc c´est le roi qui est "le chef d´État major" de l´armée.  Ababou avait fait annoncer à la radio que le roi est destitué et que la République était proclamée. Mais il était déjà un homme seul dans la défaite. L´État Major, le ministère de l´Intérieur et la maison de la Radio - que ses troupes occupaient - étaient déjà totalement encerclés par les troupes du commandant Lassari qui s´est échappé de Skhirat et par sa propre initiative il a amené - de Casablanca - les unités de la "Brigade légère de sécurité" (BLS).

Comme je l´ai décrit dans l´interview de la semaine dernière, les représailles contre les mutins ont été d'une sauvagerie inouïe.

La semaine suivante, le PC de la Brigade Blindée m'avertit que j'étais attendu par Oufkir.

En habit civil, le regard caché derrière des lunettes fumées qu'il ne quittait jamais, Oufkir me reçut amicalement. Il me félicita pour le sang-froid dont je fis preuve pendant la journée du 10 juillet et me questionna sur mon enfance et ma carrière militaire. Il me présenta à ses enfants et à son lionceau, appelé Skhirat.

Il m'interrogea sur l'état d'esprit de mes camarades officiers, et pour gagner du temps je lui proposai de lui remettre dans trois jours un rapport détaillé sur ce sujet.

Oufkir usa de tout son charme pour séduire le jeune officier sorti du rang que j'étais. « Le Maroc entre dans une période difficile, m'assura-t-il. Si le roi n'entreprend pas de profondes réformes, je crains que l'armée ne prépare d'autres révoltes. »

Malgré la mauvaise réputation de mon hôte, je cessais progressivement de me méfier de lui. « Nombre de généraux et de ministres sont corrompus, m'assura-t-il. Une pourriture s'est installée autour du roi et dans les Etats-major. » Je lui citai alors le nom d'un colonel bien connu pour s'emparer de l'argent de l'intendance. « C'est un voyou à citadin corrompu », ajouta Oufkir.

Je quittai le général et sa somptueuse villa, plus que jamais décidé à m'allier avec le diable s'il le fallait pour renverser le potentat aux mains rouges de sang.

La révolte de Skhirat avait transformé Oufkir mais je l'ignorais alors.

Quatre jours plus tard, je pénétrai pour la seconde fois dans la résidence de mon nouvel allié, porteur d'un rapport incendiaire de 30 pages. J'y dénonçais la corruption des officiers, l'avancement dû au favoritisme et au bakchich. Après l'avoir lu attentivement, Oufkir enferma le rapport dans le coffre-fort dissimulé dans un mur de sa chambre à coucher.
 

Oufkir me dépeint le despotisme d'Hassan

Après le dîner, le général me raconta quelques histoires de la cour illustrant la servilité des ministres et le despotisme de Hassan. Mon hôte fumait cigarette sur cigarette tout en se livrant à une violente attaque du régime. A un récent conseil des ministres, m'avoua-t-il, Snoussi, le ministre à la peau noire, répondit à une remarque du roi : « Je suis votre esclave». En colère, Hassan lui lança : Il ne suffit pas de le dire, il faut l'être : c'est comme cela que ma dynastie a toujours considéré ses serviteurs. »

Hassan II a l´habitude d´organiser assez souvent la réception appelée « La nuit des Femmes ». Oufkir me raconta, écoeuré, comment le roi embrassait les courtisanes et les femmes des ministres avant de leur jeter une poignée de diamants. Les invitées se précipitaient et se bousculaient pour ramasser les pierres précieuses jetées sur le sol.

Au dessert, le second personnage du Royaume me demandait d'être son ami et pour camoufler la nature "non militaire" de notre relation,  son aide de camp. J'acceptai à la condition de conserver le commandement de mon unité de blindés. Ce qui me fut accordé. A partir de ce moment, j'habitai chez le général et je devins son confident. Ministres, généraux se succédaient à la table de celui que tout le monde appelait le Général ». Le redoutable Dlimi, devenu directeur de la Sûreté, ne vint jamais chez le Général. Je les croyait pourtant amis.

Oufkir avait l'habitude de me faire ses confidences importantes quand je l'accompagnais en voiture. Au mois de septembre, il était trois heures du matin, le général évoqua le complot de Skhirat :

- Mille élèves sous-officiers auraient pu changer l'Histoire du Maroc et la faire avancer d'un siècle. Ils nous ont montré le chemin. Il faut nous débarrasser de la monarchie. Hassan a conservé toutes les traditions d'une dynastie qui a conduit le Maroc au désastre au début du XX siècle. En ce moment, au lieu de s'occuper des affaires du royaume, il se trouve à Fez avec ses putains. Il possède un harem de 150 femmes dont certaines ont été enlevées dans la rue par les hommes de main du Palais. Notre monarque est un drogué. Son Palais est devenu un centre de haschich. Son fils qui a 7 ans préside des réunions. Des hommes lui baisent la main, c'est pire que sous Louis XV.

Le général, qui parlait assez mal l'arabe, s'exprimait en français, langue que ne comprenait pas le garde du corps et chauffeur qui nous accompagnait.

Ces confidences faites au jeune officier que j'étais me bouleversèrent. Sans dissimuler mon émotion, je balbutiai : «Vous m'avez fait beaucoup d'honneur en me faisant confiance.
 
A partir de cet instant un pacte était scellé entre moi-même et le général oufkir.

Je dormais dans une chambre de la villa d'Oufkir à Souissi et chaque matin je  me rendais au camp Moulay Ismaïl où j'avais gardé le commandement de mon unité de blindés. Mon puissant allié pouvait être très bavard ou très silencieux. Il me parla longuement de Nasser et de sa Charte nationale qu'il connaissait à fond. Il voulait l'évacuation des bases américaines du Maroc : « la plus grande d'entre elles est le Palais Royal », disait-il.
 

Le mitraillage du Boeing

En août, Hassan partit pour la France. Il nous fallait tenter quelque chose lors de son retour.

Je proposais de faire occuper l'aéroport de Salé par des hommes sûrs et d´arrêter Hassan II à sa descente d'avion. Mais Oufkir m'assura qu'il était décidé à obliger le Boeing de Hassan par des chasseurs à réaction F 5 à atterrir à la base militaire de Kénitra. Après une rapide visite à sa famille qui passait ses vacances à Tétouan, mon complice était de retour à Rabat le 10 août 1972.

Le lendemain, il rencontrait le lieutenant-colonel Amkrane et lui demandait de de se charger de faire atterrir le Boeing royal dans la base de Kénitra et d´y arrêter Hassan II. Le retour de Hassan était prévu pour le 16 août. Le soir du 15, Amkrane, qui était grièvement malade, nous avertit qu'il ne pourrait pas piloter lui-même et il nous proposa d'avertir Kouira, son homme de confiance, excellent pilote.

- Tu es le chef, dit-il à Oufkir, c'est à toi de le prévenir.

Rendez-vous fut pris par téléphone à Casablanca, dans un bar de l'avenue Hassan II. A 3 h 30 du matin, le général était de retour. Il me réveilla pour me dire : « Tout est prêt, nous sommes dans la main de Dieu ». Il voulut entendre une dernière fois l'enregistrement du communiquer sonore que j'avais préparé pour annoncer l´abolition de la monarchie et dont voici l'essentiel déjà  publié par "Paris- Match" dans son numéro du 29/9/1973 et qui devait être diffusé sur les ondes de la radio, si la tentative avait réussi:

« Au ,nom du peuple, au nom de Dieu, au nom de la justice et du droit, du. nom de tous nos martyrs, au nom de la volonté du peuple de ,choisir le régime qui lui convient et de déterminer sa destinée, nous proclamons la République, l'abolition de la monarchie. Un Conseil de Commandement de la Révolution provisoire va gérer les affaires du pays jusqu'à l'élection du Conseil de la Révolution.
L'armée a désarmé le Roi pour armer la volonté populaire. L'avant-garde qui a déclenché la révolution n'a pas de bâton magique pour réaliser les aspirations populaires. Nous avons éliminé le roi. C'est au peuple de mettre fin à la domination et à l'exploitation des milliers de petits rois qui pullulent partout dans le pays. Nous avons agi en tant que citoyens et non, en tant que militaires. Nous tournons désormais nos baïonnettes contre la tyrannie et non contre le peuple
».

Cette nuit-là, il ne se coucha pas. Le matin du 16 juillet 1972, il se rendit à Témara pour un rendez-vous et revint vers 11 heures. « Trois chasseurs F 5 "accueilleront" l'avion du roi dès qu'il survolera le sol marocain pour l´escorter jusqu´à la base de Kénitra. Cette fois, il n'en réchappera pas m'assura-t-il.

A 16 heures, le général téléphona au colonel Hatimi, commandant la Brigade blindée, et lui demanda de se rendre à l'aéroport. Je le quittai peu après et je rejoignis le camp Moulay Ismaïl.

« Attends-moi, là-bas, je te contacterai. », me dit Oufkir.

A 17 h, Oufkir entrait dans la cour de la caserne Moulai Ismail, à bord d'une R16. Trente minutes plus tôt, il avait entendu à la tour de contrôle  de l´aéroport de Rabat-Salé un message transmis par la radio du Boeing royal: « Ne tirez plus, le roi est mortellement blessé ».

En entrant au Camps Moulay Ismail, on l'appelle au téléphone "de la part du roi". Je ne saurai jamais ce que le roi lui a dit car je ne devais jamais le revoir vivant. Il quitta le camp à bord de la R 16, conduite par un capitaine. J'ai appris qu'il s'était rendu successivement à l'Etat-Major et à l'aéroport où le roi avait disparu.

J´ai appris, plus tard, que le commandant Kouira - qui dirigeait les trois F5 - a donné l´ordre, à l´avion du roi, d´atterrir à la base de Kénitra, Mais Hassan II a catégoriquement refusé cela. C´est alors que Kouira commença à tirer sur le Boeing royal.   

L'échec de l'opération, je l'appris plus tard, incombait au commandant Kouira qui arma les mitrailleuses des trois chasseurs avec des balles d'entraînement au lieu d'utiliser des balles explosives. On s'était trompé de caisses de munition. Comble de malchance la mitrailleuse de Kouira s'enraya. Il tenta de jeter son chasseur sur le Boeing, mais c´est son avion qui s´est endommagé et il sauta en parachute. Les deux autres pilotes, les lieutenants Zyad et Boukhalif, avaient épuisé leurs munitions. Ils se posèrent à Kenitra, armèrent leurs mitrailleuses à nouveau et filèrent sur l'aéroport de Salé qu'ils mitraillèrent dans l´espoir d´y trouver le roi. Le commandant Kouira avait touché le sol à Oulad-Khalifa, près de Kenitra, où des gendarmes arrivés en hélicoptère le capturèrent.
 

Un suicidé troué de balles

Sans nouvelles, je restais avec mes chars au camp des blindés où j'attendis une partie de la nuit. A trois heures du matin, une radio étrangère annonça qu'Oufkir était parti à la base aérienne de Kenitra. A cinq heures, France-Inter déclara « Le général Oufkir s'est suicidé ». Malgré cette effarante nouvelle, je ne désespérais pas encore, me doutant qu'en ces moments d'affolement les fausses nouvelles étaient fréquentes.

Il m'avait dit que s'il lui arrivait un accident, je devrais mettre en lieu sûr es enregistrements annonçant la chute de la monarchie.

Au lever du jour, je quittai le camp par la sortie de l'infirmerie et à bord de ma voiture, garée dans one rue voisine, je me suis dirigé vers a résidence du général. , mon revolver caché sous mon blouson, je m'approchai du soldat en tenue de combat qui montait la garde.

- Est-ce que le général est entré ?

- Quel général ?

- Oufkir.

- Il est mort. Entre, tu pourras le voir.

Le frère d'Oufkir Moulay Hachem me conduisit vers le corps de mon d´Oufkir dissimulé sous une couverture. Je la soulevai et j'examinai le cadavre troué de balles. La poitrine, le ventre, une partie du visage étaient emportés. Les balles avaient été tirées par derrière. Il ne s'était donc pas suicidé.

Le porte-documents, si compromettant pour moi, était introuvable. Je devais fuir. J'abandonnai ma voiture dans le centre de la ville après avoir troqué ma tenu d'officier contre une tenue de plage qui se trouvait dans le coffre de ma voiture. Je me débarrassai de mon pistolet automatique 11 mm que m'avait offert Oufkir. A chaque carrefour, des soldats en arme contrôlaient les occupants des voitures. Derrière la gare, je grimpai dans un vieux taxi qui m'emmena au quartier Yaakoub El Mansour, le bidonville de Rabat. J'ai marché le long de la côte atlantique et j'ai ôté mes vêtements, ne gardant qu'un slip de bain et je me suis dirigé vers le sud, vers Casablanca. Avant d'arriver à Skhirat, j'ai préféré m'enfonce dans l'intérieur des terres et faire un long détour. A Fedala, je me suis acheté une djellaba et une perruque. Dans la nuit j'arrivais à Casablanca où j'appris par un ami que la police était à ma recherche.
 

Ma fuite jusqu'à la Suède

Au mois de septembre 1973, je débarque en Suède. Un des rares documents que je suis parvenu à sauver m'attendait post restante à Stockholm. Il était signé du colonel Sefrioui commandant de l'Académie Royale militaire et déclarait:

« Ancien élève de l'École Normale Supérieure et professeur au lycée, Mohammed V, Ahmed Rami est titulaire du diplôme d'Études Supérieures. Il a,  par son loyalisme pour sa patrie, sacrifié son poste d'orateur dans les salles de conférences pour celui de meneur d'hommes sur le terrain. Élève-officier de l´Académie Royale militaire possédant le sens de l'organisation et du sacrifice le plus absolu ; ainsi que par son sens de l'honneur et du service Ahmed Rami a fait beaucoup pour l'Académie. Franc et soucieux, honnête aimant le goût du risque, pénétré par le courage physique et moral indiscutable Ahmed Rami possède toutes les vertu qui ont toujours fait la grandeur de l'officier. »

 "Al-michaal " du 25 janvier 2007

- Comment jugez vous les exécutions sommaires que le Maroc a connu sous le régime de Hassan II  ?

-   :RamiDans le cadre d'un pouvoir personnel absolu, autocratique, non démocratiquement élu et donc illégitime et en l'absence totale d'un État de droit, sans séparation des pouvoirs et sans indépendance de la justice, le roi était au-dessus de la Constitution et des lois. Il était tout: l'État, la Constitution et la Loi! Dans ces conditions, les exécutions, sous Hassan II , étaient surtout des assassinats criminels pour liquider physiquement des dissidents et des opposants politiques au régime.

En général, qu'il s'agisse même d'un régime " démocratique " - je le précise, je suis opposé, par principe, à cette peine barbare d'élimination physique des êtres humains, qui est d'un autre âge. La peine capitale est une sentence, ou mieux un acte de vengeance bafouant les principes les plus élémentaires des droits de l'homme. L'une des premières décisions symboliques qui devaient justement être prises, si la tentative du 16 août 1972 avait réussi, était précisément l'abolition de la peine de mort.

Malheureusement, notre pays, dans un cercle vicieux, est pris entre le blocage d'un régime anachronique et les temps qui changent. Et puisqu'il s'agit de gérer intelligemment une société, l'important n'est pas de savoir "qui" gouverne un pays, mais "comment" il est gouverné! La liberté, la démocratie et les droits de l'homme doivent donc être définis en tant que méthode et règles de jeu, et non en tant contenu et idéologie.

Le régime - ayant choisi d'autres méthodes "tazmamartiennes" d'élimination physique plus sophistiquées - la dernière exécution "officielle" publique, sous Hassan II, remonte au 1er septembre 1993; elle a touché un produit typique du régime, le tristement célèbre commissaire de police Mohamed Tabit condamné pour "viols en série" dans l'exercice de sa fonction. Telle une farce ou une mauvaise plaisanterie, cette exécution fait plutôt penser à l'escroc déclarant avoir  " mangé le dernier cannibale "! C'est, en vérité, le système - qui viole et qui continue de violer tout un peuple et toute une société - qui devrait être politiquement "exécuté" et "liquidé"! Les tortures et les humiliations systématiques ( qu'exerce la police du régime et ses prisons contre ses opposants et ses misérables victimes sociaux-économiques ) ne sont-elles pas de véritables viols en série?


-
Quelles sont les principaux exécutions dont les militaires marocains ont été victimes sous le régime de Hassan II ?

- Rami: Sans procès ni jugement, le 13 juillet 1971, en présence du roi Hassan II et du roi Hussein de Jordanie venu spécialement au Maroc assister à l' événement, treize officiers supérieurs marocains, dont quatre généraux, ont été fusillés,au lendemain de la tentative de révolution de Skhirat, dans les dunes d'un champ de tir près de Témara. Attachés à des poteaux, treize officiers furent fusillés de treize balles chacun par treize soldats. Le premier ministre Laraki fut le premier à cracher sur les cadavres des martyrs. Le commandant Salmi, soucieux de se faire valoir auprès du roi, trancha la main d'un des fusillés à l'aide d'un couteau et s'empara des menottes de celui-ci comme d'un trophée. Un bulldozer ensuite broya les cadavres et les ensevelit dans une fosse commune. Ce massacre criminel a été diffusé en direct par les médias officiels. Et les deux rois d'observer à la jumelle avec soulagement et satisfaction l'agonie des officiers martyrs. Or il faut souligner qu'aucun des officiers assassinés n'a participé ni à la gestation de l'idée ni à la préparation ou à la tentative de révolte militaire de Skhirat. Tout ce qu'ils ont de commun avec elle, c'est de s'être ralliés aux révolutionnaires après que ceux-ci se fussent emparés du palais de Skhirat; ce qu'eût fait à leur place la majorité des Marocains!

Avant ce massacre, la vengeance qui s'était exercée sur les cadets et officiers rebelles d'Ababou ( lesquels, eux, ont effectivement attaqué le palais royal de Skhirat ) avait été d'une incroyable cruauté. Des dizaines de cadets blessés avaient été jetés vivants dans une fosse commune. Hassan II a fait amener des instruments de torture et pris part personnellement à  l'interrogatoire, à la torture des détenus à la caserne Moulay-Ismaïl. Treize des seize généraux que comptait l'armée figuraient au nombre des détenus.

A plusieurs reprises, le roi a frappé au visage le colonel Chelouati, alors que ce dernier était attaché sur la chaise, les yeux bandés. "Quel est le lâche qui frappe un homme ligoté?" a demandé Chelouati ? "Ôtez lui le bandeau", ordonna le tyran. Quand il le vit Chelouati lui cracha au visage. "Demain, je cracherai sur son cadavre", promit le roi.

Après le tentative militaire du 16 août 1972, le Colonel Amkran, commandant adjoint de l'armée de l'air marocaine, le commandant Kouira, commandant la base aérienne de Kénitra et neuf de leurs camarades ont été, à leur tour, condamnés à mort, le 7 novembre 1972 et exécutés le jour de la plus grande fête religieuse musulmane de l'Aïd al-adha, le jeudi, 13 janvier 1973. C'est Hassan qui lui-même a choisi les "juges" du "tribunal" qui les ont condamnés, ainsi que la date exacte de leur exécution! Parmi ces juges figurait le colonel Dlimi qui était avec le roi parmi les passagers de l'avion que les accusés avaient attaqué!


-
À votre connaissance, est-ce que des exécutions et des liquidations hors la loi ont eu lieu à l´époque de Hassan II? Et qui était vraiment derrière ces actes criminels?

- Rami: Il y a eu, juste après Skhirat, des assassinats inspirés et couverts par les plus hautes autorités. Le but était - comme aujourd'hui en Irak - de diviser pour régner en provoquant des luttes intestines de vengeance, tribales ou régionales, pour provoquer des affrontements de groupes contre groupes. J'en donne un exemple: de mon bureau , à l'État-major de la Brigade blindée au camps Moulay-Ismaël à Rabat, au matin du 11 juillet 1971, j'entends une rafale de mitraillette, non loin de ma fenêtre. Sorti immédiatement de mon bureau, je vois à cinq mètres de moi le cadavre d'un sergent-chef allongé sur le sol. Le sous-officier abattu s'appelle Ziane, originaire du Rif. En interrogeant quelques soldats sur ce qui s'est passé, j'ai appris que le sergent chef avait été abattu par un sergent de la tribu du général Gharbaoui, chef des aides de camp de Hassan II, abattu, la veille, à Skhirat par les mutins du colonel Ababou (originaire du Rif)! Sur cet assassinat et d'autres semblables, il n'y a jamais eu d'enquête, de procès ou de sanction!

Un officier " bien informé "m'avait alors conseillé (si je ne voulais pas avoir des ennuis avec les hautes autorités) de ne pas poser trop de questions sur ce sujet "tabou"!


-
Savez vous quelles étaient les motivations qui ont poussé les officiers rebelles exécutés à retourner leurs armes contre contre HassanII ?

- Rami: Le martyr Amkran a bien résumé les motifs qui animaient les auteurs de ces révoltes militaires, ainsi que leurs derniers mots prononcés devant les pelotons d'exécution, en déclarant devant le "tribunal" qui l'a jugé: "Je sacrifie ma vie pour la patrie. J'étais résolu à abattre l'avion, même si cela devait me coûter la vie. " J'ai bien connu les martyrs Abadou, Amkran, Kouira et les autres leaders de ces révoltes. Ils n'avaient d'autres buts que de libérer leur pays, leur société, leur peuple et leur nation islamique de la dictature et de la tyrannie intérieure, de la domination étrangère et de tous les facteurs de décadence pour instaurer la dignité du citoyen, la liberté, la démocratie et les droits de l'homme. Des droits qui sont naturels et élémentaires, mais qui nous sont encore tout purement et simplement refusés par des tyrans au service de l'occupant sioniste et du néocolonialisme.. "

Hassan II est le fils de Glaoui
La fille juive de Hassan II, et soeur de M6
Mohamed VI béni par un rabbin juif
La tare organique du système monarchique
Qund "moulay" Hafid se convertit au judaïsme...
Le drapeau "alaouite" n'est pas marocain !
 Une "République" qui préfère la monarchie chez les autres
L´on exécute son "Pétain" et l´on décore celui des autres

رسالة الى محمد السادس
في المشعل المغربية: عن ظاهرة إبن
لادن
في الخبر الجزائرية: عن الإستعمار الجديد

في  الجزيرة القطرية: عن محمد السادس
  في
 الأيام المغربية: عن
الإنقلابات

GEOSTRATEGIE.COM
http://www.geostrategie.com/cogit_content/verbatim/Cequisestpassenaot1972.shtml


Le terrorisme, le Maroc et l´Islam
Interview de l´hebdomadaire marocain Almichaal avec Ahmed Rami

رسالة مفتوحة الى محمد السادس


HOME