Pour un Front islamique de Liberation du Maroc


Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux: Levons-nous
United We Stand, Divided We Fall - Know Your enemy - Act Now! Tomorrow it will be too late

 Que se passe-il au Maroc?

 
... et dans les pays islamiques:
 
La colère monte

Basta ! Baraka! Kifaïa !

ça suffit!كفاية

Disons NON


 

9 juin 2008

Après 60 ans d'occupation militaire juive en Palestine, le monde arabo-islamique tout entier - à part quelques exceptions - est aujourd'hui devenu à son tour une Grande Palestine indirectement et totalement occupé par les juifs par l'intermédiaires de leurs marionnettes judaïsées qui sont les dictatures corrompues  au pouvoir qui ni disposent d'aucune légitimité !

Face à cette véritable occupation, une résistance islamiste et populaire grandissante et généralisée commence à se développer de jour en jour.  

Parmi les symptômes les plus scandaleuses de cette occupation qui n'a que trop duré: la totale servilité et dépendance de ces dictatures vis-à-vis de la domination étrangère juive que représente Israël et le lobby juif au pouvoir aux Etats Unis.

Parmi les produits "naturels" de ces régimes d'occupation totalement corrompus: la persécution de la population, l'absence de la démocratie, de la liberté d'expression et des droits de l'homme et la présence étouffante de la pauvreté, de l'injustice, sous toutes ses formes, le chômage et les conditions sociales très précaires qui font sortir les populations musulmanes dans tous les pays islamiques dans la rue pour protester et manifester leur colère, que ça soit à Ifni au Maroc ou en Algérie ou en Tunisie dernièrement. Comme seule réponse des dictatures en place, ces manifestations sont souvent durement et sauvagement réprimées dans le sang !

 

MAGHREB   La colère monte chez les Marocains, les Algériens et les Tunisiens

AFP
Des émeutes ont éclaté à la fin du mois de mai 2008 dans la plus grande ville de l'ouest de l'Algérie [Oran] en signe de protestation contre le régimes stupide et dictatorial. Le Maroc et la Tunisie n'ont pas été non plus épargnés par ce phénomène de révolte et d'Intifada qui commence à prendre des proportions inquiétantes pour les tyrans dans les trois pays du Maghreb.

Inconnues jusque-là du grand public, les localités de Redeyef, dans le sud-ouest de la Tunisie, et de Sidi Ifni, dans l'extrême sud du Maroc, se sont retrouvées sous les lampions en raison des violentes manifestations qui les ont secouées. Ce sont les conditions sociales précaires qui ont fait fonction de détonateur qui ont fait sortir des citoyens tunisiens et marocains. Dans les deux cas, les manifestants ont donné libre cours à leur ire. Ils ne se sont pas privés de dénoncer les pratiques des administrations publiques que sont le favoritisme et la bureaucratie dans l'attribution des postes de travail – pour une fois qu'il y en avait. L'augmentation des prix de produits de première nécessité n'est certainement pas étrangère à cette expression de colère, laquelle - selon le reflex naturel de toutes les dictatures - a été sévèrement réprimée par la force, ajoutant à la frustration générale. [En Tunisie, un jeune homme de 25 ans a été tué le 6 juin à Redeyef, lors d'affrontements survenus entre la police et les manifestants.]

Devant l'impossibilité de se faire entendre par les responsables concernés quand elles se sentent lésées dans leurs droits, sortir dans la rue est devenu l'unique moyen d'expression et de protestation pour les masses populaires dans les pays du Maghreb et da,ns tous les pays islamiques, au risque de se faire matraquer par les forces de sécurité. Ce phénomène, qui prend de l'ampleur, démasque le vrai visage et la vraie natures des dictatures en place.


09.06.2008

 09.06.2008

 Maroc   Violences à Sidi Ifni, sous fond de manipulations politiques

De violents affrontements ont eu lieu au Sud du Maroc (on parle d’une quarantaine de blessés et des morts), plus précisément à Sidi Ifni, entre les forces de la police royale et des habitants de la commune (d’environ 40 000 habitants). La ville semble aujourd'hui vivre (comme en Palestine occupée) sous une véritable occupation et demeure sous haute surveillance policières.

«Nous avons été frappés, violentés, et passés à tabac. Le comportement de la police est inadmissible», déclare un habitant de Sidi Ifni, joint au téléphone dimanche soir le 8 juin 2008. Y a t-il eu des morts, comme annoncé par la chaîne TV Al Jazeera, dans la journée de samedi ? «Je ne peux pas confirmer ni infirmer cette information. Par contre, une véritable chasse à l’homme a été lancée par la police contre de nombreux jeunes de la ville qui ont rejoint la montagne comme lieu de refuge», poursuit cette source.

Dès dimanche, les sociétaires ont contacté des médias (presse écrite, audiovisuel, web) français afin de les sensibiliser sur les évènements qui se sont produits à Sidi Ifni (action menée par des demandeurs d’emplois avec blocage du port de la ville depuis le 31 mai dernier). Ces derniers ont déclaré qu’une dizaine de personnes avaient perdus la vie et des viols avaient été commis par les forces policières du roi Mohamed VI.

Nous avons, le 9 juin pris contact avec une personnes présente à Sidi Ifni. Elle résumait ainsi la situation: «La police continue à semer la terreur dans la ville et elle pourchasse des individus dans la montagne».

Il ne fait donc aucun doute sur la répression violente qui a frappé Sidi Ifni, le 7 et le 8 juin 2008.

La situation est suffisamment très douloureuse et complexe. Toute la lumière doit être faîte sur les responsabilités de du régime monarchique pro-juif en place au Maroc.

Ville isolée et des dizaines d’arrestations

Selon des informations recoupées, la police aurait mis la main sur des outils de communication comme le téléphone portable ou encore des PC, durant le week-end, afin d’isoler Sidi Ifni du monde extérieur. En outre, et d’après des sources concordantes, des policiers auraient fait irruption dans des maisons privées et ils ont opéré à des dizaines de violes et  d’arrestations.



05-06-2008

56 détenus islamistes en grève de faim dans un état critique (ONG)

Image

Cinquante-six détenus islamistes marocains en grève illimitée de la faim sont dans un état critique" a indiqué jeudi le Forum de la dignité pour les droits de l'Homme (FDDH).

05-06-2008

Ces détenus sont entrés en grève de la faim à des dates différentes, certains depuis 60 jours, a-t-il ajouté, dénonçant les mauvaises conditions de détention, les transfèrements arbitraires loin des familles, qui subissent elles-mêmes des tracasseries et des agressions lors de leurs manifestations".

Vingt-six grévistes à la prison d'Aït Melloul (sud) ont ajouté depuis une semaine ""une grève de l'eau"", à la grève de la faim qu'ils observaient depuis le 5 mai 2008, a souligné le FDDH dans un communiqué."Leur état de santé s'est gravement détérioré", a-t-il ajouté.

"La principale revendication des grévistes dans cette prison, c'est le départ du directeur, qui fut l'objet en 2005 d'une enquête du CCDH (Conseil consultatif des droits de l'Homme, public) sur de graves manquements aux droits des prisonniers", a indiqué M. Idrissi.

Les grévistes, membres de la mouvance de la résistance oppositionnelle islamiste radicale Salafia Jihadia, ont été condamnés à de lourdes peines en vertu de la loi "antiterroriste" adoptée sous les directives d'Israël et du lobby juif qui gouverne les Etats Unis.

Outre l'amélioration de leurs conditions, ils réclament la révision de leurs procès qu'ils jugent inéquitables, a indiqué le responsable du FDDH.


7 juin 2008

Depuis 60 ans! 

Incursions de l'armée  juive, violations des droits d'une population à se déplacer sur son territoire, arrestations arbitraires, colonisation de la la terre des palestiniens.

 7 juin 2008  
Rapport PCHR:
Cisjordanie Depuis des décennies


(JPG)
Des femmes palestiniennes face à un soldat de l'occupation juive
Les Palestiniens manifestent une incroyable capacité à endurer et à résister malgré 60 ans de souffrances et d'occupation de leur patrie.

Dans la dernière semaine du 29 mai au 4 juin 2008, une femme a été tuée dans la bande de Gaza et un Palestinien est décédé des suites de ses blessures.

12 Palestiniens, dont 8 civils, ont été blessés par les juifs en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ; 43, dont 2 mineurs, ont été arrêtés par les forces d'occupation en Cisjordanie (plus 11 dans la bande de Gaza) ; 2 Palestiniens ont été arrêtés sur les check-points de Cisjordanie ; l'armée d'occupation a opéré 34 incursions dans les communautés palestiniennes de Cisjordanie (5 dans la bande de Gaza) ; 29,5 hectares de terre palestinienne ont été rasés et une maison a été complètement détruite, 5 autres partiellement, dans la bande de Gaza.

La bande de Gaza est restée complètement isolée du monde extérieur. Le siège israélien a aussi été maintenu sur l'ensemble de la Cisjordanie.

L'activité des colons juifs s'est poursuive contre les Palestiniens et leurs biens. Ehud Olmert a donné son feu vert pour la construction de 884 nouveaux logements pour les colons juifs dans la Jérusalem-Est occupée.

Faits marquants en Cisjordanie

Tirs contre les Palestiniens  : 3 Palestiniens ont été blessés lors de manifestations non violentes organisées par les civils palestiniens et des militants israéliens et internationaux le 30 mai 2008. Ils manifestaient contre la poursuite de la construction du mur d'apartheid et d'annexion à Bil'in, un village à l'ouest de Ramallah et à al-Ma'sara, au sud de Bethléhem.

Le 31 mai 2008, un enfant palestinien a été blessé lorsque les forces israéliennes ont tiré sur un groupe d'enfants qui s'était rassemblés et lançaient des pierres sur les véhicules de l'occupant dans le village de Sarrah, au sud de Naplouse.

Incursions : 34 incursions de l'armée juive dans les villes, villages et camps palestiniens de Cisjordanie au cours desquelles 43 Palestiniens, dont 2 mineurs, ont été arrêtés. Depuis le début de cette année, ce chiffre porte à 1 267 le nombre de civils palestiniens arrêtés en Cisjordanie en plus des 11000 palestiniens qui sont déjà emprisonnés dans les prisons juives depuis des décénies.

Restrictions sur les déplacements : le siège a été maintenu avec ses graves restrictions sur les déplacements des civils palestiniens, dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et dans Jérusalem-Est occupée.

En Cisjordanie, et contrairement à ce que prétend l'Etat juif d'Israël, les forces d'occupation maintiennent leurs entraves aux des déplacements de la population. Des milliers de Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza n'ont pu rentrer dans Jérusalem-Est à cause des check-points à l'intérieur et autour de la cité ; ces interdictions sont encore plus sévères le vendredi pour les empêcher de venir prier à la mosquée al-Aqsa et ceux qui tentent de prendre des chemins de traverse pour parvenir à l'esplanade sont violemment frappés. Dans le reste de la Cisjordanie, le franchissement des check-points est toujours difficile et de nouveaux barrages ont été dressés sur certains carrefours et routes. 2 Palestiniens y ont été arrêtés cette semaine.

Activités des colons : les colons cherchent toujours à s'étendre dans les territoires de Cisjordanie, en toute violation des droits humains internationaux. De plus, le ministre israélien de la Construction et du Logement a annoncé des appels d'offre pour 120 logements à Ghunaim Mount, au sud de Jérusalem-Est, et 700 autres pour la colonie de Pisgat Ze'ev dans Jérusalem ; dans une déclaration à la radio, Boim a déclaré que le Premier ministre Ehud Olmert avait donné son feu vert au début des travaux de constructions de ces logements dans Jérusalem-Est occupée, avant de prendre l'avion pour les Etats-Unis.

Le 1er juin 2008, les FOI ont empêché des véhicules appartenant à la municipalité de Kufor Qaddoum, un village au nord-est de Qalqilya, de niveler des terres à l'est du village pour des travaux de raccordement du village à l'électricité.


(JPG)
Cette semaine, 43 Palestiniens, dont 2 mineurs, ont été arrêtés en Cisjordanie et 11 dans la bande de Gaza ; 2 ont été arrêtés sur les check-points de Cisjordanie.

Violations israéliennes
recensées durant la semaine

du 29 mai au 4 juin 2008

1 - Incursions dans les secteurs arabes, agressions contre les civils et les propriétés en Cisjordanie

Les incursions se font généralement la nuit, l'armée surgit parfois en tirant dans les rues du village, elle pénètre violemment dans certaines maisons, fouille et enlève souvent des Palestiniens, surtout des jeunes. Même sans arrestation, il s'agit pour l'occupant de manifester en permanence sa présence et de ne pas laisser vivre normalement les Palestiniens dans leur pays. Une technique appliquée sans interruption depuis 1948 et dont le dosage varie selon les périodes. Mais les Palestiniens ne partent plus. (ndt)

Jeudi, 29 mai 2008

Vers 1h30, les forces armées israéliennes pénètrent dans le village de Bourqin, à l'ouest de Jénine. Lors de la fouille de certaines maisons, elles arrêtent 5 Palestiniens (18 à 23 ans) dont deux frères. Au même moment, dans les environs de Ramallah, elles entrent dans Ne'lin : fouilles et arrestations de 3 civils.

Vers 2h, incursion dans Reehiya, au sud-ouest d'Hébron. Fouilles. Mais aucune arrestation n'est signalée. Approximativement vers 2h30. A l'est d'Hébron, incursion dans Na'im. Fouilles sans arrestation.

Vers 3h, c'est au tour du camp de réfugiés de Shams, à l'est de Tulkarem. Les Israéliens assiègent une maison de trois étages appartenant à Yasser Qazmouz dans le quartier al-Mnshiya, dans le nord du camp. Par mégaphones, l'occupant ordonne aux habitants de sortir de leurs maisons. Ce qu'ils font, les soldats font irruption dans les maisons et les fouillent. Trois fils de Yasser Qazmouz sont emmenés : Omar, 23 ans, Mahmoud, 20 ans et 'Aamer, 26 ans.

Et dans l'après-midi, vers 14h, l'armée rentre dans Fahma, un village au sud-ouest de Jénine, patrouille dans les rues du village en tirant. Aucune victime ni arrestation ne sont indiquées.

Vendredi, 30 mai 2008

Aux environ d'1h30 du matin, incursion dans Naplouse et dans le camp de réfugiés voisin d''Ein beit Al-Maa'. Irruption dans certaines maisons mais aucune arrestation.
 

Samedi, 31 mai 2008

Approximativement vers 1h du matin, les FOI reviennent dans Naplouse et dans le camp de réfugiés d''Ein Beit al-Maa'. Elles s'en prennent à certaines maisons et arrêtent 5 civils palestiniens.

Vers 1h30, c'est le camp de réfugiés d'al-'Arroub qui est envahi, au nord d'Hébron. Certaines maisons sont attaquées. Pas d'arrestation. A la même heure, au village d'Ummar tout proche, idem. Vers 2h30, toujours dans la région d'Hébron : incursion dans Yatta, une cité en haut d'une colline, au sud d'Hébron. Incursions dans les maisons mais sans arrestation. Et vers 3h ce matin-là, au sud d'Hébron, incursion dans le village de Zahiriya. 2 jeunes Palestiniens sont emmenés.

Le soir, vers 20h, village de Sarra, au sud-ouest de Naplouse. Patrouilles et tirs dans les rues, des enfants palestiniens se rassemblent et lancent des pierres sur les jeeps de l'occupant. Aussitôt, les soldats tirent sur les enfants. Tamer 'Abdul Ghafer Turabi, 15 ans, est blessé par un éclat de bombe assourdissante.

Vers 20h30, dans le village de Deir Abou Mashaal, au nord-ouest de Ramallah, l'armée s'avance dans les rues, monte un barrage à l'entrée nord du village, interdisant d'entrer et de sortir du village. Elle se retire plusieurs heures plus tard sans avoir procédé à des arrestations.

Lundi, 2 juin 2008

Vers minuit et demi, l'armée d'occupation rentre dans le village de Sa'ir, au nord-est d'Hébron. Fouilles, et arrestation d'un jeune de 17 ans, Ahmed Fakhri al-Froukh.

Vers une heure, incursion dans Bethléhem, attaque de maisons, fouille, dans le centre de la ville et 2 arrestations.

Vers 2h, à Qabatya, dans le sud-est de Jénine : raids, fouilles. Pas d'arrestation.

Mardi, 3 juin 2008

Vers minuit et demi, l'armée rentre dans Tulkarem. Elle assiège plusieurs maisons dans le sud-ouest de la cité et ordonne à leurs habitants de sortir. L'armée pénètre ensuite dans 2 maisons, les fouille et emmène un jeune de 17 ans.

Aux environs d'1h30, incursion dans Bani Na'im, au nord d'Hébron. Fouilles et arrestation de 3 Palestiniens, dont 2 de 18 ans. Vers 2h, village de Dura, sud-ouest d'Hébron, même opération avec arrestation de trois civils palestiniens (19, 20 et 20 ans).

Vers 7h, camp de réfugiés de Duhaisha, au sud de Bethléhem. Fouille d'une maison mais sans arrestation.

Et vers 16h, dans Marj Ibn 'Aamer Plain à Jénine-Haïfa, à l'ouest de Jénine : patrouilles sur les terres et arrestation de 2 enfants, 14 et 16 ans.

Mercredi, 4 juin 2008

Aux environs de minuit, les troupes d'occupation pénètrent dans Silwad, au nord de Ramallah. Fouilles, agressions et barrages dans les rues. Pas d'arrestation. Vers minuit et demi. Ville d'al-Bireh. Après avoir patrouiller dans les rues, l'armée se retire sans procéder à des arrestations. Au même moment, à l'ouest de Ramallah, elle rentre dans Bitounia. Là aussi, patrouilles puis retrait, sans arrestation.

Vers 1h du matin, Deir al-Ghossoum, au nord de Tulkarem. L'armée tire sur des maisons et lancent des bombes assourdissantes dans les allées. Elle fait le siège de la maison de Thabet Mahmoud Mubasher, et l'arrête. Toujours vers 1h et aux environs de Tulkarem, dans le village de Far'oun, au sud, l'armée s'en prend à la maison de la famille d''Omar Mahmoud Ahmed et l'arrête.

Vers 1h20, camp de réfugiés d''Ein Beit al-Maa', à l'ouest de Naplouse. Attaques, fouilles mais pas d'arrestation. Au même moment et toujours près de Naplouse, au sud-ouest, village de Sarra. Fouilles et arrestation d'un jeune de 23 ans.

Aux environs d'1h40, incursion dans la ville et le camp de réfugiés de Jénine. Fouilles et arrestations de 6 Palestiniens, tous d'une vingtaine d'années. Vers 2h45, incursion dans le village de Seilat al-Harthiya, à l'ouest de Jénine. Même opération avec l'arrestation d'un Palestinien de 20 ans.

Et vers 9h, Tulkarem. Patrouille, restrictions des déplacements dans le centre de la ville.
 

2 - Poursuite du siège dans les
Territoires palestiniens occupés

Le siège de l'armée d'occupation contre les Territoires palestiniens reste renforcé. En Cisjordanie, il est toujours très serré et sur certains check-points, l'armée a empêché les Palestiniens de moins de 35 ans de passer, spécialement dans le nord-est de la Cisjordanie.

Jérusalem. Comme indiqué ci-dessus, les FOI ont maintenu leurs restrictions sur les déplacements des Palestiniens dans la cité. Le dimanche après-midi, 1er juin, l'occupant a fermé le centre de Jérusalem-Est et a entravé les déplacements des civils en fermant toutes les routes qui conduisent au centre ville. Le mercredi soir, 4 juin  2008, les soldats postés au check-point Container, au sud-est de Jérusalem, ont arrêté Mohammed al-Qeeq, un journaliste du village du Dura, au sud-ouest d'Hébron.

Naplouse. Les déplacements des civils sont restés limités par l'occupant. Celui-ci a installé de nouveaux check-points sur certaines routes principales. Le jeudi 29 mai, les troupes positionnées sur les différents check-points autour de la ville ont rajouté des restrictions pour ceux qui voulaient rentrer ou sortir de la ville. Le matin du samedi 31 mai  2008, les soldats postés au check-point de Beit Eiba, à l'ouest de Naplouse, et à celui de Za'atara, au sud, ont appliqué des contrôles prolongés contre les civils. Le dimanche, 1er juin, sur le barrage de Za'atara, idem. Le lundi 2, sur différents check-points mais principalement sur les deux précités, Za'atara et Beit Eiba, restrictions à nouveau renforcés dans les deux sens des déplacements. Vers 7h du matin le jeudi 29, au check-point de Beit Eiba, l'armée arrête Rami Talal Shinnar, 30 ans, un Palestinien de Tulkarem.

Tulkarem. Même situation. Le jeudi 29 mai 2008, l'armée monte un check-point à l'entrée ouest du village d''Attil, au nord de Tulkarem. Elle arrête et fouille tous les véhicules palestiniens et interdit le passage aux Palestiniens de moins de 35 ans. Le vendredi 30, elle installe un barrage au carrefour de Beit Leed, à l'est de Tulkarem, avec interdiction d'entrer ou de sortir de Beit Leed. Samedi 31, nouveau check-point à l'entrée du village de Qiffin, au nord de Tulkarem, interdisant aux Palestiniens de rentrer ou sortir du village de 6h à 10h du matin. Dimanche 1er juin, nouveau check-point également au carrefour de Bala'a à l'est de Tulkarem. L'armée arrête et fouille les véhicules palestiniens et empêche tous les Palestiniens de moins de 30 ans de passer. Mardi 3 juin, l'armée monte un autre check-point, à l'entrée de Qiffin une nouvelle fois, bloquant toute entrée et sortie du village. Mercredi 4 juin, l'armée ferme le check-point de WAd al-Teen, au sud de Tulkarem, pendant plusieurs heures.

3 - Construction du mur d'annexion

La construction du mur d'annexion se poursuit en Cisjordanie. Systématiquement, les forces d'occupation emploient la force contre les manifestations non violentes contre le mur et le vol de la terre.

Comme chaque semaine, après la prière, le vendredi 30 mai, de nombreux manifestants se sont réunis à Bil'in, à l'ouest de Ramallah pour protester contre le mur qui vole les terres du village. Quand ceux-ci s'approchent du mur, les soldats ferment les portes dans le mur, les manifestants pour répliquer mettent le feu à des pneus et l'armée tire à balles enrobées de caoutchouc et lance des lacrymogènes sur les manifestants. Cette semaine, 3 civils palestiniens ont été blessés par balles : un à la cuisse, un autre à la main droite et le dernier à une jambe.

Même initiative palestinienne avec des militants israéliens et internationaux à al-Ma'sara, au sud de Bethléhem. Les manifestants s'avancent vers les terres confisquées et se trouvent face à des barbelés posés par l'armée que les manifestants essaient de contourner. L'armée lance des grenades assourdissantes et des bombes lacrymogènes. Nombre de manifestants se sont faits tabassés violemment par les soldats.


(JPG)
Violant ses promesses et le droit international, Israël poursuit sans interruption l'expansion des colonies en Cisjordanie. Ici, Beitar Ilit.


4 - Activités et agressions des colons
contre les Palestiniens et leurs biens

En toute violation du droit international, l'activité coloniale israélienne se poursuit sur la Cisjordanie.

Dimanche matin, 1er juin. L'armée empêche des véhicules appartenant au conseil local du village de Kufor Qaddoum, au nord-est de Qalqilya, de niveler les terres dans la partie est du village, afin de préparer l'approvisionnement du village en électricité. Dans un courrier adressé au PCHR, le conseil déclare que le 13 avril 2008, il a obtenu l'autorisation de construire un poste de raccordement à l'électricité, autorisation qu'il avait sollicitée un an et demi plus tôt. Cela n'a pas empêché l'armée de s'opposer à la construction du poste par le conseil, prétendant que le site de la construction faisait partie de la Zone C (sous administration civile sécuritaire israélienne en vertu des Accords d'Oslo) et que toute action devait être coordonnée avec l'armée israélienne. Le conseil a fait une demande à l'armée mais n'a pas encore reçu la réponse.

Au cours de cette dernière semaine, le ministre israélien de la Construction et du Logement, Ze'ev Boim, a déclaré que son ministère lançait des appels d'offre pour la construction de 120 logements supplémentaires dans la colonie de Ghunaim Mount, au sud de Jérusalem-Est, et de 700 autres dans la colonie de Pisgat Ze'ev, dans un quartier de Jérusalem-Est. Il a déclaré par la suite qu'il attendait l'approbation du ministre de la Défense pour lancer d'autres appels d'offre pour la construction de 600 logements dans Beitar Ilit, au sud-est de Jérusalem. Dans une déclaration faite à la radio, Boïm dit que le Premier ministre Ehud Olmert a donné son feu vert pour 884 unités dans Jérusalem-Est. Juste avant de prendre l'avion pour les Etats-Unis.



Pas d’abri pour la torture

L’article 5 de la Déclaration universelle des droits de l’homme dispose que nul ne doit être soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Soixante ans après l’adoption à l’unanimité de ce texte par l'Assemblée générale des Nations unies, Amnesty International a constaté que la torture continuait d’être utilisée dans au moins 81 pays.

5 juin 2008 / Amnesty

L’organisation rassemble depuis plusieurs décennies des informations sur le recours à la torture. Ces dernières années, des gouvernements ont pris des mesures qui remettent en cause l’interdiction même de la torture, en particulier dans le contexte de la lutte contre le terrorisme.

Amnesty International va s’efforcer de renverser cette tendance. Au cours de ce mois, l’organisation va, en partenariat avec The Elders, demander aux gouvernements de condamner et empêcher la torture et les autres formes de mauvais traitements, et d’amener les responsables de telles pratiques à rendre des comptes.

Amnesty International va s’efforcer de renverser cette tendance. Au cours de ce mois, l’organisation va, en partenariat avec , demander aux gouvernements de condamner et empêcher la torture et les autres formes de mauvais traitements, et d’amener les responsables de telles pratiques à rendre des comptes.
 

Rien ne peut justifier la torture

Les mesures prises par certains gouvernements à la suite des attaques du 11 septembre 2001, et les autres attaques qui ont depuis eu lieu de par le monde constituent de graves atteintes au système de protection des droits humains. Ces gouvernements ont non seulement utilisé la torture mais aussi cherché à justifier cela en invoquant des raisons de sécurité.

Des personnes ont été soumises à des pratiques telles que la détention secrète, la disparition forcée et l’incarcération pour une durée indéterminée sans inculpation ni procès. Certains détenus ont été transférés d’un État dans un autre en dehors de toute procédure régulière, et été envoyés dans des pays où ils ont été torturés. Ces pratiques, et le fait que ceux qui en sont responsables ne soient pas amenés à rendre des comptes, ont facilité la prolifération du recours à la torture et son acceptation.

Contre le terrorisme : la justice

La torture est un crime qu’aucune circonstance ne peut justifier. Les gouvernements doivent déférer à la justice les individus responsables de l'avoir autorisée ou infligée. De plus, les conditions qui permettent à cette pratique de se développer, en particulier la détention illégale, doivent être éliminées.

Les gouvernements ont le devoir de protéger leur population contre les attaques et les violences, mais la sécurité ne peut réellement être assurée que grâce à la justice et à la protection des droits humains.

Ce que vous pouvez faire

 

 Guantanamo(s)

En bref, une image révélatrice, un fait marquant ou une déclaration décalée.
Flagrants délits
Alors que les États-Unis s'emploient à vider la prison de Guantanamo en vue de sa fermeture prochaine, le Pentagone et la CIA ont mis en place un vaste système de centres de tortures et de prisons secrètes, bien plus sévères dans plusieurs "Etats"  "arabes" dont le Maroc.
17 prisons secrètes ont déjà
remplacé Guantanamo
3 juin 2008
 
C'est ce que s'apprête à révéler l'association de juristes britanniques Reprieve à qui l'on doit déjà les révélations détaillées sur les vols secrets de la CIA. Selon ce document, dont le Guardian a déjà donné un compte-rendu, Washington - pour mieux protéger Israël (et les dirigeants "arabes alliés de l'Etat juif) de la résistance grandissante du monde arabo- musulman - aurait choisi, pour échapper à toute poursuite judiciaire americaine d'installer ses prisons secrètes dans les cales de bâtiments de guerre croisant dans les eaux internationales et dans les côtes de plusieurs pays arabes pour protéger Israël et ses régimes "arabes" régnant sur leurs pays. 17 de ces prisons flottantes ont été identifiées, incluant l'USS Ashland, l'USS Bataan et l'USS Peleliu. Il s'agit principalement de navires de débarquement ou d'assaut qui ont la particularité d'avoir des cales facilement aménageables. Les prisonniers y sont retenus dans des cages alignées. Ils seraient actuellement 26 000 répartis dans ces « établissements ».

Au total, plus de 80 000 personnes auraient transité dans les prisons secrètes des États-Unis depuis 2001. En outre, Reprieve a identifié plus de 200 nouveaux cas de « restitution extraordinaire », c'est-à-dire d'enlèvement, depuis la publication par le Conseil de l'Europe du rapport de Dick Marty et les promesses de George Bush que son pays renonçait à ces pratiques.



A Sidi Ifni au Maroc
 

Affrontements entre
policiers et manifestants





































Une parasite... portée par d'autres parasites.
Jusqu'à quand !?

Une véritable Intifada marocaine contre le régime corrompu et tyrannique de Mohamed 6 ! Le 7 juin 2008, des manifestations populaires ont eu lieu à Sidi Ifni (à environ 700 km au sud de Rabat) contre le régime dictatorial en place ont fait au moins 8 morts, dont un policier, un grand nombre de blessés, en plus de près de 100 arrestations a rapporté  le 8 juin 2008, l'édition hebdomadaire marocain du journal Al Ahdath Al Maghribya.
 
Selon le même journal qui cite plusieurs sources: "à Sidi Ifni, la  situation est demeurée tendue dans la ville, après l'intervention samedi 8 juin 2008, de  plus de 600 policiers, qui ont dispersé les manifestants, pour rétablir l'activité du port, obligeant un grand nombre de manifestants, à se replier sur des hauteurs, où ils sont poursuivis par les policiers".

Al Ahdath Al Maghribya
rapporte que "d'autres affrontements ont eu lieu, dans les cités Boulaalam, Lalla Meryem, Al Marssi et Kouloumina, où les policiers répondaient aux jets de pierres, par des tirs de balles, en poursuivant les manifestants dans les maisons et les terrasses".

A la cité Kouloumina: ''un grand nombre de femmes ont manifesté dans  un mouvement de protestations, défiant les forces de l'ordre", rapporte encore le journal citant "d'autres sources".

La même source signale que "dans la ville de Sidi Ifni, où les habitants demeurent enfermés chez eux, ne disposant pas de moyens de communication, les entrées et sorties sont interdites".
 

Appel à une marche nationale contre
les violences policières à Rabat

Le comité de soutien aux victimes des violences policières (CSVVP), a appelé hier, à une marche nationale prévue le15 juin 2008 prochain, devant le siège du parlement, dans la capitale marocaine, en signe de "solidarité avec tous les militants qui ont subi la répression au cours de manifestations pacifiques, pour le droit au travail et à la dignité, et pour la libération  des prisonniers politiques".
 
Selon l'appel du comité, cette marche a été prévue, "à l'occasion du premier anniversaire de l'agression brutale contre les militants de l'association marocaine des droits de l'homme (AMDH), au cours d'un sit-in de protestation". Le 15 juin de l'année passée, Khadija Ryadi, présidente de l'AMDH et d'autres militants de l'association, ont été violemment matraqués par les forces auxiliaires, alors qu'ils participaient à une manifestation de soutien aux prisonniers  politiques arrêtés le 1er mai 2007, et condamnés pour "atteinte aux valeurs  sacrées du Royaume".
 
Le comité de soutien aux victimes des violences policières, composé de militants d'organisations de défense des droits de l'homme, d'avocats et  de personnalités indépendantes, a été créé à la fin du mois de mai 2008, rappelle-t-on.
 
Présidé par M. Adil Yousfi, membre de la section de Rabat de l'AMDH, et observateur des manifestations des associations de chômeurs, "le comité a été mis sur pied, en réaction contre la banalisation des agressions de plus  en plus violentes et traumatisantes, contre les manifestants des associations de chômeurs", soulignent ses initiateurs.
 
Les sit-in observés quotidiennement devant le parlement marocain, sont  souvent dispersés par les forces auxiliaires et les éléments de la police anti-émeutes  qui interviennent à coup de matraques.


A Sidi Ifni il y a eu:

- D'un côté, il y'a la population qui revendique pacifiquement la fin de l'apartheid politique et sociale dont  elle est victime depuis l'installation du régime monarchique.

- De l'autre côté, une administration parasitaire totalement incompétente et corrompue.

Face aux revendications légitimes et aux protestations des habitants, Mohamed 6 - le roi PD des parasitaires du makhzen - donna ses " hautes directives royales" de  mater dans le sang le mouvement légitime de le population.
 

Des batailles rangées ont alors opposé, le samedi le 7 juin 2008, les forces de répression royales aux jeunes chômeurs, faisant - selon l’AFP - 44 blessés dont 27 parmi les forces de répression.

Selon le Centre marocain des droits de l'homme (CMDH), le bilan serait plus lourd. «Il y aurait entre un et cinq morts », a déclaré à Rabat lors d’un point de presse, Brahim Sbaalil, président de la section locale du CMDH de Sidi Ifni.


Sur le terrain, les opérations de répression à Sidi Ifni ont été dirigées par les trois généraux corrompus et chiens de garde de leur "sidi": benslimane, Bennani et Laanigri.

Le résultat en est plusieurs morts, un grand nombre de  blessés et plusieurs disparus.

C'est la réponse du roi aux revendications sociales des habitants de Sidi Ifni d'Aït baamrane

Voici quelques liens à consulter :
http://www.youtube.com/watch?v=H5PTiA5gB...
http://www.sidiifni-aitbaamrane.com/topi...
http://www.youtube.com/watch?v=EGiylM06v...
http://tiznitpress.jeeran.com/archive/20...
http://www.hespress.com/?browser=view&Eg....


 

 MAROC 
MANIFESTATION DE SOUTIEN A PARIS

LA RÉVOLTEDE SIDI IFNI
mardi 10 juin 2008

Les associations soussignées tiennent à exprimer leur solidarité avec les habitants de Sidi Ifni et les régions environnantes, qui viennent de subir une répression grave et injustifiée.

Depuis des années, les habitants réclament le droit au travail, notamment pour les diplômés chômeurs, l’aménagement du port et le désenclavement de Sidi Ifni par la construction d’une route qui relie la ville à Goulimine.

Le samedi 7 juin, à 6h du matin, les forces de l’ordre débarquent par voie maritime et par voie terrestre, encerclent la ville et arrêtent les 160 diplômés chômeurs qui occupaient pacifiquement le port. Ils ont procédé à des fouilles de maison, des saccages, des vols et des viols comme le confirme le rapport de l’association marocaine des droits humains.

Les habitants traumatisés par ce désastre ont manifesté leur réprobation, les militaires ont riposté faisant plus de 47 blessés. Le centre marocain des droits de l’homme évoque de 1 à 5 morts par balles ainsi que des centaines d’arrestations. Les associations signataires exigent :
  Le retrait en urgence des forces de l’ordre de la ville,
  La libération immédiate et inconditionnelle des détenus,
  Une enquête indépendante et des poursuites contre les auteurs de ces exactions.
  La satisfaction des revendications légitimes des habitants de Sidi ifni Les signataires appellent à une:

 MANIFESTATION

Le mercredi 11 juin , de 17h00 à 19h00.

Entre L’ambassade du Maroc et la place du Trocadéro

Métro Trocadéro

Premiers signataires : ATMF, le rassemblement Ait Baamrane pour la solidarité, Ifni Ait Baamrane développement, Mesti pour le développement et la culture, enfants de la mer, ASDHOM,FTCR, FMVJ (France), FACS, Union syndicale solidaires, Syndicat de la magistrature, les verts, MRAP, PCF, PCOT,PDP, ACDR...

Qui gouverne le Maroc?
L´Islam résistant
L'idéalisme d´Ahmed Rami
Que se passe- t-il au Maroc?
La domination juive
Le vrai terrorisme

 

 عبد السلام ياسين: مذكرة إلى من يهه الأمر دور الموساد اليهودي في الحرب على العراق من العدو: إيران أم إسرائيل؟

عباس محمود العقاد: بروتوكولات حكماء صهيون ما هي" برتوكولات حكماء صهيون" ؟غارودي: دراسة في اليهودية

فهمي هويدي
فهمي
هويدي




 ما الحل وما لعمل؟مقالات للكاتب فهمي هويدي الذي عرفته الصحافة العربية مفكراً يحمل هموم الأمة الإسلامية، واستطاع بقلمه أن ينفذ عبر كل العصور محللاً ومفكرا، بآرائه الصادقة المعبرة عن نبض الأمة. إنها كارثة أمة تتآكل أمامنا ونحن لاهون أو ساكتون!
         
 

 

رسالة مفتوحة الى محمد السادس

Que se passe-il au Maroc?

ما الذي جرىفي إيفني
 

A Sidi Ifni au Maroc :
Affrontements entre policiers et manifestants

المغرب: إنتفاضة شعبية في سيدي إفني

مازال طغيان "سنوات الرصاص" والقمع
البوليسي
العنيف مستمران في المغرب

 المنظمة الديمقراطية للتعليم تعبرعن تضامنها مع سكان آيت باعمران و سيدي إيفني


إن الملوك إذا دخلوا قرية أفسدوها و جعلوا أعزة أهلها أذلة، وكذلك يفعلون

مازال طغيان  سنوات الرصاص والقمع
البوليسي
العنيف مستمران في المغرب
"باراكا"
كفاية ... إرحل أيها الطاغية اللواط !  لقد بلغ السيل الزبى !


 إنتفاضة شعبية في سيدي إفني


 المنظمة الديمقراطية للتعليم تعبرعن تضامنها مع سكان آيت باعمران و سيدي إيفني


 رسالة مفتوحة الى محمد السادس


أحمد رامي عن الإنتخابات الأخيرة في ألمغرب:
ا سمحوا لي أن أبصق على مجتمعنا !...



الشرطي الأول محمد الزامل البوليسي، لا يلعب بألعابه
 الخاصة فحسب، بل يلعب بنا وببلدنا وبمصيرنا أيضا

 و في الصورالمروعة التالية:
عميد شرطة "مغربي" يقوم بضرب فـتـيـحـة الحداد وابنها الرضيع بلال خلال وقفة تضامنية نضمتها نساء المعتقلين الإسلاميين  أمام سجن عكاشة بالدار البيضاء يوم الثلاثاء 27-5-2008

فتيحة حداد -25سنةمتزوجة من سعيد فارس المحكوم عليه بعشرين سنة كانت تتظاهر تضامنا مع زوجها المجاهد المسجون ظلما، فضربها الشرطي الكوميسير المدني و جرها إلى أن أسقطها أرضا مع رضيعها. و قال عبد الرحيم مهتاد - رئيس لجنة "النصير لدعم ومساندة المعتقلين الإسلاميين - :"أن الأخت فيتحة حداد كانت رفقة أعضاء الجمعية، فحاول "العميد" أن يبعدها عنا فرفضت ليجرها إلى ان أسقطها".



















 



عنصر من قوات التدخل السريع يعتدي على المحامي عبد الرحمن بنعمرو ويمنعه من المشاركة في وقفة احتجاجية (مايو2008)



وصور أخرى لمظاهر القمع البوليسي
 الإرهابي الذي يمارسه نظام فردي طغياني -  ليست له أية شرعية - ضد الشعب المغربي


















طفيلية إسمها"محمد"،لكن رقمها"6"، رقم رمزي
 يهودي  يلعب بمصيرنا ونحن عنه لاهون ! !









81arto
|
طفيلية... يحملها طفيليات...
إلى متى !؟

الصورالمهولة والمروعة والمخجلة هنا هي رمز للواقع المأساوي الذي عاشه الطفل بلال وأمه و يعيشه المغرب طوال حكم الملوك "العلويين" المجرمين الطغاة !

قضية الشرطي"الكوميسير" الذي ضرب أم رضيع - وهي تحمل رضيعها هو شيء لو حدث في دولة ديمقراطية لقدم فورا عميد الشرطة إستقالته في انتظار محاكمته.

والأوامر بالضرب صادرة من فوق  ... وما العميد  إلا منفذ لأوامر الشرطي القمعي الأول أي الملك نفسه لذي فرخ هذا الأسلوب الذي يؤدي حتى إلى ضرب أم وإسقاطها أرضا مع رضيعها. وهذا  تصرف إرهابي ضد طفل رضيع وضد أمه وضد أطفال المغرب و مستقبله كله، و ما تعبر عنه هذه الصور عار  وخزي يندى له الجبين.

المخزن الملكي هو الذي يتحكم في شرطته ويصدر لها التعليمات  بضرب المواطنين. وهذا الشرطي ما هو إلا يد المخزن التي تضرب وتحتقر المواطنين.

إنه مفهوم السلطة المتسلطة على المواطن والمتشبعة بالظلم والقمع والترهيب. إنهم خريجي المدرسة  الملكية المخزنية الجاهلية. اللهم اكفينا شرها. إنها الإرهاب بعينه. شرطة الرعب لا شرطة "القرب"!

وهيئة ما يسمى تمويها بـ "الإنصاف والمصالحة" رفضت تسمية الجلادين القدامى حماية للجلادين القدماء الجدد و لسيدهم الجديد القديم محمد السادس والأخير.

 إنه "العمل الجبار" الذي  تقوم به "الدولة" اليهودية  "المغربية" من أجل إذلال و إخضاع و"خليان داربو" المغاربة!

هذا القمع سيدخل الملكية "العلوية" اليهودية إلى مزبلة التاريخ من بابه الأوسخ بلا منازع، سمعة النظام المغربي الذي سار دوما على مبدأ «جوع الكلب يتبعك»!

 اغلب المغاربة اليوم يحاولون قدر الإمكان الهروب بجلودهم من المغرب أي من هذه الإذلالات و الإهانات والقمع.
 
 واقعة، في مطارالدارالبيضاء، تعبر ببلاغة على ما وصلنا إليه من هوان: حين بدأ احد رجال الشرطة يصيح على المسافرين: "المغاربة في هاد الصف و والأوروبيين في داك الصف".  لكن مغربي بقي في صف الأوروبيين رافضا ان يفهم بان الأمر يهمه لأنه متجنس فرنسي! و توجه إليه الشرطي لينهره و يقول له:  "راه قلنا ليك العرب في هداك الصف والأروبيين في داك الصف"، فأجابه المغربي المتجنس: "ما بدلت جنسيتي  إلا لكي تحترمني"!
 
إلى متى سنبقى ضحايا رخيصة ومفعول بنا مجرورين، نجتر الذل والمهانة ونقبل بالإهانات لأنفسنا و لبلدنا الذي غذى مستنقعا و مرحضا لليهود وعملائهم من حكامنا الذين لا يكنون لنا سوى الإحتقار و الكراهية؟
 
كمغاربة لا نتمتع في بلادنا بادنى حقوق المواطنة، لأن اليهود حلوا محلنا و ألغوا وجودنا كمواطنين كما جرى في فلسطين المحتلمة!

 هذا الكلام ليس موجها ليقرأه الكوميسير البليد فشرطة الملك - كالملك نفسه - لايقرأون. وإذا قرأوا فإنهم لايفهمون..

 إنها الآلة المخزنية الخبيثة المتصدئة والتي لا تمت لعصرنا و لا لشعبنا ولا لبلدنا بصلة. إنها من بقايا عصر الإقطاع والعبودية. مكانها الطبيعي هو في مقابر الخردة وفي متاحف الجاهلية و القرون الوسطى! 

هنيئا للمخزن "العلوي" الملكي بما أفرخته عبقريته و خزينته الحيوانية من أمثال هؤلاء "الكوميسيرات" الوحوش الجبناء.

أن النظام الملكي وخردته وحثالاته البوليسية سواسية.

 
وكيف يمكننا أن ندافع عن بلدنا و شرفنا و كرامتنا، أمام شرذمة من الخونة وعملاء اليهود الذين أصبحوا يتحكمون بمصائرنا ويبيعون فينا ويشترون: لقد إغتصبوا الوطن والمرأة والرجل وعذبوا الطفولة والشباب، وأحرقوا اليابس والأخضر وجعلوا من الأحرار أذلة وعبيدا!

إن الكرامة أقدس قيمة يملكها المرء، إن مست فالضرورات تبيح كل المحظورات!

*****

"من قال أن سنوات الرصاص قد إنتهت؟ إنها مازالت مستمرة"!
 هكذا استنكر الصحافي خالد الجامعي، عضو لجنة دعم ضحايا قمع القوات العمومية، في اتصال مع "المساء"، لجوء قوات الأمن المغربية إلى استعمال العنف لقمع المواطنين، مضيفا قوله: "أكبر دليل على ذلك هو الصورة التي نشرتها "المساء" الأربعاء الماضي لرجل أمن وهو يعتدي بالضرب على امرأة رغم أنها تحمل رضيعا على ظهرها".
 
خالد الجامعي هو عضو لجنة دعم ضحايا قمع القوات العمومية، وهي لجنة حديثة التأسيس، خرجت إلى الوجود على إثر اجتماع تم عقده الجمعة 23 ماي 2008 بين عدد من الفاعلين الحقوقيين بالمغرب.

 وعلى رأسهم عادل اليوسفي، عضو مكتب الجمعية المغربية لحقوق الإنسان، مكلف داخل الجمعية بتتبع وقفات المعطلين.

 وتضم هذه اللجنة، التي لا تزال لائحتها مفتوحة لانضمام أفراد آخرين إليها:

-
النقيب عبد الرحمان بن عمرو

- النقيب عبد الرحيم الجامعي

- محمد الصبار

- نعيمة الكلاف

- خالد الجامعي

- محمد العربان

- عبد الرحيم شباط

- ورضوان فاروقي
 

- ولحسوني الزيتوني

- عادل يوسفي

وعن أسباب تأسيس لجنة دعم ضحايا قمع القوات العمومية، قال عادل اليوسفي، عضو مؤسس:

 "لقد عايشت وقفات المعطلين واحتجاجات مستخدمي شركة حافلات الكرامة، وعددا من وقفات السلفية الجهادية. ومن خلال عملي هذا، وجدت أن القوات العمومية قد تجاوزت كل الحدود في طرق تعاملها مع أشكال الاحتجاج المشروعة للمواطنين".
 
ومن الأشكال النضالية، التي كشفت عنها اللجنة إلى حد الآن، جمع معطيات حول ضحايا قمع القوات العمومية من خلال توزيع استمارة على هؤلاء لملئها، وإنجاز تقارير وتنظيم ندوات صحفية وتنظيم جلسات الاستماع على غرار جلسات الاستماع التي عقدتها هيئة الإنصاف والمصالحة، وتنظيم محاكمات رمزية، وعقد لقاءات، وغيرها من الأشكال النضالية والتواصلية التي قال عادل اليوسفي إنه سيتم الكشف عنها في ندوة صحافية لاحقا.
 
من جانبه أكد خالد الجامعي قائلا:

 "من الملاحظ في السنوات الأخيرة عودة لجوء قوات الأمن إلى استعمال العنف ضد المتظاهرين من المواطنين العزل، مهما كانت وقفاتهم واحتجاجاتهم سلمية، حيث أصبح ضحايا قوات الأمن يعدون بالمئات، لهذا قررنا أنه لا يمكن أن نبقى مكتوفي الأيدي وأن نؤسس هذه اللجنة".

*******

السلفية المخزنية

السلفية المخزنية رضعت من ثدي نهج العنف المدمر والمقوض للفكر والثقافة والإبداع.

"السلفية" الملكية المخزنية تتوسل نهج التكفير، تكفيرالمعارضة السياسية بكل تلاوينها، قصد خدمة النظام السياسي المخزني، والحفاظ على استمراره "مقدسا" وبلا تغيير.

  من سمات "العضو" في تيار السلفية المخزنية أنه شخص حقود طاغ متجبر، يهوى السلطة و يتشبث بها بأي وسيلة و بأي ثمن! يخوض حربا ضروسا ضد الدين الإسلامي وأهله و مجاهديه. ويكفيه هدفا في الحياة... طاعة أولياء الأمر من حكامنا..

أمير كفار المخزن، الملك الحاكم المخزني
. دستوريا وبقانون القوة والوقاحة، أعلن نفسه "مقدسا" وحل محل الله  مسميا نفسه بـ"أميرالمؤمنين" ..وأصبح مجرد الشك فيه أو مجرد إنتقاده جريمة كبرى لا تغتفر.

السلفي المخزني العبد الحقير يحصر"وطنيته" و "دينه" في عبادة وطاعة سيده وإلهه الملك وفي "تكفير" كل معارض للملكية وكل ومقاوم للنظام الملكي.

السلفي المخزني يؤمن بالممارسة المنهجية لشعائر الأركان الخمسة "للدين" المخزني:

1.
عبادة الملك، لا إله إلا هو، ولي نعمته و مصدر"رزقه" ووجوده !

2. إحتقار وكراهية الشعب وشيطنة و "تكفير" كل معارض للملكية !

3. إباحة دم وعرض وحياة وشرف وحرية وكرامة كل "مرتد" يجرؤ على معارضة الملك، إله االنظام المخزني أو يجرؤ حتى على مجرد إنتقاده.

4. ممارسة القمع الشرس والمنهجي والإعتقالات والإختطافات والتعذيب والقتل ضد المعارضين للنظام الملكي المخزني.

5. العمالة لكل أعداء الأمة الأجانب الغزاة ولليهود والصهاينة ولمخططاتهم من أجل حماية النظام الملكي المخزني الإستعماري و شرعنته.

 قال عبد الرحمن الكواكبي
(في "طبائع الاستبداد"، ص: 39): "اللهم إن المستبدين وشركاءهم قد جعلوا دينك غير الدين الذي أنزلت، فلا حول ولا قوة إلا بالله
!"

وقال الله تعالى في القرآن الكريم:
إن الملوك إذا دخلوا قرية أفسدوها و جعلوا أعزة أهلها أذلة، وكذلك يفعلون.

وما الذي يريده اليهود المحتلين الغزاة من بيادقتهم  الأمريكان ومن أدواتهم الحكام "العرب" في المغرب وفي السعودية و في غيرها من بلداننا بعد تحويلنا إلى عبيد ؟
  
إنهم يريدونها حروبا طائفية عندنا لإلهائنا عن مقاومة العبودية والغزو والإحتلال والطغيان. مطلب يهودي إسرائيلي يصب على حريقه "السلفي" المخزني مزيدا من الزيت في المغرب بإعلانه الحرب الدعائية الكاذبة بالوكالة على "الشيعة"...

ذكرت الصحف المغربية أخيرا أن حزبا مغربيا رفع في مؤتمره الأخير صور للبطل السيد حسن نصر الله قائد المقاومة العربية الإسلامية بلبنان الصامد. ولما أستدعي هذا الحزب لوزارة الداخلية تعرض للوم عنيف لأنه رفع صورا "شيعية"..

بأمر من سيده الملك، أحد المرتزقة من "فقهاء" السلاطين في المغرب ألقى "محاضرة" في إحدى مساجد المخزن مخصصة للهجوم على"الشيعة" تحت عنوان "التقريب بين المذاهب" (!!)

صاحبنا أنهى محاضرته قائلا
" :هل من لقاء مع هؤلاء؟ فلا يغرنكم التلميع السياسي لقناة المنار، إنهم الروافض، ولا يجب موالاتهم ... أما فلسطين فموعود الله عندما يتكلم الحجر والشجر، فالغربد".  صحح أحد من القاعة : "الغرقد" .. تابع صاحبنا : "نعم الغرقد ..الغرقد" .فخيم وجوم على وجوه من الحاضرين..

بعد إنتهاء "المحاضرة"، فتح باب التدخلات ، قصد "الإستفادة" من "علم" "الدكتور". المتدخلون عموما لم تنطلي عليهم الخديعة فهموا أن بيت القصيد في كل "محاضرة" "الفقيه" المرتزق لم يكن نصرة مذهب ولا غيرة على دين الله، بل هدفها الرئيسي هو تهيئ الناس نفسيا لتقبل ضربة عسكرية أمريكية لإيران لا قدر الله. وإذا ما وقعت سيكون المتضرر من تداعياتها المقاومة،
مما سيجعل قادة حماس لن يستطيعوا مغادرة فلسطين إلا للحج أو للعمرة إذا ما تم تحييد إيران لا سمح الله. أي أن المستفيد الحقيقي و الأوحد سيكون اليهود وعملائهم الحمام العرب !

لما كان الكيان الصهيوني في حرب لبنان الأخيرة يمارس هوايته المفضلة، أي المذابح تلو المذابح، و لم يفرق فيها بين الشيعي و السني و المسيحي، وهو يدك بصواريخه قناة المنار" الشيعية " والمساجد والكنائس، كان المغاربة يتساءلون بعفوية: أين الحكام العرب ؟ وقال أحدهم على سبيل التنكيت: "سيتدخلون حين تهاجم روتانا أو بيت نانسي عجرم أو هيفاء وهبي" !

إن الأمة العربية والإسلامية كلها اليوم محاصرة و تتعرض للإهانات وللمذابح اليومية. في المشرق مذابح جماعية، وفي المغرب مذابح"بلاغية"!
-----------------------------------------------------------------
 المرجع، بتصرف: المساء وهسبريس

 إنتفاضة شعبية
 في سيدي إفني

ثمانية شهداء والعشرات من الجرحى
لنتوحد جميعا و لنقول للملك:
 كفاية... إرحل، لقد بلغ السيل الزبى

 

في هذا الزمن المخزني المخزي والرديء - يوم السبت 7 يونيو 2008 - وقع إنزال وإحتلال  قمعي وهمجي بمدينة إفني، قامت به قوات القمع الملكية ردا على مظاهرات شعبية إحتجاجية وسلمية ضد الظلم والبطالة و الفساد المخزني.

وقد بدأت هذه الأحداث عندما أقدمت مجموعة من الشباب العاطل بالمنطقة على الإعتصام أمام ميناء المدينة، وقطع الطريق المؤدي إليه ومنع خروج الشاحنات المحملة بالسمك الموجه إلى معامل التصبير والتجميد بأكادير، إحتجاجا على تردي الأوضاع الاجتماعية و الإقتصادية في صفوف الشباب العاطل بالمدينة، وعدم الإستجابة لمطالب سكان المنطقة وعدم وفاء السلطات الرسمية بوعودها بإنشاء وحدات صناعية لتنمية وتطوير المنطقة.

و بعد الهجوم البوليسي فضل الكثير من الشباب الذين شاركوا في  إلإعتصام الهروب إلى الجبال المحاذية للمدينة هروبا من الوقوع في أيادي قوات القمع.

ويعتزم أبناء المنطقة وخصوصا الطلبة منهم تنظيم وقفة احتجاجية بمدينة أكادير يوم الأحد 8 يونيو 2008 تضامنا مع ضحايا القمع المخزني الهمجي.

و قد بدأت إنطلاقة شرارة هذه الإنتفاضة الشعبية في مدينة إفني المناضلة يوم الجمعة 30 مايو 2008 بتنظيم الشبان العاطلين مظاهرة للمطالبة بالعمل، وتوجهوا إلى ميناء المدينة حيث إعتصموا أمامه.

و قد لقي هذا الاعتصام تضامنا شعبيا قويا.  ومنذ ذلك - ويوما بعد يوم - تكررت وتصاعدت مظاهر الإنتفاضة  والإحتجاج بعد طول إنتظار
  تحقيقوعود المخزن االكاذبة ردا على مطالب العاطلين على اثر إنتفاضة عام 2005.

ويوم الجمعة 6 مايو 2008 قامت مظاهرات شعبية إستمرت حتى فجر يم السبت 7 يوليو وتلتها عملية قمع بوليسي  ضارية. وقد رد شباب المدينة بمسيرات أخرى للتنديد بالقمع وتجدد المطالبة بالحقوق الاجتماعية، تصدت لها قوات القمع بالرصاص المطاطي وقنابل الغازات المسيلة للدموع.

إن التدخل البوليسي لم يكتفي بقمع وتشتيت المعتصمين بالميناء بل داهم منازل عائلاتهم وأسرهم، و قام  بالتكسير والتخريب والضرب وبالتلفظ بعبارات السب والشتم المهينة ضد المواطنين المسالمين العزل. وقد أفادت بعض المصادر عن سقوط  ثمانية شهداء والعشرات من الجرحى.

ولقد فجر هذه الإنتفاضة
أزمة الفساد والبطالة والغلاء وتردي الخدمات الإجتماعية التي تعيشها المنطقة كما يعيشها المغرب كله.  وليس عند الملك لحل الأزمات التي يفرخها فساد نظامه سوى المزيد من الطغيان  والترهيب والقمع.

و هذه اللحظة التاريخية تتطلب إستنهاض كل القوى الحية الكامنة فينا لمساندة الجماهير الشعبية بسيدي افني، كل في موقعه وبإمكانياته، لتنظيم  وإقامة مظاهرات مساندة وتضامن لدعم المطالبة بسحب قوات القمع من المدينة المحاصرة فورا  تلبية لطلب السكان العزل.

 إن مدينة إيفني تعيش اليوم مواجهات عنيفة بين قوات القمع وشباب المدينة، بعد الإنزال القمعي الكثيف وغير المسبوق، حيث تم استقدام أعداد ضخمة من عناصر التدخل السريع [السيمي والمردة]  والدرك الملكي  من مدن أخرى ـ وقامت فورا بحملة مداهمات للبيوت، وإعتقالات وممارسات للتعذيب الوحشي.
 

 

وقال مسؤول بوليسي محلي: "إن الشرطة ألقت القبض على أكثر من 20 شخصا في العملية."

 

وأوضح أحد سكان سيدي إيفني شارك في المظاهرات أن قوات الشرطة هاجمت المتظاهرين مستخدمة أسلحة نارية وكلابا وهراوات، مضيفا ان "العشرات جرحوا، مضيفا: "لقد شاهدت بأم عيني جثتين في الشارع بجروح في الرأس."

 

وأضاف: "عدد من الأصدقاء في المدينة أكدوا لي وفاة ثلاثة آخرين على الأقل."

 

وقال دبلوماسي غربي تحدث شريطة عدم ذكر هويته ان شاهد عيان موثوق به أبلغه بمقتل ثمانية أشخاص.

 

 ويشكو سكان هذه المدينة من تهميش حكومة الرباط لهم وإسقاطهم من حسابات التنمية الاقتصادية وتجاهلهم في الوظائف.

 

وقال ناشطون حقوقيون في المنطقة إن الشرطة فتشت المنازل في المدينة الصغيرة الواقعة على ساحل الاطلسي على مسافة 700 كيلومتر جنوب غربي العاصمة الرباط.

 

وذكر عبدالله برداحة رئيس فرع  مدينة تزنيت - القريبة من إفني- للجمعية المغربية لحقوق الإنسان في اتصال هاتفي مع رويترز: "المدينة في حالة حصار والسلطات فرضت حظر التجول في المدينة وهناك اقتحاما للشرطة لأكثر من 30 منزلا وإعتقالات واسعة وسرقة أموال من طرف رجال البوليس المداهمين لبيوت المواطنين. والتعزيزات القمعية مازالت تتوافد على المدينة المحاصرة".

لقد سقط في سيدي إفني شهداء ضحايا للنظام الملكي الفاسد. انها ثورة الفقراء وبوادر ثورة أوسع و أشمل. ثورة قادمة إن شاء الله. فإصمدوا يا أبطال سيدي إفني على درب النضال  وعلى طريق الحرية و الكرامة.

 
نحن المغاربة، كلنا - كأبناء إفني - محاصرون اليوم. و
ثورة أبناء إفني هي ثورة شعبنا كله.

 

فإذا الشعب يوما أراد الحياة فلابد أن يستجيب القدر، ولابد للقيد أن ينكسر، ولابد لليل أن ينجلي.

  تحية الإجلال والأيباء والمجد والخلود لشهداء الثورة الأحرار بسيدي إيفني المجاهدة والصامدة.. دمتم للنضال يا أحرار ايت باعمران والله يلعن النظام المخزني الملكي الفاسد ويرحم  شهدائنا
.

تحية لسكان سيدي افني وتحية لسكان المدن الصغيرة والقرى والمداشر لأن جيوب الإحتجاج والصمود و الثورة دائما تاتي من هاته الأماكن.


إن إنتفاضة أحرار مدينة إفني قد تصبح نموذجا لإنتفاضة شاملة أصبحت ضرورة حتمية أمام  المغاربة إن عزموا و أرادوا فعلا الخروج من عصر الفساد والعبودية والطغيان الملكي الإستبدادي لإقامة حياة أفضل. فالطاغية البليد اللواط محمد السادس ونظامه الفردي الفاسد - إذا لم نثر عليه فورا لرميه ونظامه في مزبلة التاريخ التي يستحقها بإمتياز - لن يؤدي بنا إلا إلى الكارثة المحققة.

فلنتوحد جميعا لنقول عمليا للملك، كما قال له شباب إفني:

كفاية، "باراكا"... إرحل أيها الطاغية اللواط !  لقد بلغ السيل الزبى !

لقد آن الآوان ليتحمل كل مغربي مسؤوليته كاملة ويدخل في الحساب أو يخرج من كل حساب !

 لنهب جميعا كرجل واحد وبكل الوسائل الممكنة لنصرة إخواننا بإفني،  ولما لا، بواسطة إنتفاضة عارمة و شاملة
إبتداء من 15 و 20 يونيو2008 المقبل ضد  الفقر والبطالة وغلاء المعيشة والفساد والإستغلال والإستبداد الملكي المخزني.


و من يحاول تغيير المنكر - حتى ولو بالوسائل الديمقراطية - يكون
 مصيره الإختطاف أو الإغتيال أو الإعتقال في زنازن المخزن الملكي

سم الله الرحمن الرحيم

وقـفــــة

أمام تجاهل الجهات المسؤولة لمطالب المعتقلين الإسلاميين المضربين عن الطعام بالسجون المغربية، واعتبارا للحالة الصحية المتدهورة التي اصبح عليها معظم المضربين عن الطعام والتي نقل على إثرها عدد منهم إلى المستشفيات، ومن باب التذكير بالمسؤولية وتحميلها لمن هم مشرفون على هذا الاعتقال وظروفه، تنظم عائلات المعتقلين الإسلاميين وقفة احتجاجية أمام بوابة المركب السجني عكاشة يوم الأربعاء 4 يونيو 2008 على الساعة 11 صباحا.

Sit-in 

Les familles des détenus islamistes en grève de la faim depuis 28 Mars 2008 vont protester demain Mercredi 4 juin a 11h devant la prison Oukacha a Casablanca.

L état de santé des détenus est alarmant, et leur droit a la vie est en danger. 

عن المكتب المسير للنصير

الدار البيضاء : الثلاثاء 3 يونيو 2008
abderrahim mouhtad
[email protected]

Houcine EL MANOUZI
Disparu et kidnapé par la police du roi depuis 1972

Houcine EL MANOUZI, né en 1943 à Tafraout, mécanicien d'avions, syndicaliste et membre de l'Union Nationale des Forces Populaires, a été enlevé de Tunis le 29 octobre 1972.

Pour notre famille, depuis cette date, a commencé la descente dans les enfers dans une angoisse profonde. Tous ses proches vivent des passages d'une grande espérance à un grand désespoir. Depuis 36 ans, nous n'ignorons pas que disparaître, c'est ni vivre ni mourir. Le calvaire de HOUCINE nous le partageons tous.

En dehors de tout cadre légal, il entame sa 12970ème journée de détention dans un lieu où ses parents, sa famille et ses amis ne peuvent ni le contacter, ni lui rendre visite, ni se recueillir sur sa tombe s'il est vraiment décédé. Les responsables de sa détention « sur terre » ou « sous terre » s'obstinent dans leurs retranchements à continuer à cacher la vérité sur son sort.

Mais, jusqu'à quand ?

Les familles ont le droit de connaître la vérité sur le sort de leurs proches disparus. Si rien n'est entrepris dans ce sens, les disparitions de personnes continueront à laisser planer une zone d'ombre préoccupante sur l'avenir du Maroc.

Tant que le sort des disparus ne sera pas élucidé, les familles resteront non seulement tourmentées, mais aussi animées par l'impossibilité de faire le deuil. Nous espérons tous un miracle – une libération d'une prison secrète, une nouvelle vie - ou simplement des restes humains, une tombe sur laquelle nous recueillir.

L'Etat Marocain doit assumer ses responsabilités en tant que garant des droits des personnes à la vie. Ses services de sûreté détiennent le secret et  l'information, et il dispose des moyens pour imposer à ses agents actifs ou en retraite de dévoiler la vérité sur le sort de Houcine El Manouzi et de tous les autres détenus disparus. Rappelons nous de la localisation de la tombe du disparu Mohamed Abou Fadi et celle toute récente des tombes de Nador.

Casablanca 10 mai 2008
Famille Houcine EL MANOUZI
Hadj Ali EL MANOUZI
738 Rue Boucraa
Casablanca

This Site (Email) is owned by a group of freedom fighters from different countries in supportof Ahmed Rami 's struggle.
RADIO ISLAM


استشهاد أسد المقاومة الحاج عماد مغنية


القائد الكبير في المقاومة الإسلامية ،

الذي أمضى حياته في خدمة المسيرة الجهادية


في مقابلة أجرته معه صحيفة " المشعل" الأسبوعية المغربية، أحمد رامي يقول:
  "
المحنة التي تمر بها أمتنا هي التي صنعت ظاهرة الظواهري وابن لادن"
 

  "أحمد رامي لـ " الخبر":
رفضت العودة إلى المغرب لغياب دولة القانون وحق الحياة والأمن لكافة المواطنين

 

محمد السادس:
 سابع أكبر لصوص العالم

 

 

الدكتور فيصل القاسم:
حكامنا يستقوون علينا بالأجنبي

 

دور الموساد اليهودي في الحرب على العراق

من العدو: إيران أم إسرائيل؟

نصر الله فضح أعداء الله
  

أحمد رامي يتحدث لجريدة  الأيام

 
عبد السلام ياسين:
مذكرة إلى من يهه الأمر

 

عباس محمود العقاد:

 بروتوكولات حكماء صهيون
ما هي" برتوكولات حكماء صهيون"؟

 

فهمي هويدي

إنها كارثة أمة تتآكل أمامنا ونحن لاهون أو ساكتون!
ما الحل ؟
مقالات للكاتب فهمي هويدي الذي عرفته الصحافة العربية مفكراً يحمل هموم الأمة الإسلامية، واستطاع بقلمه أن ينفذ عبر كل العصور محللاً ومفكرا، بآرائه الصادقة المعبرة عن نبض الأمة.

روجيه غارودي
دراسة في الصهيونية و اليهودية
 

"المفكر والكاتب السويدي يان ميردال يتحدث لـ"الانتقاد:
حرب الغرب على المسلمين هدفها الهيمنة وليس نشر الديموقراطية


 يحي أبوزكريا:
حكام المغرب العربي في خدمة إسائيل


External Links


 

 

 



 


Interview - in Arabic - with Ahmed Rami published in the islamist Egyptian Newspaper Elshaab (Alshaab) 24.03.1998



 

 


Khâlid Al-Islambûlî

In the court cell at the trial in which he was sentenced to death
for the assassination of the enemy of God, Anwar Saddat.

Khalid Al-Islambuli

Dans la cellule de tribunal, au procès pendant lequel il fut condamné

à mort pour l'execution de l'ennemi de Dieu, Anwar Saddat.

(Extrait du livre d´Ahmed Rami "Ett liv för Frihet".)

 

Our weakness
We must know that our weakness is
Israel's strength.The regimes that are in power in our countries are like dead bodies, our "leaders" are politically finished. Instead of stepping down in honor, they cling bitterly to power and try to drag their peoples along into the precipice.

In the first place, we must conquer tyranny, decadence and corruption in our own hearts and in our countries! Instead of giving up, we must work seriously to create the economic, political, military and social conditions for the future victory of the Justice.

The future belongs to the forces of Islam. The Hezbullah, Hamas and the Jihad are the Islamic response to the Zionist challenge. The Islam began in the 6th century as a cultural, and spiritual movement against the superpowers of that time.

The military strength of the Islam grew as a consequence of its spiritual strength. Today, capitulating before the jewish arrogance is not a solution; it is betraying the future generations. If we can not create victory today, we muste not create defeat ourselves. The least We can do is to capitulate without resisting.

Any "solution" violently extorted, any unjust "peace" (capitulation) will be rejected by the future generations. The only real solution of the Palestinian question lies in the return of the Palestinian people to their fatherland.

Ahmed Rami

= Nos voleurs!
Il y a des problèmes extrêmes où nous nous debattons et que nous avons trop tardé à regarder en face. A la différence des pays occidentaux, nos "pays musulmans" ne connaissent que peu de hold-up de banques.
C'est que les voleurs d'envergure savent qu'aujourd'hui, dans nos pays, la source d'enrichissement la plus sûre, la plus rapide, la seule à vrai dire, est le pouvoir. À titre d´exemple : le systeme féodal (makhzen) - qui n´a rien à voir avec l´Islam - que Hassan II a pérpétué anachroniquement au Maroc en plein XXe siècle - fait de la corruption généralisée un systhème de gouvernement.

Le régime de Hassan II constitue, pour notre pays, pour notre peuple et pour notre avenir un danger mortel réel.
Face à ce danger et à son défi, il n y a, devant nous, qu´une seule alternative et une seule réponse: une révolution islamique radicale, éclairée, intelligente, tolérante et liberatrce!
En Islam, la liberté est la régle et l´interdit est l´exception.

Il s´impose donc urgence et nécessité vitale de créer un Front Islamique uni pour la Liberation du Maroc.
Les grands ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Levons-nous!

Ahmed Rami

 Ahmed Rami,
fondateur
de

RADIO ISLAM  

 

Some chosen topics:

 


Other languages:
|
French | English | Swedish | Deutsch | Russian | Spanish | Italian | Portugues |

|
Arabic | Suomi | Norsk | Danish | Roman | Hungarian | Indonesian |


Latest additions
| English.| Svensk | French.| German.| Portug.|

|
Arabic.| Russian.| Italian.| Spanish.| Suomi | Danish.|


Some chosen topics
Caricatures | Photos | This Site | Quotes | Letters | Forum | Search | Islam | Authors

Khamenei | Nasser | Yassine | Rami | Farakhan | Franklin | Thion | Faurisson | Marx

Luther | Hitler | Shahak | Garaudy | Koestler | Remer | Ford | Yahya | False | Medias

Encyclopedia | Conspiracy | Revisionism | Victims | Newspapers | Books | Catechism

Protocols | US-Congress | Talmud | Israel | Judaism | Nazism | Capitol | War | Peace

Crime | Enemy | Right | Jews | Mossad | Khazar | Resistance | Drugs | ADL | History

When | Zion | Islamism | Links | USA | Russia | Germany | England | France | Turkey

Maroc | Morocco | Tragique | Lebanon | Sweden | Sverige | Suisse | Time | Massacre

|
Jewish Crimes | How the Jews dominate the world? |

|
Tragédie Marocaine |


 

Freedom fighter

| Rami |

 

Heros

| Farrakhan | Franklin |

 

The Jewish Marx on Jews

| English | Svenska |

 

Roger Garaudy: The Resistance

| English | French | Deutsch | Svenska |

 

Christianity: The Resistance

| English | French | Deutsch | Svenska | Portug |

 

Did Six Million Really Die?

| English | French | Deutsch | Svenska | Danske | Russian |

 

Islam: The Resistance

| English | French | Deutsch | Svenska | Portug | Portug | Russian |

 

 

Judaism=racism,domination,occupation,plots,violence

| English | French | Deutsch | Svenska | Portug | Russian | Spanish |

The Jewish war against Islam
and the Islamic Resistance

 

 

 

 


Write to Radio Islam


© No Copyright - All articles in this Site may be republished as long as Radio Islam where they are located are mentioned.


HOME